Related Posts with Thumbnails

ALEX ENGWETE

Congologie : Espace d’analyses et d’opinions sur la culture et la politique du sous-continent de la République Démocratique du Congo. Contact: alexengwete@gmail.com

07 octobre 2012

Radio-Trottoir: La Conversion chrétienne cause la perte d'Adolphe Onusumba

(PHOTO: Adolphe Onusumba)

***

On sait que le député Adolphe Onusumba a été condamné par la Cour
Suprême de Justice (CSJ) de la RDC vendredi 28 septembre à un an de
prison ferme et à une amende de 100.000 francs fiscaux congolais pour
le viol statutaire de Mireille Owale Kalema, placée depuis 2007 sous
sa tutelle.

(1 franc fiscal congolais équivaut à 1 dollar américain.)

Mais ce que l'on sait moins, à en croire Radio-Trottoir, c'est que
c'est la conversion chrétienne d'Onusumba qui a causé la perte de
l'élu de Lodja (Kasaï Oriental).

Selon Radio-Trottoir, ce dernier a été récemment converti au
christianisme du "réveil".

Or naître à nouveau au Christ, pour ces groupes du réveil, a son lot
d'obligations.

Ces obligations comprennent notamment un renoncement des péchés, la
nécessité de faire amende honorable, la confession publique ou privée
comme un témoignage vivant de la conversion, etc.

C'est ainsi qu'un soir, à son grand étonnement, l'epouse d'Onusumba
s'entend dire par son mari qu'il entretenait depuis un certain temps
des "relations coupables" avec Mireille Owale, placée sous leur
tutelle depuis 2007 et habitant sous leur propre toit.

Tenant fébrilement une grosse Bible dans les deux mains, Onusumba
éploré promet alors à son épouse qu'il est sur le point d'annoncer la
rupture à Mireille Owale.

Chose dite chose faite.

Dès le lendemain matin, Mireille Owale déménage et va s'installer chez
sa tante, qui habite une maison appartenant aussi à Onusumba.

Auparavant, quand il avait annoncé la rupture à Owale, Onusumba lui
avait toutefois promis qu'il allait continuer à prendre soin d'elle
comme par le passé.

Mais cet arrangement et cette rupture ne pouvaient plaire à la tante
d'Owale qui craignait voir ses sources régulières de revenu tarir à
tout jamais.

Naît alors l'idée d'un guet-apens dans l'esprit de la tante.

Le dimanche 23 septembre, Onusumba reçoit un coup de fil d'Owale en pleurs.

Elle menace de se faire violence si elle ne voit pas immédiatement
Onusumba pour lui dire certaines choses à même de l'aider à "faire le
deuil" des relations rompues de manière si brutale.

Elle lui fixe alors rendez-vous à l'hôtel Dom III, dans la Commune de
Barumbu, près de là où elle habite désormais.

Sans se douter de rien, Onusumba accourt, dans l'espoir de calmer la
suicidaire et, qui sait, de la convertir dans la voie du Seigneur.

Aussitôt que, Bible en main, Onosumba rentre dans la chambre d'hôtel,
la prétendue suicidaire envoie un texto à sa tante donnant le numéro
de la chambre.

La tante téléphone illico au Colonel Kanyama, commandant du Secteur de
Police Kin-Ouest, qui descend sur les "lieux du crime" avec une
escouade de flics et met aux arrêts l'infortuné député.

Aussi s'est-on étonné d'entendre, lors de la première audience du
lundi 24 septembre, le greffe de la Cour présenter cette affaire sous
le libellé "Le Ministère Public et Mlle Mireille Owale Kalema contre
Hon. Adolphe Onusumba pour viol sur mineure"!

Et après le verdict et la sentence, l'un des 6 avocats d'Owale a
déclaré à la presse qu'ils allaient poursuire l'affaire au civil au
Tribunal de Grande Instance pour des dommages et intérêts au profit de
leur cliente.

Radio-Trottoir spécule aussi sur le rôle qu'aurait joué le Ministre de
la Communication et des Médias Lambert Mende, ennemi politique supposé
du condamné.

En effet, tous les six avocats d'Owale ont aussi représenté Mende dans
d'autres affaires.

Dans l'entretemps, Adolphe Onusumba est pensionnaire de la Prison
Makila où, selon Radio-Trottoir, il a déjà constitué un groupe de
prière "charismatique."

Avec "Archbishop" Fernando Cutinho lui-aussi faisant des prêchi-prêcha
à la Prison de Makala, la concurrence pour la conquête des âmes des
détenus s'annonce très rude pour Adolphe Onusumba.

Radio-Trottoir fait aussi des gorges chaudes d'Onusumba pour sa
trajectoire insolite: seigneur de guerre ayant brièvement occupé la
présidence du RCD-Goma avant d'être déchu par les sponsors rwandais du
groupe rebelle de triste mémoire, ministre de la défense durant la
Transition "1+4", député de la Majorité Présidentielle et,
aujourd'hui, prêcheur de prison.

***
Crédits Photo: Klaus Werner
Via: africanews.cd

Posté par Alex Engwete à 15:10 - Commentaires [57] - Permalien [#]
Bookmark and Share

29 septembre 2012

No Comment: Folie furieuse: Le Ministre des hydrocarbures Crispin Atama: Nous verrons s'il nous faudra oui ou non détruire le Pa

(PHOTO: Crispin Atama Tabe Mogodi, ministre congolais des hydrocarbures)


***

"La RDC a le droit de connaître les ressources dont elle dispose dans
son sous-sol, que cela se trouve dans le parc, dans la forêt, partout!

"Nous allons évaluer la quantité de la réserve. Si c'est très
considérable, nous comparerons la valeur du parc au pétrole...

"Nous verrons si nous allons respecter le parc ou non. C'est à nous de décider!"

--Crispin Atama Tabe Mogodi, ministre des hydrocarbures de la RDC--

Déclaration faite ce week-end pour défendre le droit de la RDC
d'oblitérer le Parc National de Virunga au profit de la compagnie
pétrolière SOCO International, à qui on vient d'autoriser de faire une
prospection aérienne du Parc.

La société civile du Nord Kivu, le gouvernement britannique et 15 ONG
de conservation sont en train de s'opposer à ce projet... en vain!

***
CREDITS PHOTO: Via: oilgas.ipad-africa.com/

Posté par Alex Engwete à 16:45 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Bookmark and Share

11 septembre 2012

ONZE-SEPTEMBRE: In Memoriam: Les Victimes des Armées de Traîtres

(De l'exposition "10001nacht" de Daniel Richter à la Galerie
Kesterngesellschaft de Hambourg, 2011)

***

Artiste: Daniel Richter
Titre: Army of Traitors [Armée de Traîtres]
Date: 2011
Dimensions: 200 x 300 cm
Matériel: Huile sur toile
Crédits: kestnergesellschaft.de
Via: Tiers

Posté par Alex Engwete à 11:30 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Bookmark and Share

10 septembre 2012

Insolite: Obama dans l'étreinte d'ours d'un supporter républicain charmé

(PHOTO: Scott Van Duzer, propriétaire de la pizzeria Big Apple Pizza,
prend Obama dans l'étreinte d'ours et le soulève du parquet lors de la
visite surprise du président américain dans son établissement,
dimanche 9 septembre 2012, Fort Pierce, Floride)

***

Ma traduction de la dépêche insolite signée George Bennett:

FORT PIERCE — Le propriétaire de restaurant Scott Van Duzer était si
surexcité par la visite à son établissement par le président Obama cet
après-midi qu'il a pris le président dans l'étreinte d'ours et l'a
soulevé à la pizzeria doublée d'un restaurant de pasta "Big Apple
Pizza and Pasta Restaurant."

Le cortège présidentiel s'y est arrêté vers 15 h en provenance de
Melbourne en passant par Vero Beach et par la U.S. Route 1 avant
d'arriver à Fort Pierce.

Obama entra en coup de vent dans le restaurant et parla avec Van
Duzer, 46 ans, avant que le propriétaire du restaurant, qui mesure
1,92 m et pèse 117,93 kilos, n'embrassât et ne soulevât le président.

"T'es powerlifter ou quoi?", dit Obama.

Van Duzer, revenant juste d'un champ d'exercice de golf et habillé
d'un short athlétique gris et d'un t-shirt gris, montra à Obama
quelques trophées accrochés sur son mur avant que le président ne
s'adressât brièvement aux reporters.

"L'une des raisons qui nous a poussé à nous arrêter ici, c'est que
Scott fait un travail incroyable à partir de cette pizzeria pour la
promotion de l'importance du don de sang", dit Obama.

"Il a atteint des records ici en Floride, il a reçu des éloges de la
Maison Blanche, de notre directeur général de la santé publique. Il a
galvanisé et mobilisé la communauté locale et il a éduqué les enfants
et les gens à travers le pays sur cette question.

"Et donc, ceci est un exemple de quelqu'un qui fait de bonnes choses,
mais il redonne aussi à la communauté et c'est ainsi que nous voulons
seulement dire que nous sommes fiers de lui.

"Je me demande encore comment il a fait pour avoir ces biceps mais
nous savons que ce mec a un grand coeur avec ses gros pectoraux," dit
Obama.

Le résident de Port St. Lucie Van Duzer dit qu'il n'apprit la visite
du président que lorsqu'il reçut l'appel téléphonique de son manager,
quelques 40 minutes avant l'arrivée du cortège présidentiel.

"J'ai eu la chair de poule, tellement j'étais surexcité, et dépassé...
complétemen dépassé quand je l'ai vu, je suis tombé sous son charme",
dit Van Duzer, qui a dit qu'il était Républicain mais avait supporté
Obama en 2008 et votera encore pour lui cette année.

"Je crois qu'il est aussi passionné que moi; je suis une personne très
passionnée et à voir son enthousiasme... c'est de ça qu'il s'agit",
dit Van Duzer.

Van Duzer dit qu'il organise des campagnes de don de sang depuis près
de quatre ans. Pendant qu'il parlait aux reporters, le président fit
le tour des tables où se trouvait près d'une douzaine de clients et
posa pour au moins une photo avec un groupe de jeunes gens.

(Source: www.postonpolitics.com/2012/09/obama-swept-off-his-feet-literally-during-stop-at-fort-pierce-pizza-shop/)

***

CREDITS PHOTO: Associated Press
Via: postonpolitics.com

Posté par Alex Engwete à 08:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Bookmark and Share

08 septembre 2012

Les mésaventures rocambolesques du député Roger Lumbala, foudre de guerre autoproclamé

(PHOTO: Roger Lumbala, député national et ancien seigneur de guerre)

***

Certains membres de l'opposition congolaise mettent une sourdine sur
l'arrestation à l'aéroport de Bujumbura par les services secrets
burundais de Roger Lumbala, l'un des porte-flambeaux des
pro-Tshisekedistes.

Assez bizarrement, d'autres nient tout en bloc, accusant le
gouvernement congolais d'avoir inventé de toutes pièces cette
nouvelle.

Cela, malgré la confirmation de cette nouvelle par des sources
indépendantes--comme par exemple Radio France Internationale (RFI) ou
les ambassades françaises et sud-africaines à Bujumbura.

Je fais ci-après le récit des mésaventures rocambolesques de Lumbala,
que j'émaille de nouveaux details inédits fournis par mes sources à
Bujumbura, Kigali, et Kinshasa.

Roger Lumbala avait toutes les raisons du monde de se rendre à Bujumbura.

Lumbala y a en effet une maîtresse ("deuxième bureau"), Mme A.W.,
membre d'une grande famille commerçante de la capitale burundaise.

Mais récemment Lumbala mettait à contribution ses visites conjugales
pour se rendre à Kigali pour y proposer, sans être sollicité, ses
services au M23.

Des démarches intempestives qui ont irrité et exaspéré au plus haut
point le gouvernement Rwandais, qui continue de nier toute implication
dans l'aventure militaire M-vingt-troisiste.

Qui plus est, Lumbala avait auparavant donné des instructions à son
beau-frère, le colonel John Tshibangu, commandant en second de la 8ème
Région Militaire, de déserter, de recruter des combattants, et de
rallier le M23.

Sur instruction de leur gouvernement, les barbouzes rwandaises ont
donc avisé leurs collègues burundaises et congolaises.

L'embuscade de Lumbala à l'aéroport de Bujumbura le samedi 1er
septembre aurait donc été planifié par trois services de
renseignements régionaux.

Ce samedi-là, à leur descente de l'avion qui les ramenait de Kigali,
Lumbala et son garde du corps, un Congolais naturalisé Français,
furent interpellés par des barbouzes burundaises.

Après un interrogatoire serré de plusieurs heures dans les locaux des
services d'intelligence burundais, Lumbala et son garde du corps
furent placés en résidence surveillée nominale (c'est-à-dire sans
surveillance policière), au domicile de Mme A.W.

Lors de la relaxation de Lumbala, il lui a été signifié de se
présenter aux bureaux des services de renseignements dans la matinée
du lundi 3 septembre pour la poursuite de son interrogatoire.

Dans l'entre-temps, un vol non-commercial en provenance de Kinshasa
était arrivé à Bujumbura--sans nul doute pour expédier Lumbala à
Kinshasa.

Des "sources aéroportuaires" de Bujumbura ont d'ailleurs confirmé la
présence de cet avion à RFI.

A Kinshasa, on raconte que c'est la Détection Militaire des Activités
Anti-Patrie (DEMIAP)--les services de renseignements militaires, qui
aurait envoyé cet avion à Bujumbura.

Mme A.W., qui dispose d'amis influents, apprend cette cabale des
barbouzes burundo-congolaises tard dans la nuit du dimanche 2
septembre.

Panique à domicile!

Mais, ancien homme de l'ombre et ex-seigneur de guerre, Lumbala trouve
très vite une voie de sortie: l'ambassade sud-africaine.

C'est ainsi que tôt dans la matinée du lundi 3 septembre, Lumbala et
son garde du corps, qui ont passé une nuit blanche, se précipitent
dans l'ambassade sud-africaine dès l'ouverture des portails.

Une solution est vite trouvée pour le garde du corps de Lumbala,
porteur d'un passeport français.

L'ambassade de France à Bujumbura a ainsi obtenu un sauf-conduit pour
le garde du corps pour Paris pour vendredi 7 septembre.

Quant à Roger Lumbala, foudre de guerre autoproclamé, l'homme reste
terré à l'ambassade sud-africaine en attendant la résolution de cette
affaire qui peut bien signifier la fin de sa carrière politique
"constitutionnelle" sous le régime de Joseph Kabila.

La semaine qui s'achève a été marquée par la sortie du député Rémy
Masamba ma Kiese (Kinshasa/Mont Amba) et d'autres membres de
l'opposition qui pétitionnent le Parlement pour l'ouverture d'un
procès pour "haute trahison" contre Kabila.

Ils invoquent la présence des forces spéciales rwandaises sur le sol
congolais sans l'aval des "institutions" républicaines ainsi que la
nature secrète des accords du 23 mars 2009 passés avec le CNDP.

Il est invraisemblable que cette motion radicale puisse passer, vu la
composition actuelle du Parlement.

Mais on peut tout de même se demander pourquoi l'Honorable Masamba,
qui cherche des traîtres à la nation même sous son lit, n'ait pas
aussi pensé à pétitionner le Parlement pour la levée de l'immunité
parlementaire de Roger Lumbala--traître avéré à la République et à son
peuple.

***
Crédits Photo: afriqueredaction.com
Via: radiookapi.net

Posté par Alex Engwete à 14:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Bookmark and Share

07 septembre 2012

Ceci est un autre test...

Posté par Alex Engwete à 19:15 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Bookmark and Share

Test de reprise

C'est depuis une année que ce blog est inactif.

Pour la simple raison que je suis à Kinshasa et mon blog en langue
anglaise est sur la plate-forme Blogger qui me permet de poster des
messages (avec photos) via mail.

Mais je subis depuis peu une pression d'une blogueuse qui aime bien ce
blog et qui voudrait que je reprenne mes billets ici.

Je viens seulement de découvrir que sur Canal Blog, on peut également
afficher des billets par mail.

Il me reste d'ailleurs à trouver si peux aussi poster ici par mail avec photos.

Ceci est donc un simple test.

Posté par Alex Engwete à 19:05 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Bookmark and Share

21 septembre 2011

SOS Racisme massacre la langue de Molière

drcSOSRacisme

SOS Racisme a lancé un communiqué dénonçant les soi-disant dérives « racistes » des manifestants anti-Kagame congolais lors de la visite du président rwandais à Paris le 12 septembre.

Mais là n’est pas mon propos. Mon propos, c’est l’étonnant amalgame que SOS Racisme fait entre les verbes « perpétrer »et « perpétuer ».

Lisons plutôt ce communiqué de SOS Racisme, à commencer par le titre : « SOS Racisme dénonce les attaques racistes perpétuées [sic] à l’encontre des rwandais en marge du déplacement de Paul Kagamé ».

On croit peut-être qu’il s’agit là  d’une faute d’inattention passagère. Mais non, au deuxième paragraphe du communiqué,SOS Racisme remet cette terrible faute :

« Les attaques perpétuées [sic] par des groupes, vraisemblablement issus de RDC, ont ciblé des individus isolés, qui ont été insultés, agressés et tabassés dans les transports en commun ou encore dans la rue ».

Alors, rappelons la signification de ces deux mots aussi différents que le mot « blanc » est aux antipodes du mot « noir » :

Perpétrer :  Commettre. Exemple du dictionnaire : « Perpétrer un crime ».

Perpétuer :  Faire durer. Le dictionnaire donne l’exemple suivant : « Perpétuer la mémoire de quelqu’un ».

Comme quoi : Sopo et SOS Racisme massacrent la langue de Molière au moment où j’écris ces lignes ! A moins qu’ils ne se précipitent pour corriger cette faute d’idiots !…

drcSOSRacisme01

Posté par Alex Engwete à 17:22 - SOS Racisme, Faute de français - Commentaires [133] - Permalien [#]
Bookmark and Share

04 septembre 2011

WikiLeaks : Ambassadeur William Garvelink déconseille des rencontres de haut-niveau de Kengo à Washington (2010)

wikileaksKengo

Sénateur Léon Kengo wa Dondo

Câble du 20 janvier 2010

Titre Original de l’objet du câble : « Les ouvertures du Président du Sénat  Kengo—que mijote maintenant le vieux renard ? »

1. (Confidentiel) RÉSUMÉ : Le Président du Sénat Kengo wa Dondo a contre toute attente approché des diplomates des Etats-Unis, à Kinshasa et l’UA à Addis-Abeba (télégrammes de référence), pour solliciter de l’assistance aux fins de lui faciliter des rencontres avec des officiels de haut rang du gouvernement des Etats-Unis au cours de son prochain voyage à Washington. L’un des politiciens les plus habiles du Congo, Kengo est le seul membre de l’opposition à occuper une fonction de haut rang dans le gouvernement de la République Démocratique du Congo. Je crois qu’il est en train d’évaluer si les Etats-Unis l’appuieront dans l’éventualité d’une candidature à la présidence en 2011. Nous recommandons que le Département [d’Etat] n’arrange point ces rencontres pour Kengo sans en informer au préalable l’Ambassade de la RDC à Washington (ce que Kengo ne veut pas) puisque Kengo pourrait chercher à embarrasser Kabila, et voire les Etats-Unis. Bien que probablement discrédité par sa longue association avec le défunt dictateur Mobutu Sese Seko et handicapé par son origine ethnique (père européen et mère tutsie rwandaise), Kengo pourrait voir se profiler une occasion historique de diriger une opposition démoralisée et à la dérive, à moins de voir Kabila, de plus en plus impopulaire, gagner par défaut l’élection de 2011. Nous sommes sceptiques quant à l’hypothèse selon laquelle Kengo captera l’imagination des électeurs en 2011 mais la politique congolaise n’est rien moins qu’imprévisible. FIN DU RÉSUMÉ.

Au sujet d’une « mission discrète » aux Etats-Unis

2. (Confidentiel) Kengo wa Dondo, président du sénat national et le seul officiel de haut rang du gouvernement de la RDC qui ne soit membre de la coalition de Joseph Kabila au pouvoir, a approché les Etats-Unis par deux fois au courant des récentes semaines, une fois au cours d’une réunion qu’il a sollicitée avec l’ambassadeur (réf a) et, juste deux semaines plus tard, à l’UA à Addis-Abeba avec le Chef de la Mission Diplomatique intérimaire (réf b). Au cours de ces deux occasions, il a sollicité notre assistance pour lui faciliter des rencontres avec des officiels de haut rang du gouvernement des Etats-Unis lors d’une visite prochaine à Washington. Il a souligné au cours de ces deux rencontres que sa mission aux Etats-Unis devrait être menée dans la plus grande discrétion, demandant spécifiquement à l’ambassadeur à Kinshasa qu’aucun des employés locaux n’apprennent que l’ambassade allait délivrer des visas, à lui et à son staff.

3. (Sensible mais non confidentiel) Nommé Léon Lubizc à sa naissance en 1935 dans la Province de l’Equateur, Kengo est le fils d’un père polonais, qui abandonna sa famille quand Kengo était enfant, et d’une mère tutsie d’origine rwandaise. Lubizc changea son nom en celui de Kengo wa Dondo au début des années 1970 suite à la campagne de la dictature de Mobutu pour la « zaïrianisation » des noms. Kengo fut un protégé de Mobutu pendant plusieurs années, servant comme premier ministre à trois reprises : de 1982 à 1986 ; de 1988 à 1990 ; et de 1996 jusqu’au départ de Mobutu du Zaïre en 1997. Bien que Kengo prit ses distances avec Mobutu durant les années du « crépuscule » du dictateur, beaucoup de Congolais le considèrent encore comme « mobutiste ». Un partisan de l’économie libérale, Kengo était un interlocuteur de premier plan entre le Gouvernement du Zaïre et les institutions financières internationales au cours de ses périodes d’activité au gouvernement. La corruption ne lui étant pas étrangère, Kengo fut accusé de blanchiment d’argent par la Belgique en 2003. Les accusations semblent avoir abouti à un non-lieu puisque Kengo voyage fréquemment pour la Belgique où il a une résidence et des intérêts économiques.

4. (Sensible mais non confidentiel) Kengo quitta le Zaïre pour la Belgique quand Laurent Kabila prit le pouvoir en 1997 mais rentra peu après. Il appuya Jean-Pierre Bemba, qui est aussi de l’Equateur, dans sa campagne présidentielle en 2006 contre Kabila mais n’adhéra jamais au mouvement politique de Bemba. En janvier 2007, Kengo fut élu au Sénat à partir de l’Equateur. Il posa peu après sa candidature pour la présidence du sénat en tant qu’indépendant et remporta une victoire surprenante contre Léonard She Okitundu, le candidat de la coalition présidentielle (Alliance de la Majorité Présidentielle ou « AMP »). Beaucoup d’observateurs croient savoir que Kabila voulait d’abord empêcher Kengo d’assumer ses fonctions mais l’accepta à son corps défendant comme président du sénat après que les deux hommes se soient mis d’accord sur les règles du jeu de la coopération. Kengo a été une force de modération et du compromis en tant que président du sénat et l’on rapporte qu’il a de bonnes relations professionnelles—sinon amicales—avec Kabila.

Que mijote Kengo ?

5. (Confidentiel) Nous suspectons que l’objectif principal de Kengo pour se rendre à Washington est de tâter le terrain afin de voir si les Etats-Unis l’appuieraient s’il se décidait à se porter candidat contre le Président Kabila aux élections de 2011. Il comprend sans doute l’occasion qui s’offre à lui comme le mandat de Kabila approche de sa fin : Kabila est de plus en plus impopulaire auprès des masses populaires, à l’exception, peut-être, de son fief du Katanga, tandis que l’opposition démunie de leader est encore officiellement dirigée par Jean-Pierre Bemba, qui est emprisonné à La Haye depuis mai 2008 lorsqu’il fut arrêté et inculpé par la CPI des chefs d’accusation de crimes contre l’humanité.

6. (Confidentiel) En somme, quoique probablement discrédité par ses longues années d’association avec Mobutu, Kengo serait en train de combler le vide que peu d’autres politiciens congolais peuvent combler : il a un nom facilement reconnaissable, il peut compter sur un certain appui des « fils du pays natal » des provinces lingalophones de l’ouest, et il espère bénéficier de l’appui de la communauté internationale, particulièrement l’UE et les Etats-Unis, sur la base de son appui de longue date de l’économie libérale et de ses contacts avec les institutions financières internationales. Il pourrait même réussir à surmonter beaucoup de ses désavantages personnels, y compris son âge avancé (il aura 76 lorsque les élections auront lieu et 81 ans lorsque son mandat de cinq ans prendra fin en 2016) et son héritage ethnique. (NOTE : On nourrit ici généralement de la méfiance à l’égard des personnes d’héritage euro-africain mixte—les métis—et l’héritage rwandais est particulièrement troublant pour beaucoup de Congolais à cause de l’agression rwandaise présumée contre la RDC durant les guerres du Congo. FIN DE LA NOTE). Néanmoins, nous n’anticipons nullement qu’une candidature de Kengo puisse capter l’imagination des masses populaires, quoiqu’une candidature présidentielle couronnée de succès ne soit pas à exclure.

7. (Confidentiel) COMMENTAIRE: Kengo nous a demandé ainsi qu’à la mission diplomatique à l’UA de maintenir une stricte confidentialité en rapport avec sa visite prochaine, actuellement prévue pour la mi-février, pour des raisons non spécifiées. Nous recommandons que le Département [d’Etat] se garde d’arranger ces visites sans en informer au préalable l’ambassade congolaise à Washington. Il se pourrait que Kengo voulût embarrasser Kabila en montrant qu’il a l’ « appui » de Washington. Mais il peut tout aussi bien prétendre que nous avons proposé de l’aider si ça se sait qu’il est en train de manœuvrer pour obtenir l’appui international pour affronter Kabila. FIN DU COMMENTAIRE.

Posté par Alex Engwete à 18:52 - WikiLeaks - Commentaires [32] - Permalien [#]
Bookmark and Share

03 septembre 2011

WikiLeaks: Jean-Joseph Mukendi à l’Ambassade américaine de Kinshasa: l’UDPS garde toutes ses options ouvertes

WikiLeaks: Jean-Joseph Mukendi à l’Ambassade américaine de Kinshasa: l’UDPS garde toutes ses options ouvertes vis-à-vis du RCD-Goma et du MLC (27 octobre 2004)


WikiLeaksJean-JosephMukendi

Jean-Joseph Mukendi, proche Conseiller de Tshisekedi en 2004

***

 

1. (Information confidentielle) RÉSUMÉ : Un proche conseiller de la figure d’opposition Etienne Tshisekedi, leader du parti UDPS, a confirmé que l’UDPS n’est plus l’alliée du RCD-Goma et maintient des liens informels avec le MLC de Jean-Pierre Bemba. A notre avis, alors que l’alliance Tshisekedi-Bemba est certainement possible au cours des élections prochaines, rien n’est moins certain que de voir le Président Kabila faire équipe avec le leader de l’opposition. FIN DU RÉSUMÉ.

2. (Information confidentielle) Jean-Joseph Mukendi, un proche conseiller de la figure d’opposition Etienne Tshisekedi a dit à l’officier politique le 27 octobre que le parti de Tshisekedi, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), n’a plus eu d’alliance formelle avec le mouvement du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD-Goma) depuis la fin de 2003. L’UDPS appuie cependant les vues du RCD-Goma sur certaines questions, comme [la question de la] nationalité. Tshisekedi est également en contact avec des membres du Mouvement de Libération du Congo (MLC), et en fait Bemba avait récemment convié le leader de l’UDPS à un dîner formel, quoique Tshisekedi déclinât [l’invitation]. L’UDPS s’attend à ce que les prochaines élections, fixées pour juin 2005, consisteront à créer des alliances, et elle garde toutes ses options ouvertes pour le moment.

3. (Information confidentielle) Mukendi sait que bien qu’il y ait encore une dispute en cours sur la légalité de l’UDPS dans le cadre de la nouvelle loi sur les partis politiques, adoptée au début de 2004, cela n’est point un obstacle sérieux et les autorités [administratives] de bas niveau ne harcèlent pas du tout les membres de l’UDPS. Il a ajouté que le point important dans l’agenda de l’UDPS dans l’avenir immédiat est de tenir le congrès du parti en février 2005, et que Tshisekedi ne projette de voyager nulle part avant cette échéance.

4. (Information confidentielle) COMMENTAIRE : L’opinion de Mukendi sur les relations UDPS-RCD contredit ce que des membres de la haute hiérarchie du RCD ont récemment déclaré, comme quoi la vieille alliance est encore active et se porte à merveille. Aux yeux de l’UDPS, ce partenariat est mort en 2003 après que les ex-belligérants eurent manqué de respecter un « gentleman’s agreement » non-écrit par lequel Tshisekedi serait devenu vice-président du gouvernement de transition. Le MLC est beaucoup plus attrayant en termes de gagner des votes, et s’il pensait qu’il pourrait gagner, Jean-Pierre Bemba accepterait d’être premier ministre sous une présidence de Tshisekedi. Une alliance avec le Président Kabila serait un arrangement inconvenable du fait que la différence d’âge est plus prononcée (Tshisekedi a plus de 70 ans, Kabila la trentaine) et les deux veulent tous être présidents. FIN DU COMMENTAIRE.

 

Source: WikiLeaks

Posté par Alex Engwete à 06:44 - WikiLeaks - Commentaires [21] - Permalien [#]
Bookmark and Share