ALEX ENGWETE

Congologie : Espace d’analyses et d’opinions sur la culture et la politique du sous-continent de la République Démocratique du Congo. Contact: alexengwete@gmail.com

03 novembre 2009

Tolérance zéro : Pressions étatsuniennes intolérables

 

ntagandaGettyIm

Jean-Bosco Ntaganda alias Terminator

Photo: Getty Images

 

L’aphorisme < ;/span>« Tolérance Zéro » se transforme soudain en cauchemar pour ceux qui ont eu la malencontreuse idée de le produire à Kinshasa. 


Les Etats-Unis veulent en effet que les autorités congolaises mettent immédiatement à exécution le mandat d’arrêt lancé par le procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) depuis 2006 contre le sieur Jean-Bosco Ntaganda, notoirement sujet rwandais pour certains, mais « bombardé » général des FARDC depuis l’intégration de son groupe de bandits internationaux dans les rangs de l’armée régulière congolaise. 

 

Selon L’Avenir de Kinshasa, le Conseiller Spécial d’Obama pour la Région des Grands Lacs, Howard Wolpe,  a en effet déclaré lundi à Johannesburg où il débutait une « tournée régionale » : « Les États-Unis vont faire pression sur le gouvernement pour qu’il autorise le transfert de Bosco [Ntaganda] à la Cour pénale internationale. C’est inexcusable que cela n’ait pas encore eu lieu  ». 

 

Justifiant l’impunité ainsi accordée à ce massacreur par les autorités de Kinshasa, L’Avenir, porte-voix de la mouvance présidentielle, prétend que « le Président de la République a été appuyé par la population qui voulait d’abord tirer le bénéfice de la paix. Et aussi, selon plusieurs experts de la région, l’arrestation de Bosco Ntaganda devrait conduire à des tensions qui ne seront pas bénéfiques pour le peuple congolais et son gouvernement ». 

  

Jean-Marie Nkambua, qui a pondu cet article insipide aux allures d’un tract de propagande, se perd dans des explications les unes plus abracadabrantes que les autres : « [L]a majorité de tous ces crimes [de Jean-Bosco Ntaganda] contre l’humanité sont imprescriptibles. En plus, l’opinion prend pour exemple le temps que dure la procédure devant la CPI. Pour le seul prévenu Bemba Gombo, qui a déjà totalisé plus d’une année dans sa cellule, l’on ne connaît même pas quand est-ce que son procès aura lieu. Ceci pour dire que tôt ou tard, Bosco finira par être jugé par la Cour pénale. ‘ Pourquoi les partenaires de la Rdc ne feraient-ils pas confiance au Président de la République, Joseph Kabila qui a initié le principe de la Tolérance Zéro ? ', se demandent [certains analystes]. Et pourtant, la Tolérance Zéro fait son bonhomme de chemin, et le résultat sur terrain est globalement prometteur ». 

 

On croit rêver à la lecture d’un tel diagnostic contredit par les faits sur le terrain… On remarque ici aussi que Jean-Marie Nkambua ne fait qu’effleurer la vraie raison de l’« intouchabilité » et de l’impunité de Jean-Bosco Ntaganda alias Terminator : la formidable armée qu’il a autour de lui et qui mettrait en déroute la première unité des FARDC qui oserait se pointer dans sa forteresse pour l’arrêter !


Comme un malheur, la « Tolérance Zéro » n'arrive jamais seule. Et ne voilà-t-il pas que ce même lundi des « unités de l’armée congolaise perdent l’aide » de la MONUC comme le titre une dépêche de Stephanie McCrummen du Washington Post, qui détaille les raisons de cette perte d’appui à un moment si critique des opérations anti-FDLR aux Kivu : 

 

« La mission de maintien de la paix de l’ONU va suspendre son appui aux unités de l’armée congolaise accusées d’avoir délibérément tué 62 civils au cours d’une opération militaire controversée contre des rebelles dans l’est du Congo, ont déclaré lundi des officiels de l’ONU[...]     


Mais les principales organisations des droits de l’homme ont déclaré que la décision de l’ONU est trop insignifiante et arrive trop tard et que les 62 tués ne sont qu’une fraction des atrocités perpétrées par une armée congolaise réputée mal formée et prédatrice. Les soldats sont impliqués dans plus de 700 tueries, y compris deux massacres, des VIOLS DE MASSE et des incidents au cours desquels ils ont forcé des villageois à porter leurs ravitaillements à travers la jungle et les abattaient s’ils tombaient de fatigue »
. 

 

Alain Le Roy, Secrétaire général adjoint de l’ONU, a déclaré lundi à Bukavu : « Selon nos informations, ces civils ont été la cible, clairement, d’attaques de certains éléments des FARDC. A priori, ils appartiennent à la 213ème brigade».

 

Voilà donc Kinshasa tirée de sa léthargie et forcée à confronter simultanément la dure réalité sur deux fronts... Tout compte fait, pour paraphraser Antoine de Saint-Exupéry, les vrais hommes d’Etat ne se découvrent que quand ils se mesurent avec de tels obstacles conjugués !

 

 

Posté par Alex Engwete à 15:53 - Commentaires [86] - Permalien [#]

Commentaires

    @ Alex
    Pourquoi ne l'arrête t-il pas ?
    Pour raisons sécuritaires simplement, notre pays n’a pas besoin d’autres souffrances et morts, REALPOLITIK, son tour viendra. Pourquoi le Rwanda ne livre pas Nkunda et pourquoi la Monuc n'arrête pas Nkunda et Ntaganda alors qu'elle a mandat ?

    Posté par luka mambu, 03 novembre 2009 à 18:14
  • @Alex,

    La Monuc qui suspend son appui aux unités de l’armée congolaise accusées d’avoir délibérément tué 62 civils au cours d’une opération militaire controversée est une chose.
    Mais là où je trouve la Monuc hypocrite, c'est lorsque elle omet de dire ce que tout le monde sait, c'est que cette unité en question est une unité CNDP et autres militaires rwandais recyclés.
    Ce ne seont pas les congolais ou bien l'armée congolaise au vrai sens du terme qui est entrain de térroriser la population à l'Est du pays mais bien ces rwandais de CNDP sous casaques FARDC.
    Et je crois que cela ne fait que confirmer tout ce que tu as écrit dans tes précédents posts; c'est pour justifier des thèses de non-état en RDC. L'incapacité de la RDC de protéger sa propre population dans cette mascarade d'intégration du CNDP dans FARDC reconfortera ceux qui soutiennent la thése de la désintégration de la RDC.
    Tout ceci fait partie du plan des accords-secrets de Janvier 2009 signé par Joka avec le Rwanda.

    @Luka Mambu, je crois que la Monuc n'a pas mandat d'arrêter quiconque sur le territoire en RDC, mais elle peut le faire si on lui demande gentillement par le gouvernement en place. Et encore moins, la Monuc ne peut traverser eu Rwanda pour cueillir Nkunda.

    Au fait, Luka Mambu, je viens de lire que ton ami Andre Kimbuta a finalement decidé de faire appel à des ingénieurs chinois pour résoudre le problème des érosions dans la ville après avoir dépenser des centaines des mille de dollars auprès des charlattants chef coutimiers dont les incantations n'ont pas eu raison des érosions jusqu'aujourd'hui.
    Que du temps et de l'argent perdu!!!!!!

    Posté par Bely21, 03 novembre 2009 à 18:54
  • @ Bely
    La Monuc comme la CPI sont des instruments des NU, rien n'empêche alors qu'elle exécute un mandat de la CPI, il me ‘semble’ que la monuc avait arrêté Thomas Lubanga, remis aux autorités congolaises qui l’a remis aux mains de la CPI.

    Le Congo est signataire de la charte instituant la CPI or ils n'ont jamais inquiété Bemba alors qu'il y avait un mandat auprès de l'Interpol qui a une antenne à Kinshasa idem qu’à Lisbonne.
    Realpolitik mon cher.

    Le Rwanda est signataire de la charte du CPI, cela est de leurs responsabilités de livrer Nkunda au CPI ou à Kinshasa.

    Kimbuta ne pas de mes fréquentations POUAAAAH...

    Posté par luka mambu, 03 novembre 2009 à 19:45
  • Réaction du gouvernement congolais: COMME SI C'EST BONY QUI PARLAIT!!!

    Le ministre de la Communication et Media et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, qualifie le rapport de HRW de « non seulement illégitime, mais irresponsable et même criminel.» Il explique que les FARDC, une armée nationale d’un pays souverain, sont en train d’exercer leurs devoirs constitutionnels de sauvegarder le pays d’une attaque terroriste des groupes étrangers, définis comme tel par le droit internationale. Pendant ce temps, fait remarquer Mende, « ces messieurs de Human Rights Watch s’amusent, parce qu’ils veulent conserver leurs débouchées humanitaires dans ce pays, à démobiliser la communauté internationale pour que le Congo reste cette jungle où l’on se tue à souhait et où l’on a besoin de Zorro et de Tarzan, comme ces messieurs de Human Rights Watch.»

    RADIO OKAPI:
    http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&l=0&c=0&a=25329&da=&hi=0&of=1&s=&m=2&k=0&r=all&sc=0&id_a=0&ar=0&br=qst

    Posté par Alex Engwete, 04 novembre 2009 à 00:34
  • Le ministre rapporte les faits,rien que les faits.

    La légende du noir fainéant,sauvage et peut être cannibale occupe encore le cerveau de beaucoup de blancs et en particulier celui des membres des ONG telle que HWR.
    Quoi qu'un noir fasse,il ne sera jamais parfait ou perfectible à leur yeux. L'efficacité de nos forces de sécurité sera toujours perçue comme une sauvagerie.
    HWR est une calamité pour nous. Le malheur est que les congolais se laissent avoir par le discours démagogique de HWR.
    On ne peut pas occulter les faits. Eux seuls font l'histoire. M.Mende est dans son rôle de rapporteur,le peuple congolais le paie pour cela.
    On est mieux servi que par soi même. Le ministre rapporte les faits,rien que les faits.

    Posté par bony, 04 novembre 2009 à 02:11
  • La Censure

    Alors Alex, on pratique la censure? quand bien même tu l'avais décrié chez Cédric il y a plusieurs mois.
    Où sont passé mes deux précedentes posts? à la trappe?

    Posté par Matabeleland, 04 novembre 2009 à 12:36
  • IS FECIT CUI PRODEST

    @ Alex

    Il ne fait aucun doute qu'il y a eu massacre, qui sont les coupables ? On ne le saura peut être jamais, alors regardons cette affaire sous un angle différent :

    1/ Le Gouvernement Congolais ? Hypothèse peu probable, nous sommes en dernière ligne droite pour bénéficier de la PPTE auprès de BM et FMI, et la peur du CPI

    2/ Bavure des nos forces ou règlement des comptes sur des collabos ? Peut être.

    3/ Dommage collatéraux admissible lors d'une guerre ? Peut être.

    4/ FDLR ? Possible pour maquiller le crime

    5/ CNDP ? Possible pour une mise en garde suite à l'affaire Ntaganda.

    D'où la question a qui profite le crime ( is fecit cui prodest)

    1/ Monuc, bientôt elle plie bagage et ça ne plait pas à ces ronds de cuirs onusiens tapis à Kinshasa dans les villas dorés (je ne pense pa qu'ils soient les auteurs)

    2/ ONG y compris ceux des défenses droits humains, ils doivent justifier les fonds extérieurs.

    3/ Les antigouvernementaux, discréditer le gouvernement et l'armée.

    4/ Les divers officines pour la balkanisation du Congo, une aubaine et une tribune pour justifier leur scenario sur le démantèlement du Congo et l'annexion par le Rwanda du Kivu

    Posté par luka mambu, 04 novembre 2009 à 13:04
  • Suite

    Le post est parti trop vite pour terminer mon analyse, désolé.

    Je suis d'avis que ce l'oeuvre de la CNDP, ils n'ont pas encore coupé le cordon avec le Rwanda et le massacre les arrange.

    Posté par luka mambu, 04 novembre 2009 à 13:11
  • Des sanguinaires chanvrés

    Dans ce pays, ceux qui détiennent une arme (armée régulière, "mouvements de libération", civils chauffés à blanc,...) savent se montrer d'une cruauté féroce quand il s'agit de se défouler sur des innocents.

    Posté par Emile Zoba, 04 novembre 2009 à 16:52
  • CONGO BASHING

    Un article intéressant de François Soudan sur la misère et les medias au Congo


    http://soudan.blog.jeuneafrique.com/index.php/2009/10/23/62-congo-bashing

    Posté par luka mambu, 04 novembre 2009 à 16:56
  • LUKA MAMBU ,vous voulez qu'on s'apitoie sur kabila et son gouvernement mais pas sur la souffrance de congolais
    tout les points que vous venez d'énumérer plus haut prouvent bien l'incapacité des autorités actuelles de la RDC a relever un seul défi dans le pays, si Kabila et son gouvernement ne sont pas capable de mettre fin ou de régler point par point tout ce que vous venez de faire allusion a quoi servent alors leurs maintient a la tete du pays ?
    la RDC est le seul pays dans la région a connaître ces genres de situations, pourquoi en Angola,Congo Brazza,Ruanda ,uganda,burundi etc... d'autres pays africains ne vont pas les déstabiliser ou s'accaparer de leurs territoires ?
    la RDC est victime de l'incompétence des autorités actuelles ,il ne faut pas blâmer les congolais qui dénonce cette aberations
    je sais vous voulez qu'on les fermes, comme-ci tout aller bien en RDC pour que Kabila règne encore 30 ans, malgré le chaos qu'il n'arrive pas a trouver de solutions
    avec le depart de la MONUC ,nous verrons les conséquences sur le terrain bientôt

    Posté par OURAGAN, 04 novembre 2009 à 18:36
  • @Luka Mambu,

    Si tu crois comme moi que les massacres sont l'oeuvre des CNDP alors tu n'as pas à te poser la question de savoir à qui la faute.
    La faute est à Joka pour non seulement être incapable d'assurer la sécurité de ses concitoyens (le terme concitoyen peut être sujet à controverse, d'autant plus qu'il est difficile de définir les affinités citoyennes de Joka), mais aussi d'avoir incorporé les mêmes bourreaux des congolais au seins des FARDC par son fameux pact secret de Jan.2009.

    Hors sujet, Luka Mambu es-tu au courant du projet de Mukwa Investment et la cité du fleuve. J'ai reçu un lien internet dont copie ci-dessous. J'aimerais savoir si c'est du vrai ou encore un genre de "Nguma". Les Bernard Madoff, il y en a tout plein.

    http://www.lacitedufleuve.com/

    Posté par Bely21, 04 novembre 2009 à 19:09
  • Derviches, ignares tourneurs CON-GOLAIS

    Nous avons sur le site des funambules Derviches ignares tourneurs avec un pois chiche dans la cervelle, incapables de refléchir à la souffrance de notre pauvre peuple qui tire le diable par la queue, les petits IGNARES Luka buzoba, bony-bakundé et l'autre qui prend la construction des kikosos comme les chings chanktiers.

    Nous avons au Congo, un déficit des cervelles.

    BOSCO, TANGO, PETER KARIM, KANAMBE, NKUNDA, James et les parrains: KAGAME et MUSEVENI, s'ils ont rien à se reprocher doivent aller en chantant au CPI.

    BAZO BANGA NINI CES ASSASSINS, ENFANTS DES SALAUDS.

    Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 04 novembre 2009 à 21:33
  • @ Matabeleland: AUCUNE CENSURE DE MA PART

    @ Matabeleland: AUCUNE CENSURE DE MA PART
    Je ne t’ai pas censuré. Vérifie bien si tu as marqué ton nom et ton adresse email avant de cliquer sur « Envoyer ». Encore une fois, je ne t’ai pas censuré.

    Posté par Alex Engwete, 04 novembre 2009 à 22:10
  • La légende du noir fainéant,sauvage et peut être cannibale occupe encore le cerveau de beaucoup de blancs et en particulier celui des membres des ONG telle que HWR.
    Quoi qu'un noir fasse,il ne sera jamais parfait ou perfectible à leurs yeux. L'efficacité de nos forces de sécurité sera toujours perçue comme une sauvagerie.
    HWR est une calamité pour nous. Le malheur est que les congolais se laissent avoir par le discours démagogique de HWR.
    On ne peut pas occulter les faits. Eux seuls font l'histoire. M.Mende est dans son rôle de rapporteur,le peuple congolais le paie pour cela.
    On est mieux servi que par soi même. Le ministre rapporte les faits,rien que les faits.

    Posté par bony, 05 novembre 2009 à 07:15
  • MBENDRE BONY/BAKUNDE

    @Bony/bakundé

    Si tu n'as rien à dire, ferme ton CLAPET, les ong voient la misère et les souffrances de la population.

    Petit thuriféraire de Mende parle -t-il des viols des enfants, filles, mères, hommes, grand père, des femmes enceintes EVENTREES?

    Bony, je réitère le rendez-vous à la gare du Nord, devant le MAC-DO, viendras-tu?

    Po NALESA YO LUKUTU, YA NIVEAU NA YO TE MBENDRE, SWAPENTE, KEBELE, YUMA, BITANGA SOYI?

    Prof. tongo etani NGURBA

    Posté par tongo etani, 05 novembre 2009 à 10:26
  • Merci Alex

    A Alex,
    merci, cela me rassure.
    Excellente journée!

    Posté par Matabeleland, 05 novembre 2009 à 11:42
  • Voici ma réponse cher Tongo etani:


    http://www.inchi-yetu.be/index_may003.html

    Posté par bony, 05 novembre 2009 à 12:25
  • @ Bely
    Je suis au courant de ce projet privé, quand j'ai quitté Kin en octobre, j'ai entendu parler du début des travaux et je viens de découvrir par ton lien les images de synthèses de cette cité. wait and see je suis comme saint thomas, je crois ce que je vois.

    J'avais les mêmes doutes sur les 2 complexes prés de la gare et du palais de justice, aujourd'hui ils sont devenus réalités. Sincèrement je ne pense pas que qu’une société comme SAFRICAS puisse faire dans la magouille.
    Dés mon retour a Kin, j'irai vérifier.

    Le Congo est en marche avec des partenariats privés, le ring ou périphérique commencent à sortir du sol, la route qui va du Bas Congo au Bandundu est en construction plus tard il reliera le Katanga, la route de Matete Kinsenso qui reliera le périphérique pour aller à N'Djili est une réalité, le Bd. du 30 juin et Lumumba, les travaux sont en cours 2x4bandes, des travaux des terrassements d’égouts sont visibles un peu partout, le pont de Kinsuka est en cours, le projet Mungul diaka de route devant la foire jusqu'à Selembao est en étude, j'ai vu des Chinois prendre des mesures.
    24 Novembre est à l'arrêt vers UPN, je ne sais pourquoi, j'ai vu à la télé l'arrestation d'un grand ponte d'une société des voiries peut être que ce lié.
    Il y a beaucoup qui reste à faire, sinon ça paralyserait Kinshasa

    A DAIPN, la production à repris, les rizières de Kingabwa ont reçus des outils pour triplé la production et ce devenu une zone protégé pour l’agriculture. Il y a une petite usine pour produire des verres pour lunettes médicales, le premier en Afrique central.

    Comme disent les chinois les chaing chatshiés sont en cours

    Voila ce que j'ai pu voir à Kin.

    @ Prof Tongo
    Suit mon lien sur l'article de François Soudan
    Arrête d'insulter quand tu es a courts d'arguments, ça ne te vas pas, restons courtois tu es mon grand frère. Pesa ngai respect po napesa yo respect.
    Comme dit notre grand frère Wavre: de tout coeur

    Posté par luka mambu, 05 novembre 2009 à 12:50
  • BONY c'est pas question de nègres que les blancs mépriserez
    il y a de chefs d'état nègres comme Kagame qui a sue exploiter la souffrance de siens ,aujourd'hui quoi qu'il fassent personne y compris les occidentaux blanc n'osent défier ou dicter quelque chose a kagame
    les autorités Rwandaises ont sues rétablir l'ordre dans leur pays malgré le génocide ,quel autre pays qui a accomplis de miracles pour les Rwandais ? ils sont devenues meme nos colons grâce a l'incompétence des autorités de la RDC
    la caricature de l'homme noir c'est ce que fait Kabila et son gouvernement en RDC
    il n'ont pas la moindre orgueil ou sens de dignité pour q'il ses laissent humilier par n'importe quel voyous qui s'improvise chef rebelles
    il y eus la guerre au Congo brazza, au Chad,en Angola,au Rwanda et au Burundi pourquoi dans ces pays il n'y a pas la merdes comme en RDC ?
    il est facile de soutenir n'importe quoi par suite accusé les autres comme responsables de tout les maux dont souffre la RDC

    Posté par OURAGAN, 05 novembre 2009 à 12:56
  • @ Luka Mambu,

    D'après ce que j'ai lu de Mukwa Investment, c'est une entreprise multinationale de gestion de fond qui n'a apparemment pas de website. Un lien m'a emmené sur le Bermuda Stock Exchange ou ce groupe est enregistré. Ceci me fait tiqué d'autant plus que Bermuda est reconnue comme un sanctuaire des toutes les entreprises maffieuses. En plus, ce groupe Mukwa Investment a été constitué en 2005 avec comme projet immobilier focalisé en Zambie d'après Hillary Duckworth, la Chief Investment Officer dont lien interview de Jan.19.07 ci-dessous.
    Comme par enchantement, c'est Kin qui se retrouve comme le 1er chantier de cet entreprise et rien jusque là en Zambie (du moins, je n'ai pas pu trouver une réalisation documenté sur le net).
    Je ne doute pas de la Safricas, mais l'entreprise qui a fait appel aux services de Safricas me fait douter.
    Je parie que l'on nous dira plus tard que ce Mukwa Investment n'est qu'un paravant pour blanchir l'argent de certains barons de Kinshasa.
    Wait and see comme tu dis.
    Merci pour les info des réalisations encours des chantiers de Kinshasa.
    http://www.hedgeweek.com/2007/01/19/hedgeweek-interview-hillary-duckworth-chief-investment-officer-mukwa-fund-unearthing-oppo

    Posté par Bely21, 05 novembre 2009 à 16:11
  • Noko asengi ba excuses na baleki, soki azongeli bolimbisa yeee, to yokani?

    APOLOZISE à BONY, BAKUNDE et LUKA MAMBO, quand je vois les statistiques économiques sur le Congo, de fois mon sang fait UN TOUR, quand on dit des bêtises sur ce peuple qui souffre de puis plus de soixante ans, kaka boyé, boyé na boyé.

    Bolimbisa yaya, mais je ne peux pas vous rassurer soki na kozongela téé, WAIT AND SEE

    Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 05 novembre 2009 à 16:16
  • Le propre des intellectuels c'est le discernement. Les informations à chauds sont assimilées,digérées pour ensuite pouvoir en tirer des conclusions.
    Les intellectuels sont en prise direct avec la vérité et contre les à priori. Ainsi on évite les accusations péremptoires,la délation,la calomnie.
    Le prudence recommande qu'on ne mette pas tous ses oeufs dans le même panier. Les organismes financiers les plus respectables au monde ont des comptes aux îles caïman et ailleurs. Et on trouve des zones franches partout même ici en France. Les meilleurs banques françaises ont des comptes dans les paradis fiscaux. Ce n'est peut être admis mais on ne peut pas les taxer de malhonnêtes pour cela.
    La cité du fleuve fait rêver. C'est ce qui manquait au congolais,le rêve. Les travaux ont débuté. Attendons les résultats sans se laisser distraire par les politiciens aux pieds nus.



    http://www.lacitedufleuve.com/project/movie/index.html

    Posté par bony, 05 novembre 2009 à 22:16
  • la prudence

    Posté par bony, 05 novembre 2009 à 22:18
  • BOZOBA ESALA NGANDO, AKIMI MBULA PO NA EBALE

    Ali Bongo devient grand maître de la franc-maçonnerie au Gabon
    Le réseau maçonnique, un allié de poids pour le nouveau régime

    Le grand maître de la Grande Loge nationale française (GLNF) a installé samedi dernier Ali Bongo à la tête de la franc-maçonnerie au Gabon. Un poste qu’occupait l’ancien président Omar Bongo. Au Gabon, la franc-maçonnerie compte un millier de membres influents dans la vie politique. Comme son père, Ali Bongo va pouvoir mobiliser les réseaux maçonniques pour asseoir sa légitimité au Gabon et dans le monde.

    --------------------------------------------------------------------------------

    jeudi 5 novembre 2009 / par René Dassié
    --------------------------------------------------------------------------------
    Ali Bongo, le nouveau président gabonais, a ouvert mercredi à Libreville, la conférence mondiale de la Franc-maçonnerie régulière [1]. Son père, Omar Bongo, décédé le 8 juin dernier, avait âprement négocié l’organisation de ce forum maçonnique, et se serait fortement réjouit comme à son habitude, d’accueillir ses « frères » venus du monde entier. Son fils qui a hérité de son pouvoir à la tête du pays le fera à sa place. Et sur le trône du chef de la franc-maçonnerie gabonaise qu’il a laissé vacant.

    En effet, selon l’hebdomadaire français Le Nouvel Observateur, le ballet des franc-maçons français à Libreville, où l’on a vu des hauts initiés comme Alain Bauer - conseiller spécial pour le terrorisme à l’Elysée et président de l’Observatoire de la délinquance -, ancien grand maître du Grand Orient de France (de 2000 à 2003), participer aux cérémonies organisées autour du décès de Bongo père s’est soldé par l’élection d’Ali à la tête des deux obédiences locales, qui compte un millier de membres. François Stifani, le grand maître de la Grande Loge nationale française (GLNF), une des plus importantes obédiences maçonnique hexagonale avec ses 38 000 membres, a fait le déplacement de Libreville samedi dernier pour sacrer Ali Bongo, qui, bien qu’étant déjà initié, n’avait jusque-là que le grade d’assistant grand maître, c’est-à-dire trois niveaux au moins, en dessous du sommet, de la hiérarchie. Il est ainsi devenu à 53 ans, le grand maître de la Grande Loge du Gabon (GLB) et du Grand Rite Equatorial, les deux ordres que fréquentent les franc-maçons gabonais.

    Ali Bongo sur les traces de son père

    Pour Ali Bongo, cette promotion s’avère aussi importante que sa prestation de serment. Mal élu, le président a en effet grand besoin des réseaux « fraternels », pour asseoir son pouvoir encore fragile. Une stratégie mise au point et appliquée avec succès par feu Omar Bongo. Celui-ci avait en effet érigé les loges maçonniques en antichambre de recrutement de ses principaux collaborateurs, et s’en servait comme un moyen infaillible d’allégeance à son pouvoir.

    Initié dans sa première loge maçonnique dès 1953, c’est-à-dire quatorze ans avant son accession à la magistrature suprême le 28 novembre 1967, Omar Bongo, véritable caméléon religieux qui se convertira tour à tour au catholicisme et à l’Islam au gré de ses intérêts, fondera deux ordres maçonniques de nature à lui attacher les « frères » de la classe politique française, toutes tendances confondues : le Grand Rite équatorial affilié au Grand Orient (GO) marquée à gauche, et la Grande Loge du Gabon (GLG), liée à la Grande Loge nationale française (GLNF), proche de la droite française. Pour avoir la confiance de Bongo père au Gabon, il fallait faire partie de l’une au moins de ses deux ordres. C’est ce que feront la quasi-totalité des hauts cadres du pouvoir gabonais.

    Ceux qui refusent de se soumettre à ce diktat sont bannis, voire ridiculisés. Interrogé par Le Nouvel Observateur, Ernest Tomo, pasteur d’une église évangélique et candidat malheureux à la présidentielle d’août dernier, qui accuse les « frères » gabonais d’avoir orchestré son faible score électoral (308 voix, soit 0,09% des suffrages) raconte ainsi sa mésaventure.

    Candidat à la présidentielle de 2005 contre Omar Bongo avant de se désister suite à une « inspiration divine », il est attiré au gouvernement, où l’ex-président le nomme ministre d’Etat et directeur adjoint du cabinet présidentiel, chargé des questions religieuses. Mais il n’aura jamais ni voiture de service ni bureau ni collaborateurs. Un jour au cours d’une réunion publique, Omar Bongo use de son franc-parler légendaire pour lui expliquer les motifs de ses déboires : « Si tu n’y es pas, on ne te voit pas. Et on ne te considère pas pour ce que tu es ». L’homme de Dieu avait opposé une fin de non-recevoir à des francs-maçons qui se proposaient de l’initier.

    Ayant désormais en main les rennes du pouvoir maçonnique, Ali Bongo est presque sûr de faire l’unanimité autour de lui. Il pourra même ramener à de meilleurs sentiments certains de ses plus farouches adversaires, à l’instar de l’opposant et ami d’enfance André Mba Obame, ancien candidat à la présidentielle, qui fréquente la Grande Loge du Gabon.

    Franc-maçonnerie françafricaine

    Comme au Gabon, la Franc-maçonnerie est très présente, au sommet de nombreux Etats africains. De Denis Sassou Nguesso, le président congolais, grand maître de la Grande Loge du Congo-Brazzaville liée à la Grande Loge nationale française, à Mamadou Tanja président du Niger, en passant par Idriss Deby du Tchad et François Bozizé de la Centrafrique, c’est au moins douze présidents du continent qui communient avec les frères « trois points ».

    Très souvent pour le grand malheur de leurs pays. Car à l’opposé de leurs « frères » occidentaux, notamment français qui participent activement à la consolidation de la démocratie dans leurs pays, les francs-maçons des cercles de pouvoirs africains, pour la plupart, tiennent leurs pays d’une main de fer, et dépouillent la veuve et l’orphelin [2].

    Après avoir régné pendant 42 ans sur un pays naturellement bien pourvu, dont il aurait pu faire avec un peu de bonne volonté, un Etat aussi prospère que les Emirats du Golfe persique, Omar Bongo a laissé le Gabon économiquement exsangue et qui plus est abonné aux Pays très pauvres et très endettés (PPTE). Son ex-beau père Sassou Nguesso est accusé des mêmes pratiques de prévarication, et a été épinglé dans la liste des dirigeants africains propriétaires de biens mal acquis.

    Leurs parrains des loges françaises ferment les yeux sur ces pratiques peu maçonniques, quant ils n’en profitent pas. L’article du Nouvel Observateur évoque comment Omar Bongo, reconnu pour sa générosité envers ses amis arrosait ses « frères » français. Il y a quelques années, le don par Denis Sassou Nguesso, à la GLNF, d’une importante somme d’argent avait fait grand bruit. Tout aussi lié aux réseaux maçonniques, même s’il n’est pas déclaré franc-maçon, Paul Biya du Cameroun, qui a fortement financé l’Ordre souverain du temple initiatique, est reconnu pour sa grande générosité envers les gourous et groupes ésotériques. Largesses rendues possibles par l’argent du contribuable camerounais.


    [1] Depuis ses origines, la franc-maçonnerie utilise le mot « régulier » comme synonyme de « légitime », le terme français venant du mot anglais « regular » qui signifie dans ce contexte « normal », « standard », « ordinaire » ou « habituel ». C’est pourquoi toutes les obédiences maçonniques se considèrent elles-mêmes comme « régulières » dans les querelles qui les opposent sur la question de la régularité maçonnique, laquelle trouve son origine dans la nécessité, pour chacune d’entre elles, de définir à quelles conditions elle peut reconnaître les autres comme légitimes, exemptes de déviations graves et authentiquement maçonniques. Dans de nombreuses obédiences, ces conditions prennent souvent la forme de listes de « Basic Principles », de « landmarks » ou de « règles » marquant les limites au-delà desquelles la pratique maçonnique d’une autre obédience sera considérée par elles comme déviante et inauthentique.
    Source : Wikipedia

    [2] En paraphrase de l’un des objectifs premiers de la Franc-maçonnerie qui est « la défense de la veuve et l’orphelin »

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 08:30
  • KAKA BOYEEEE

    LA UNE


    Regain de tension au Kivu

    Par Le Potentiel

    Une douzaine de maisons privées et des boutiques pillées systématiquement. Le centre d’intégration de Luberizi attaqué par des « assaillants », non autrement identifiés. Des coups de feu à la mitraillette et à l’arme lourde entendus à Kahungwa, dans les hauteurs de Sange où les « assaillants » sont traqués par les FARDC. Un « possible ralliement » FRF et FDLR évoqué. Le climat est tendu au Kivu.

    La situation sécuritaire au Sud-Kivu paraît précaire, à l’analyse des nouvelles qui en proviennent. Des sources concordantes rapportent que « 12 maisons privées et des boutiques ont été pillées systématiquement par les assaillants juste après l’attaque du centre d’intégration de Luberizi par les Maï-Maï Kapopo ».

    Elles signalent que, pendant leur retrait, les assaillants ont pris des civils comme porteurs des biens pillés et les ont emmenés vers les moyens plateaux en direction de Mulenge. « Des coups de feu à la mitraillette et à l’arme lourde ont été entendus à Kahungwa, dans les hauteurs de Sange où les assaillants sont traqués par les FARDC. Les agresseurs s’exprimaient en kinyarwanda et en swahili », précisent-elles.

    « Pendant que le USG visitait Luberizi, plusieurs militaires FARDC exprimaient librement leur mécontentement par rapport à l’intégration, les salaires non versés et la discrimination en faveur des ex-CNDP. Certains se disaient prêts à prendre le maquis et à revenir prendre Luberizi », selon les mêmes sources.

    Les Kapopo auraient attaqué le centre de Luberizi « pour avoir des armes, munitions et uniformes FARDC, continuer leur lutte et récupérer la plaine de Ruzizi », disant craindre un « possible ralliement FRF et FDLR ».

    Leur chef aurait dit que « ses hommes, qui sont intégrés au camp de Luberizi, sont discriminés et sont là depuis longtemps sans rien faire, alors KImia 2 a cours ».

    POSSIBLE COUP MONTE

    Les attaques armées contre des populations civiles et des camps d’intégration militaires ont tout l’air d’un coup savamment monté.

    « Les attaques contre les humanitaires, tels que meurtres, enlèvements, ainsi que les vols de véhicules et d’autres biens, ont augmenté drastiquement au Nord-Kivu. De janvier 2009 à nos jours, un total de 108 attaques contre les humanitaires a été enregistré dans la province, contre 105 attaques durant toute l’année 2008 », a stigmatisé récemment un communiqué du bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha).

    « Sur les 105 attaques contre les humanitaires signalées en 2008, moins de dix ont fait l’objet d’enquêtes formelles de la police. Moins d’attaques encore ont abouti à des actions judiciaires », s’est-il alarmé. « En diminuant notre accès aux endroits touchés, ceux qui en sont responsables contribuent à la souffrance des millions de personnes vulnérables. Malheureusement, ils ne sont presque jamais traduits en justice», a-t-il accusé.

    Les analystes politiques observent que des journalistes, qui tentent de dénoncer les louches manœuvres visant à déstabiliser les provinces du Nord et Sud-Kivu, sont soit menacés de mort soit éliminés physiquement.

    A une délégation de l’UNPC venue se plaindre dans son bureau, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Célestin Mbuyu Kabango, a promis de « donner des instructions aux gouverneurs de province et aux autorités locales afin de mener, ensemble avec la presse, des investigations pour dénicher les coupables des menaces de mort proférées contre trois journalistes de radio Okapi et de la radio Maendeleo à Bukavu ».

    KAGAME ET SES COMPLICES

    De plus en plus isolé sur le plan diplomatique, abandonné par ses principaux parrains anglo-saxons, le président rwandais Paul Kagame ne serait pas étranger au complot qui se trame contre la partie orientale de la RDC. Ne dit-on pas : « qui a bu, boira » ?

    De pyromane, il a tenté – sans convaincre – de se transformer en sapeur-pompier en faisant participer ses soldats à l’opération conjointe militaire FARDC-DFR menée en janvier-février 2009 contre les FDLR au Nord-Kivu. En quittant le territoire congolais, les officiers rwandais avaient affirmé être « disponibles » et « prêts » à revenir si la RDC sollicitait à nouveau leur concours.

    Sa rencontre au sommet avec le président Joseph Kabila à Goma, à quelques jours de l’arrivée de la secrétaire d’Etat américaine Hilary Clinton dans la même ville, devait permettre à Kagame de s’auréoler du rôle de pacificateur. Il fait tout pour se faire passer pour quelqu’un qui est incontournable dans la région des Grands lacs. Et pourtant, la vérité est que le président rwandais se trouve dans une mauvaise posture. Depuis un certain temps, il est isolé.

    Dans tous les cas, seuls étaient dupes ceux qui ont courte vue. De toute évidence, la guerre larvée et l’insécurité récurrente dans les provinces du Kivu permettent à Kigali de poursuivre l’exploitation illicite des minerais congolais pour financer son budget. Il n’est un secret pour personne que les produits du trafic minier transitent constamment par le Rwanda avant de prendre leur destination finale, en Europe notamment.

    Ce commerce illicite des ressources naturelles de la RDC se fait aussi avec des « partenaires » et complices en RDC, que le chef de l’Etat a identifiés comme étant « une maffia » dont il faut couper la tête.

    Ainsi pourrait se justifier le regain de tension observée présentement au Sud-Kivu.
    Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Potentiel 2005
    Usage strictement personnel.

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 09:57
  • Wapi, pré-bilan ya kanambwa?

    Les Cinq chantiers de Joseph Kabila : La grande mystification

    Joseph Kabila juché sur un des engins de travux publics venus de Chine. Photo Présidence de la République

    Trois années après l’élection présidentielle de 2006, Joseph Kabila paraît incapable de présenter le moindre «pré-bilan» de son action à la tête de l’Etat. Sous d’autres cieux, le chef de l’Etat aurait convoqué la presse pour s’expliquer devant l’opinion sur le chemin parcouru. Pour dire ce qui a été fait et ce qui ne l’a pas été au regard des promesses. Le «raïs», lui, se tait. Il n’a manifestement pas de comptes à rendre. En revanche, il consacre son temps à couper les rubans à l’occasion de l’inauguration d’un hôpital par-ci, d’un centre ophtalmologique par-là. Des projets initiés et financés par des tiers et que les zélateurs du kabilisme s’empressent de mettre dans le crédit des fameux «Cinq chantiers» lesquels ressemblent plus que jamais à une vaste duperie. Un grand bluff..

    Mensonges d’Etat

    «La première de toutes les forces qui mènent le monde est le mensonge», a pu écrire le philosophe français Jean-François Revel dans son ouvrage «La Connaissance inutile». Lundi 26 octobre, le vice-premier ministre congolais chargé de la Reconstruction, le PPRD Emile Bongeli, s’est rendu dans la Province Orientale afin de représenter Joseph Kabila à l’inauguration du «Pont Ituri II». Pour la petite histoire, cet ouvrage a été réhabilité grâce à un financement britannique via l’Agence de développement International.

    En dépit de cette évidence, le gouverneur de la Province Orientale Médard Autsai Asenga s’est fendu d’un discours flagorneur à l’endroit du «raïs» qui, selon lui, a tenu la «promesse» faite aux habitants de son entité lors d’une visite de la route nationale n° 4 reliant Kisangani – Kasindi-via-Komanda–Beni. «Nous voudrions d’abord remercier très sincèrement son excellence Monsieur le président de la République et chef de l’Etat (…) pour avoir honoré sa promesse faite le 03 mars 2009 (… )», a-t-il déclaré en liminaire.

    Lors d’un séjour dans cette Région, Kabila avait reçu un rapport sur l’état désastreux de ce pont. «Il avait promis de trouver une solution urgente» a souligné Autsai qui a témoigné néanmoins sa «reconnaissance» au gouvernement du Royaume-Uni «pour le financement du présent ouvrage.» Concluant son adresse, le gouverneur a invité ses administrés à continuer toujours à se «ranger derrière le président de la République, chef de l’Etat pour la réalisation des Cinq chantiers de la République». On peut admirer l’évolution du thème. On ne parle plus de cinq chantiers «du chef de l’Etat» mais «de la République».

    «Don présidentiel»

    Dans son édition datée 28 octobre, le site Digitalcongo.net (MMC) vient enfoncer le clou en titrant : «Don de Joseph Kabila à la Province Orientale : le pont Ituri II inauguré par le gouverneur Médard Autsai.» Pour ce journal en ligne, le pont réfectionné est un «don du chef de l’Etat» en dépit du fait que la réalisation n’a été rendue possible que grâce à un financement d’un pays tiers en l’occurrence le Royaume-Uni.

    Le même lundi 26 octobre, Joseph Kabila s’est rendu dans la commune kinoise de Masina où il a procédé à l’inauguration d’un Centre ophtalmologique. Il s’agit d’un projet initié par une organisation non gouvernementale dénommée «Action Vision». Et ce dans le cadre d’un partenariat avec la coopération allemande d’une part, «Christian Blind Mission» et le Lion’s Club International d’autre part. Dans une brève allocution de «bienvenu», le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, a estimé que cette réalisation «répond à la volonté du chef de l’Etat de moderniser davantage le pays.» Ici aussi, le gouverneur n’a pas vu éviter de rendre à César ce qui est à César en remerciant «l’initiateur principal» en l’occurrence l’association «Action Vision» et ses partenaires cités précédemment. «Le volet santé des cinq chantiers initiés par le Président de la République enrichi d’un nouvel et éclatant jalon avec l’inauguration d’un centre médical spécialisé de plus», notait le lendemain, Digitalcongo.net (MMC).

    Inutile de rappeler que lors de l’inauguration de l’hôpital « Marie Biamba Mutombo», financé par le basketteur Mutombo Dikembe, en 2007, le ministre de la Santé d’alors, Victor Makwenge Kaput, déclarait sans rire que cette réalisation entrait dans le cadre des «Cinq chantiers du chef de l’Etat».

    "Les libérateurs"

    Depuis la prise du pouvoir par les «libérateurs» du 17 mai 1997, l’ex-Zaïre, rebaptisé République démocratique Congo, est «gouvernée» à coup de mensonges d’Etat. Tout n’est que faux-semblant. Rien de bien étonnant quand on sait que cette «révolution» a eu comme point de départ un gros mensonge selon lequel la guerre déclenchée fin septembre 1996 à l’Est était l’œuvre des «Banyamulenge», décidés à reconquérir leur citoyenneté zaïroise. Que sont-ils devenus ? Plus personne n’en parle. Etrange n’est-il pas ?

    Il faut recourir à une loupe à infrarouge pour découvrir les réformes et surtout les réalisations à impact socio-économique à mettre à l’actif de «Joseph». Le 26 janvier 2010, l’homme aura accompli un total de neuf ans à la tête de l’Etat congolais. Qu’a-t-il fait au cours de ce laps de temps représentant plus que deux mandats présidentiels aux Etats-Unis ?

    On ne peut, dès lors, que comprendre certains observateurs qui suspectent le locataire du Palais de nation d’être investi d’une mission occulte consistant à maintenir le Congo-Kinshasa dans son état d’atonie généralisée. Et ce, pour le grand bien de certains pays voisins. C’est le cas du Rwanda et de l’Ouganda. La «convention secrète» signée entre Joseph Kabila et Paul Kagame en décembre dernier constitue, sans conteste, un des indices quand on sait qu’il y a à peine une année le Rwanda de Paul Kagame était présenté dans les discours officiels comme un «pays agresseur». Lors d’une allocution devant le Parlement congolais, Kabila parlait de «la guerre qu’on nous a imposé» à propos de la situation dans les provinces du Kivu. C’était le 15 décembre 2008.

    «Pièce de théâtre»

    En novembre 2006, Joseph Kabila a été «élu» président de la République sans qu’il n’ait pu dire un mot sur son programme politique. Sa vision de la société congolaise. Un simple slogan tenait lieu de projet de société : «Joseph Kabila, l’artisan de la paix». En peu de temps, l’artisan de la paix autoproclamé s’est révélé très friand de la violence. Pour combler cette lacune assimilable à une escroquerie, des officines politiques ont conseillé au «raïs» de lancer, plusieurs mois plus tard, le fameux thème de «Cinq chantiers du chef de l’Etat». Histoire d’éblouir les «naïfs». L’eau et l’électricité, la santé, l’éducation, les infrastructures et l’habitant sont repris comme étant les priorités du quinquennat. Seulement voilà, aucune étude de faisabilité n’a été menée pour connaître le coût de ces réalisations mais surtout la provenance de moyens financiers.

    Depuis le lancement de ce slogan, Kabila et ses zélateurs ont inauguré des chantiers un peu partout à travers le pays. Les boulevards du 30 juin et Lumumba devraient être transformés en autoroutes. Des priorités pour le moins discutables pendant que la grande majorité de la population attend désespérément d’être approvisionnée régulièrement en eau et en électricité.

    Les voyageurs en provenance de la RD Congo ont compris l’astuce. Certains parlent de «pièce de théâtre» pour qualifier les «Cinq chantiers». En tous cas, nombreux sont aujourd’hui les citoyens congolais qui soutiennent qu’à travers ses «Cinq chantiers», Joseph Kabila a trouvé un prétexte inespéré pour demander au corps électoral de lui accorder un nouveau bail afin «d’achever ce qu’il a commencé». Une grande mystification.

    B.A.W
    © Congoindépendant 2003-2009

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 10:01
  • Qui tue, vole et viol à l'est du CONGO(RDC)?

    RDC:Qui tue, vole et viole à l’est du Congo (RD).
    4 novembre 2009 | Auteur: redaction
    Retour sur le dernier rapport de HRW

    Par Jean-Pierre Mbelu


    VIOL AU CONGO-KINSHASA
    Dans son rapport publié en ce début du mois novembre 2009, Human Rights Watch est d’avis que « les forces armées congolaises dans l’est de la République démocratique du Congo ont tué brutalement des centaines de civils et perpétré un très grand nombre de viols au cours de trois derniers mois, lors d’une opération militaire appuyée par les Nations Unis ». Cet avis est pour HRW le fruit des missions d’enquêtes menées à l’est de notre pays. « Human Rigths Watch a mené 21 missions d’enquête sur le terrain dans le Nord Kivu et le Sud Kivu entre janvier et octobre 2009, et a constaté que des soldats de l’armée congolaise avaient tué délibérément au moins 505 civils depuis le début de l’opération Kimia II entre mars et septembre. En outre 198 civils ont été tués délibérément par des soldats de l’armée congolaise et leurs alliés de l’armée rwandaise lors d’une opération conjointe précédente qui a duré cinq semaines et connu sous le nom d’Umoja Wetu, fin janvier et en février ». En plus des soldats de l’armée congolaise et leurs alliés de l’armée rwandaise, HRW « a aussi documenté les attaques brutales menées en représailles par les milices FDLR, qui s’en sont pris délibérément aux civils congolais en réponse aux opérations militaires du gouvernement. De fin janvier au mois de septembre, les milices ont tué au moins 630 civils, nombre d’entre eux dans les régions de Ziralo, Ufumandu et Waloaluanda, à la frontière entre les provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu. » Présente aux côtés de l’armée congolaise, la Monuc est accusée par HRW d’avoir soutenu des opérations ayant conduit à la commission des crimes de guerre.

    Une première lecture du rapport de HRW donne l’impression que l’on est en présence d’un texte très bien documenté. Mais une autre lecture suscite des doutes sur l’identité des forces en présence et soulève des questions sur la politique miliaire menée chez nous.

    Une relecture citoyenne de notre histoire depuis le mois de janvier 2009 nous pousse à poser certaines questions : « Où sont passées les forces soutenues par le Rwanda et opérant sur notre territoire ? » Le récent rapport de HRW ne peut apporter de réponse à cette question. Or, c’est un secret de polichinelle : des Interahamwe recyclés au Rwanda, des démobilisés de l’armée rwandaise, des CNDP et des RCD acquis à la cause du Rwanda ont infiltré notre armée. Certains parmi eux sont aux commandes de l’opération Kimia II. (L’un de nos articles intitulé Kimya II et ses secrets avait, en son temps, cité certains noms d’Interahamwe recyclés au Rwanda et participant à cette guerre d’agression.)

    Donc, il y a, à travers la façon dont l’histoire « officielle » de notre pays continue d’être écrite à partir de New-York, des essais de sa falsification préjudiciables pour les générations futures et pour les amnésiques d’entre nous.

    Le site de Benilubero traitant de l’identité des tueurs, violeurs et pilleurs de ces derniers mois publie un article qui note : « L’identité des assaillants se dispute entre la population locale, pour qui les assaillants sont des militaires CNDP/FARDC (d’une part) et (d’autre part) le gouvernement, la Monuc et les Humanitaires pour qui les assaillants sont des FDLR et les Maï-Maï Pareco. »

    Le modus operandi des assaillants (tuer, violer, piller, couper les membres et incendier les habitations) donne beaucoup plus raison à la population locale qu’aux officiels. « En lisant les versions officielles, note cet article, on découvre que la population est la seule capable de bien identifier les assaillants car lors des attaques les officiels du gouvernement, la Monuc et les Militaires congolais ne sont jamais présents sur le lieu du crime. Ils arrivent toujours quand le crime est déjà commis. » (Lire Lubero : 6 morts et 150 maisons incendies à Busereka)

    Connaissant l’identité des assaillants, la population s’organise pour protester et résister. «Le cas de la cité de Lubero où la population a brûlé un véhicule de la Monuc et détruit certaines installations des ONG internationales est un signe que la population voit et vit autrement la paix annoncée par le régime de Kinshasa. En effet, le 28 octobre, la cité de Lubero était paralysée parce que la population ne veut pas de la présence de deux commandants anciens CNDP soupçonnés d’entretenir l’insécurité sur l’axe Kanyabayonga- Musienene. » (Ibidem)

    Disons que du point de l’écriture de l’histoire « officielle » de notre pays, le mixage et le brassage des CNDP et des FARDC, dans la précipitation pour le besoin « de la paix des cimetières » vont de plus en plus être mis en parenthèse. La responsabilité des officiels « Congolais » dont Joseph Kabila et John Numbi dans cette opération de la mort semble être évacuée de cette écriture de l’histoire. Demain, nos fils et filles risquent de lire dans les archives de notre pays que l’armée congolaise a tué les populations civiles à l’est de notre pays sans que les détails concernant les Interahamwe recyclés au Rwanda, les militaires du RCD demeurés inamovibles à l’est et ceux du CNDP fidèles au Rwanda ainsi que les accords secrets signés entre le Rwanda de Kagame, Joseph Kabila et John Numbi soient mentionnés.

    Et puis, suffit-il de fustiger les assaillants et leurs complices pour faire avancer l’histoire de notre pays ? Le dernier rapport de HRW soulève tout un tas de questions auxquelles, nous, Congolais(es) devrions toujours chercher à répondre. « Pourquoi la guerre se poursuit-elle à l’est de notre pays ? » Depuis le départ de Mobutu de la présidence du pays jusqu’à ce jour, l’enjeu principal n’a pas changé pour les acteurs majeurs de cette guerre d’usure : esclavagiser les populations congolaises et piller leurs matières premières stratégiques sans en payer le prix réel en prenant appui sur les sous-traitants de la région des Grands-Lacs. Tant pis si cela aboutit à la balkanisation du pays ! L’envoi des criminels de guerre à la Cour Pénal Internationale peut-il convaincre les acteurs majeurs de la guerre qui sévit chez nous d’y renoncer ? Non. Souvent, quand « les cosmocrates » se débarrassent de certains de leurs sous-traitants, c’est signe qu’ils en ont déjà préparé d’autres. Est-ce un hasard que la porte-parole de l’ex-procureur en chef du Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie a sous-titré son livre publié en 2007 (Paix et châtiment) « les guerres secrètes de la politique et de la justice internationales » ? Est-ce un hasard que Florence Hartmann –parce que c’est d’elle qu’il s’agit- soit poursuivie aujourd’hui par la même justice internationale ?

    C’est vrai. Il faut juger tous les criminels impliqués dans la guerre chez nous. Mais Bosco Ntanganda par exemple est-il plus criminel que Paul Kagame et les autres initiateurs des opérations Umoja Wetu, Kimia I et II ? Quand est-ce que les entreprises cotées en bourse au Canada et ayant financé cette guerre d’agression pourront-elles faire l’objet des pressions « des maîtres du monde » pour qu’elles rendent compte de nos six millions de morts devant la justice ? Les rapports falsificateurs de notre histoire ne participent- ils pas de cette politique des pompiers pyromanes ? Cela d’autant plus que plusieurs ONG internationales sont aujourd’hui la main civile de l’impérialisme occidental !

    Il est peut-être plus que temps pour que, connaissant le mode de fonctionnement de toutes ces machines de défense de droits de l’homme et autres machins, nous puissions, nous Congolais(es) assumé(e)s notre rôle de citoyens et citoyennes actifs de notre histoire en organisant, le plus que nous le pouvons, des contre-pouvoirs intellectuels, spirituels, culturels et socio-politiques pour résister (au niveau local, régional et international) contre cette guerre d’usure et d’autres qui pourront la suivre. Les multinationales occidentales qui s’en servent pour nous piller sont, pour la plupart, plus puissantes que leurs Etats. Souvent, elles se servent des hommes et femmes politiques du Nord comme garçons et filles de course pour réaliser leur profit maximal. La rhétorique sur la démocratie et le respect des droits de l’homme cache, souvent, l’hypocrisie de ceux qui, tuant par sous-traitants interposés, voudraient convaincre qu’ils croient en la capacité d’autodétermination et d’autogouvernement des peuples.

    Dieu merci ! Plusieurs d’entre nous ont compris. Nos populations de l’est aussi. Elles se sont engagées dans une dynamique de lutte pour la liberté, l’égalité et la paix que plus rien ne pourra arrêter. Leurs enquêtes de terrain sont imbattables. Elles ont compris qu’il n’y a pas de pain sans paix.



    J.-P. Mbelu

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 11:12
  • Bernard Omar Bongo a sauvé le Gabon de la dictature militaire.
    Les seuls étudiants qui avaient une bourse d'études confortable étaient gabonais. Le seul pays d'Afrique qui a vécut dans la stabilité depuis les indépendances,c'est encore le Gabon.
    Grâce à Omar Bongo la maçonnerie est pratiquée au gabon dans la dignité que recommande les préceptes de cette institution. Le Gabon s'est donné cette tradition que le président de la république soit aussi le Grand Maître de la grande loge du Gabon. Il n'y a aucun mal à cela.
    Les nostalgiques du mobutisme tienne toujours le même discours. Ils nient catégoriquement les réalisations concrètes du gouvernement congolais.
    On aimerait les voir défendre l'alternative à l'autorité congolaise actuelle. Il n'en a jamais été question. Ils sont dans une posture de dire noir à chaque fois que le gouvernement de la république dirait blanc.

    Posté par bony, 06 novembre 2009 à 11:19
  • Bernard Omar Bongo a sauvé le Gabon de la dictature militaire qui avait renversé Léon Mba.
    Les seuls étudiants qui avaient une bourse d'études confortable ici en Europe,étaient gabonais. Le seul pays d'Afrique qui a vécut dans la stabilité depuis les indépendances,c'est encore le Gabon.
    Grâce à Omar Bongo la maçonnerie est pratiquée au gabon dans la dignité que recommande les préceptes de cette institution. Le Gabon s'est donné cette tradition que le président de la république soit aussi le Grand Maître de la grande loge du Gabon. Il n'y a aucun mal à cela. Philippe Egalité n'était-il pas le Grand Maître du Grand Orient de France?
    Les nostalgiques du mobutisme tiennent toujours le même discours. Ils nient catégoriquement les réalisations concrètes du gouvernement congolais.
    On aimerait les voir défendre l'alternative à l'autorité congolaise actuelle. Il n'en a jamais été question. Ils sont dans une posture de dire noir à chaque fois que le gouvernement de la république dirait blanc.

    Posté par bony, 06 novembre 2009 à 13:44
  • @Tous,
    Ne devrait-on pas d'abord chercher à obtenir un consensus au autour de la notion de forces armées? Pour défendre quoi, qui,quand et comment???
    N'oubliez pas que l'argument principal invoqué souvent contre nous (à chaque fois qu'on est venu nous occuper): ce que nous sommes incapables de nous prendre en charge et nous constituons de ce fait une menace pour les autres...
    Et puis quelle hypocrisie de faire la morale à la rdc d'un côté et de n'avoir pas grand chose à dire à des pays comme l'angola, le rwanda, l'ouganda, etc...
    Maintenant si les dirigeants congolais se complaisent à déplorer que les 'autres' ne les respectent pas au lieu d'oeuvrer sérieusement à se faire respecter...
    Je rejoins donc totalement un des participants à ce blog, BOMA Henri, qui disait en gros que les citoyens doivent s'assumer (individuellement et collectivement)... Est-il normal de vivre dans un pays en guerre sans que personne n'ait à rendre compte sur le pourquoi et le comment de la guerre???


    @Tongo étani,

    Tu es un provocateur: Obandeli lisusu makambo ya copier-coller? Plus sérieusement, même si je comprends tes positions, je doute que ce soit la meilleure manière de faire passer le message...


    @ Luka mambu,

    J'ai plutôt l'habitude de croiser des kabilistes flatteurs, opportunistes etc. Donc tu imagines un peu le genre d'échange intéressant qu'on peut avoir: "Kabila a raison sur toute la ligne et il n'y a rien à discuter...".
    comme tu le devines, je ne suis pas toujours d'accord avec toi mais j'apprécies quand tu parle par exemple de CTC...mais des exemples comme cela il y en a une infinité où ce n'est peut-être pas kabila directement et physiquement qui est en cause mais des personnes sous sa responsabilité! Je ne vais pas citer des noms mais même au sein de sa propre majorité, on parle des "jouisseurs"...Faudrait-il aussi attendre 2011 pour cela???

    @Bely 21,

    Tu as une fois parlé du journaliste zacharie B.comme ayant été un proche de saddam mobutu? Connais-tu son parcours?? Je me disais que ce serait bien un jour de penser à faire une sorte de who's who au Congo...ça aiderait à voir clair sur le parcours de certains individus et apprendre à ne pas se laisser 'berner' par le premier opportuniste venu

    Posté par sik, 06 novembre 2009 à 16:49
  • Bernard Omar Bongo a sauvé le Gabon de la dictature militaire qui avait renversé Léon Mba.
    Les seuls étudiants qui avaient une bourse d'études confortable ici en Europe,étaient gabonais. Le seul pays d'Afrique qui a vécut dans la stabilité depuis les indépendances,c'est encore le Gabon.
    Grâce à Omar Bongo la maçonnerie est pratiquée au gabon dans la dignité que recommande les préceptes de cette institution. Le Gabon s'est donné cette tradition que le président de la république soit aussi le Grand Maître de la grande loge du Gabon. Il n'y a aucun mal à cela. Philippe Egalité n'était-il pas le Grand Maître du Grand Orient de France?
    Les nostalgiques du mobutisme tiennent toujours le même discours. Ils nient catégoriquement les réalisations concrètes du gouvernement congolais.
    On aimerait les voir défendre l'alternative à l'autorité congolaise actuelle. Il n'en a jamais été question. Ils sont dans une posture de dire noir à chaque fois que le gouvernement de la république dirait blanc.

    Posté par bony, 06 novembre 2009 à 19:46
  • Mawa mingi

    @ sik,

    J'essayes d'élever le débat en postant les écrits de nos frères.

    Le Congo a le quart des richesses du MONDE!!!!!

    Comment veux-tu expliquer la misère qui nous habite?

    Les bombes d'hirochima et nagasaki, l'uranium venait du CONGO.

    Nous, pauvres CON-GOLAIS, nous nous laissons être manipuler et surtout sortir la machette face à nos frères pauvres comme nous pour faire plaisir aux INTERETS des OCCIDENTAUX, naloba naloba téééé,

    Es-tu capable de déplorer plus de six millions des morts innocentes et plus de sept cent mille femmes et hommes violés, NANDIMI TEE, BO CONTINUER KOLIA PE KO NDUNDA, BOKEBA NA MIKUWA TO NSENDE YA MBISI EKOYA KO NKANGAMA BINO NA MUNGONGO, MAWA TROP.

    Noko Prof.tongo etani Métro PALAIS ROYAL Paris, na côté ya RUE RIVOLI.

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 20:53
  • MALAMU TEYA, YAYA, AFRICA TO BEBISA'NGO!!!!

    Pour mon petit luka mambo, yaya est juste à côté du Louvre, il se fend la gueule en voyant défiler des Africains aux mines PATIBULAIRES, déboulés au LOUVRE pour contempler des ouevres Africaines volées chez-nous avec des nez GONFLES, EBAHIS, EBAUBIS par autant d'élégance, ne sachant pas que ces oeuvres sont les oeuvres de leurs ANCETRES, mawapanga, mawa trop!!!!!!!!!!!

    Ils admirent PICASSO, DECASet les autres sans savoir que ces monsieurs de leur vivant ont avoué COPIER LES STYLES AFRICAINS.

    TALA ESIKA MBOKA EZONGA N DE SIMA DIEEEEE, AFRICA TOKOMI OBOSANA'ANGO, MOKANDA TO NTANGA MALAMU TEYAAAAA!!!!!

    NGA NA OTEYA!!

    Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 21:06
  • Les forces armées congolaises ont une histoire belle depuis que notre territoire existe. Souvenez-vous du pouvoir mobutiste qui fabriquait de l'argent avec une circulation affolante des billets de banque qui servaient à acheter des dollars et dans le même temps le soldat congolais ne recevait pas sa solde régulièrement. N'importe qui pouvait imprimer des zaïre et on oubliait d'allouer ses émoluments au soldat qui veille à votre sécurité. On me dit sauf les soldats de la DSP,ils recevaient leur paie régulièrement.
    On aimerait démotiver nos soldats on agirait pas autrement. La preuve,les troupes de l'AFDL dont l'aiguillon était composé d'ailleurs de jeunes congolais,s'est balladée résistance à l'est du pays leur donnant l'envie de marcher sur Kinshasa.
    L'armée est l'enfant chéri de la république,l'oublier permet de douter du patriotisme de ceux qui le font.
    L'armée,ça n'est pas du tout un club des femmelettes. Imaginer une campagne militaire sans morts est un voeux pieux surtout si les adversaires potentiels sont aussi armée que nous. Lorsque l'armée américaine commet une méprise en Irak on parle de dégâts collatéraux. Et quand les vaillants soldats congolais s'attaquent aux voyous,aux bandits,une ONG diffuse l'idée d'un massacre des innocents. Les innocents il en meurent au Kivu depuis l'indépendance. Je ne cesse de répéter que c'est notre talon d'Achille à nous,cette partie du pays.
    Foutaise de foutaise que notre armée n'aurait aucune formation. L'Europe dépense des million d'euros pour les former par le biais de l'EUSEC. Les soldats reçoivent leur paie tous les mois. Une identification précise de chaque militaire est mis en oeuvre par l'institution d'une carte d'identité électronique. Il est envisagé de payer chaque soldat directement sur son compte bancaire,d'où l'idée d'une carte bancaire pour chaque soldat.
    Je l'ai dit,l'efficacité de nos soldats doit déranger,les ONG en premier. Cela leur enlève le fromage de la bouche. En second lieu tous les malfrats,à commencer par les kivutiens eux même. Les mines artisanales ne sont pas tenues par les étrangers. La mafia partout dans le monde a toujours défié l'ordre.
    Que les Forces armées congolaises pacifient le Kivu,en particulier le Nord sans se soucier des vociférations collatérales des ennemis de la république. Je continue à penser que le problème FDLR est plus politique. Que les ruandais trouvent une solution par la négociation,le Ruanda appartient aussi aux hutu. Les conciliabules ont assuré depuis cinquante la survie du Congo. Qu'ils prennent exemple sur nous.

    Posté par bony, 06 novembre 2009 à 21:27
  • Congolais mawa trop

    Si, nous souffrons à ce niveau, nous sommes incapables de défendre nos mamans violées sous nos yeux, même les larmes nous font défaut, nous devons subir ces atrocités à cause de nos idées RETORS.

    Nous devons nous regarder en face et trouver les moyens de nous en sortir m^me les souris, les rats pris dans un piège essayent de trouver des stratagèmes pour s'en sortir, LES CONGOLAIS, la guerre est dans sa maison, lui, pauvre CON, sort son couteau ou son sexe pour aller violer à COTEEEEEE, sans s'occuper de la misère dans sa propre maison ou aller pourchasser son rival avec une machette pour une affaire de fesses pendant que sa hutte flambe!!!!!

    Nous avons adopter le système anglo-saxon: NOW, OUR TIME TO EAT, OR TURN TO EAT,:heure na biso sikoyo TOVIMBA MABUMU EPOLA NA MAKOLO EKAWUKA NETI BA RWANDAIS MOKO BOYEEEE

    noko tongo a oseka tséééé

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 22:32
  • NDULISTE NOSTALGIQUE TONGO ETANI

    Noko tongo etani,

    Heure moko azalaka nduliste, abetaka guitare pe aliaka LISANGOOOO, aza na nkanda mingi tééé.
    Lelo nako traduire téé, NA O BIMA.


    Lelo eza anniversaire ya mort ya MARIETU KARIBU YA BINTU (accident) (soeur ya tongo)(Tabu ley à OLYMPIA et la mort accidentelle de karibu ya bintu) ba petits bazo piolola awa ba botamaki tsééééé, mawa!!!!bayé na période ya ba viols kiadi ba mpangi na beto!!!!
    :

    "Owéééééé, bino kuna na ngambu boyoka likambo, tolali téé mbutu ya lelo, nzoto ekotoko nsango ya koyebisa baboti eeeeh, nakoka téééé, naloba tééé, somo somo somo maman, boyebisa bintu kuna na BRAZZA que leki azongisi MOLIMO epayi ya NZAMBEEE

    ngo marietu karibu (2 fois)

    Marietu ngo okey wapi?

    liwa ya ntangu oyo ezanga somo, baleki bako miboma likambo mokééééé!!!!!!!!!!!valeur ya moto ekoma pamba!!!!!!!!!!!!!baboti ba kolela MAWA OOOH

    Naleli NZAMBE marabout ALLAH azongisa yooooo MARIETUUUUU

    noko tongo

    Posté par tongo etani, 06 novembre 2009 à 23:14
  • Quelqu'un qui met sa vie en jeu pour assurer la sécurité de la nôtre,mérite à coup sûr un peu plus d'égards de notre part. Ces jeunes gens qui affrontent le coup de feu depuis plusieurs mois dans le Kivu reçoivent en retour des insultes injustes de ceux qui ont perdu les élections de 2006. Finalement la prudence recommande de filtrer toutes les informations en provenance du Nord-Kivu.
    On nous a annoncé le départ de la Monuc bien que la réalité soit tout autre. Les troupes congolaises en particulier ceux de la 213° brigade sont accusés d'avoir tué 62 personnes parmi les civils. La Monuc suspend son soutien à cette seule brigade comme le confirme le secrétaire général adjoint des nations unies. La Monuc reste donc au Congo avec les missions qui ont toujours été les siennes.
    Moi je m'informe à la source je n'ai pas à m'inquiéter mais tous ceux qui s'abreuvent au hasard subissent la désinformation à fond.

    http://www.radiookapi.net/index.php?i=53&ig=&of=0&m=1&r=all&a=25320

    Posté par bony, 07 novembre 2009 à 14:40
  • BONY,votre discours sur les FADRC est séduisant sur papier
    les congolais voudrais quand meme que leurs FADRC soit un peu plus fort que le CNDP de Nkunda défait par les soldats rwandais
    si les FADRC pouvez neutraliser les soldats du FPR rwandais il y aurait moins de problèmes dans le Kivu hors ces le le FPR qui fait la lois dans la région
    c'est pourquoi les congolais exigent un peu d'agressivités de la part de leurs soldats et qu'il soit moins impliquer dans les affaires de rackets,meurtres et viols de civils congolais qu'ils sont censés protéger c'est pas trop demander que je sache ? meme les Kabilistes ne peuvent qu'être d'accord avec ces points

    Posté par OURAGAN, 07 novembre 2009 à 16:40
  • Mazembe champion d'Afrique !!

    Le TP Mazembe est redevenu champion d'Afrique de footbal après 29 ans !

    Félicitations

    Katanga en Force !

    Posté par Emile Zoba, 07 novembre 2009 à 16:40
  • MERCI MAZEMBE

    Tout Puissant Mazembé!!!!

    Ma mère est contente au cimetière de LUBUMBASHI.

    Merci MAMAN, tout puissant wa katanga yetu;

    pROF; TONGOG mulubab kat, est-ouest, muyombé

    MERCI MAZEMBE

    Posté par tongo etani, 07 novembre 2009 à 17:30
  • "L'Europe dépense des million d'euros pour les former par le biais de l'EUSEC. Les soldats reçoivent leur paie tous les mois. Une identification précise de chaque militaire est mis en oeuvre par l'institution d'une carte d'identité électronique. Il est envisagé de payer chaque soldat directement sur son compte bancaire,d'où l'idée d'une carte bancaire pour chaque soldat."

    Les infos sur les militaires qui s'attaquent aux populations a l'est du pays pour protester contre le non-paiment de salaire doiventt surement etre de l'intox de la presse car monsieur qui a les bonnes sources, comme par hasard se fie a Radio-okapi la meme source qui ne cesse de nous informer sur les mecontentements des Fardc due au non-paiement de leur solde.

    L'Eusec devrait commencer par ouvrir des banques dans tous les coins de la rep avant de penser a donner des cartes bancaires aux militaires. By the way, pourquoi penser a des cartes bancaires si le systeme de paiement est efficace et que les militaires ont leur paie chaque mois!!!!!!
    On croit rever debout...

    Posté par Bely21, 07 novembre 2009 à 18:20
  • Le mythe des généraux détourneurs a la vie dure

    La politique aux pieds nus c'est inintéressant. La désinformation sert les ennemis de la république. Les soldats congolais font leur métier du mieux possible. Raconter des bobards sur eux ne grandirait jamais leurs détracteurs. La preuve dès qu'il y a eu le feu au logis ils ont tous pris la poudre d'escampette pour se "réfugier" en occident.
    La mythologie a la vie dure,un soldat qui commet des bêtises c'est parce que ses généraux lui ont volé sa paie. Mais cela fait un moment que le salaire des soldats vient de l'Union européenne et ensuite servi aux congolais par les officiers des armées de cette même Europe. Cela ne me choque pas parce que cinquante ans d'incivisme ne se dissipent pas comme ça d'un coup d'oeil. Il ne me viendrait pas à l'idée de dire qu'on a tué les gens à Orlando par la faute de Obama.
    La carte bancaire est banalisée au Congo tant qu'on trouve des distributeurs de billets à des coins insolites de Kinshasa par exemple. J'ai compris depuis longtemps que le complexe ne se trouve pas là où l'on pourrait l'attendre.
    Ce peuple congolais qui commerce avec l'Europe depuis le 15° siècle si ce n'est avant,qui a eu des ambassadeurs en Europe à la même époque a beaucoup de ressource intellectuelle pour surmonter ses difficultés. L'histoire n'a pas eu raison de lui depuis.
    Pour un pays en "guerre"les banques y fonctionnent correctement.

    http://www.pagewebcongo.com/repertoire/4000_banques.htm

    http://www.pagesjaunesrdcongo.com/trustmerchantbank/page.aspx?pid=77

    http://www.bic.cd/

    http://www.procreditbank.cd/

    Posté par bony, 07 novembre 2009 à 21:48
  • Radio Okapi est une ONG suisse(la fondation hirondelle) qui vous informe d'une chose et de son contraire. ça ne me gêne pas de reprendre ses informations. Radio okapi parrainée par la Monuc ne peut pas reporter le contraire de ce qu'a dit le secrétaire général adjoint de l'ONU. Les affirmations sont contraires à ce qui a été dit.

    Posté par bony, 08 novembre 2009 à 00:43
  • Ca ne m'etonnerai pas que l'on m'apprenne que l'auteur du post ci-dessus soit un diplome d'une universite virtuelle sur le net comme son patron Joka.
    Il aurait fallu lire les liens donnees ici avant de les afficher.
    La Bic n'a que 4 agences a l'est: Beni, Butembo, Goma et Bukavu. J'imagines que les militaires devront demander une treve ou cessez-le-feu a chaque jour de paie pour les permettre d'aller toucher leur solde en ville.

    Si nous qui sommes a l'etranger sommes refugies et vous qui y etes, qui etes-vous!!!!!!!

    Posté par Bely21, 08 novembre 2009 à 03:27
  • Eza mawa na ba sankayosistes ya niveau oyo

    @BELY21,

    Notre ami Bony, j'arrive à distinguer Bony et Bakundé, je préfères mes petits frères Bakundé et luka mambo, LOBI§§§§ TOKOZALA NA POSA NA BANGO.

    Demain, nous allons avoir besoin de bakundé et surtout de luka mambu (il est conscient de la misère de notre peuple), laisse de côté Bony (qu'est ce qu'il fout en EUROPE? ALOBAAAAA)

    Bely21, de coeur avec toi

    Prof;tongo etani

    Posté par tongo etani, 08 novembre 2009 à 13:28
  • On ne peut pas répondre à des conneries. Voilà que nous devons maintenant afficher notre CV pour débattre.
    L'intelligence ne s'achète pas.
    Un soldat en campagne n'a pas besoin de banque. Les soldat français reçoivent un pécule au Tchad ou ailleurs et le reste est consigné dans leur compte bancaire.
    On peut s'encroûter en occident sans trop chercher à minimiser le travail qui est accompli aujourd'hui au Congo.

    http://www.youtube.com/watch?v=vLrXY4Z_UMQ&feature=channel

    http://www.youtube.com/watch?v=rPgqevtiyyY&feature=related

    Posté par bony, 08 novembre 2009 à 18:57
  • @ Bony

    EUSEC ne paie pas nos soldats, avant de balancer une info, stp veuillez vérifier.
    Payer les salaires de nos soldats et policiers sur un compte bancaire serai une pure folie pour plusieurs raisons:

    1/ La carte de débit revient à 40usd/an à charge de qui ? Des loufiats qui gagnent 100usd ?

    2/ Les banques prélèvent 1,5% avec un minimum de 5usd sur toutes les transactions (retraits sur distributeur ou guichets, versements...) imaginer le soldat qui gagne 100usd et qu'on ampute de 5usd !!!!!!!! Tu veux la guerre civile ???

    3/ Les guichets automatiques sont pour la pluparts concentrés à Kinshasa, a tout casser une trentaine à Kin sur une population de 8.000.000 hab.

    4/ Les agences bancaires sont très limités, certaines banques n'ont pas d'agences dans toutes les chefs-lieux de provinces.

    EXCUSEZ MOI POUR LE COPIER/COLLER,

    Ci-joint pour Bony le mandant de l'EUSEC

    Nous sommes tous les deux Kabilistes, mais évite de balancer n'importe quoi. On va finir par nous taxer des démagogues à la Sakombi de 2 balles

    STP TU PARLES LINGALA ? AS DEJA MIS LES PIEDS A KIN ?


    Selon l’Action commune 2005/355/PESC Du Conseil, le mandat de base de l’EUSEC, va comme suit :

    La mission vise, en étroite coopération et coordination avec les autres acteurs de la communauté internationale, à apporter un soutien concret en matière d’intégration de l’armée congolaise et de bonne gouvernance en matière de sécurité, tel que défini dans le concept général, y compris l’identification et la contribution à l’élaboration de différents projets et options que l’Union européenne et/ou ses États membres pourront décider de soutenir dans ce domaine.

    Le 12 juin 2007, le mandat est précisé par l’Action commune 2007/406/PESC du Conseil qui demande à la mission de :

    a) fournir conseil et assistance aux autorités congolaises dans leurs travaux visant à l’intégration, la restructuration et la reconstruction de l’armée congolaise, notamment en :

    contribuant au développement des différents concepts et politiques nationaux, y compris aux travaux sur des aspects horizontaux englobant l’ensemble des domaines impliqués dans la réforme du secteur de la sécurité en RDC,

    fournissant un soutien aux comités et instances impliqués dans ces travaux ainsi qu’en contribuant à la définition des priorités et besoins concrets des Congolais ;

    b) conduire et mener à son terme le projet d’assistance technique relatif à la modernisation de la chaîne de paiement du ministère de la défense en RDC, ci-après dénommé « projet de chaîne de paiement », afin de remplir les tâches définies dans le concept général relatif à ce projet ;

    c) identifier et contribuer à l’élaboration de différents projets et options que l’UE ou ses États membres peuvent décider de soutenir en matière de réforme du secteur de sécurité ;

    d) superviser et assurer la mise en oeuvre de projets spécifiques financés ou initiés par les États membres dans le cadre des objectifs de la mission, en coordination avec la Commission ; et

    e) contribuer à assurer la cohérence de l’ensemble des efforts déployés en matière de RSS.

    Le 28 juin 2008, l’Action commune 2008/491/PESC Du Conseil modifie le mandat et demande à la mission de :

    a) fournir conseil et assistance aux autorités congolaises dans leurs travaux visant à l’intégration, la restructuration et la reconstruction de l’armée congolaise, notamment en :

    contribuant au développement des différents concepts et politiques nationaux, y compris aux travaux sur des aspects horizontaux englobant l’ensemble des domaines impliqués dans la réforme du secteur de la sécurité en RDC,

    fournissant un soutien aux comités et instances impliqués dans ces travaux ainsi qu’en contribuant à la définition des priorités et besoins concrets des Congolais,

    contribuant, y compris en fournissant son expertise concernant la sélection, la formation et l’entraînement du personnel et l’évaluation des besoins en infrastructure et matériels, à la définition des modalités relatives à l’organisation de la Force de Réaction Rapide et à sa mise en place progressive dans le cadre du plan directeur global de la réforme de l’armée et dans le respect des principes en matière de droit de l’homme, de droit humanitaire international, de question de genre ainsi que de ceux concernant les enfants affectés par les conflits armés ;

    b) conduire et mener à son terme le projet d’assistance technique relatif à la modernisation de la chaîne de paiement du ministère de la défense en RDC, ci-après dénommé “projet de chaîne de paiement”, afin de remplir les tâches définies dans le concept général relatif à ce projet ;

    c) en s’appuyant sur le projet de chaîne de paiement, fournir un soutien à la fonction ressources humaines et au développement d’une politique générale des ressources humaines ;

    d) identifier et contribuer à l’élaboration de différents projets et options que l’UE ou ses États membres peuvent décider de soutenir en matière de réforme du secteur de sécurité ;

    e) superviser et assurer la mise en oeuvre de projets spécifiques financés ou initiés par les États membres dans le cadre des objectifs de la mission, en coordination avec la Commission ;

    f) fournir, en tant que de besoin, un soutien au RSUE dans le cadre des travaux conduits par les comités du processus de pacification des Kivu ; et

    g) contribuer à assurer la cohérence de l’ensemble des efforts déployés en matière de RSS. ».

    4 décembre 2008

    Posté par luka mambu, 08 novembre 2009 à 19:15
  • Je suis un patriote congolais et non un Kabiliste

    Luka mambo,épargnez moi vos conneries.

    Voilà un monsieur qui se dit Kabiliste et me fait dire ce que je n'ai pas dit. Je ne suis pas Kabiliste,je suis un congolais avec un grand C qui pense qu'une élection est passée,qu'il faut la respecter. Kengo n'est pas Kabiliste,Muzito n'est pas Kabiliste si toute fois ce vocable voudrait dire quelque chose.Mon cher monsieur j'espère que vous n'êtes pas un loup coiffé d'une toison de loup.
    Si vous trouvez que les soldat congolais ne peuvent pas être payé à la banque pour des raisons farfelues que vous évoquez,c'est tout simplement que vous répondez à une philosophie de quelqu'un du tiers monde. Les soldats congolais ne sont pas payé en dollar mais bien en franc congolais comme le montre les vidéos. Il est inadmissible que les gens soient payés en argent liquide au 21° siècle.
    Rien que pour récupérer les impôts,les paiements à la banque sont obligatoires ici en Europe. Il devrait en être de même au Congo comme l'Eusec l'expose dans ses projets. Après cinquante ans d'indépendance ce ne serait que normal.
    J'aimerai ne pas perdre mon temps à répondre à des conneries.

    http://fr.euronews.net/2009/07/09/l-europe-aide-a-la-restructuration-de-l-armee-en-rdc/

    http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/081210EUSECRemisedescartes_didentite_a_a_l_Etat-MajordelaGardeRepublicaine.pdf

    Posté par bony, 09 novembre 2009 à 01:48
  • Je suis un patriote congolais et non un Kabiliste

    Luka mambo,épargnez moi vos conneries.

    Voilà un monsieur qui se dit Kabiliste et me fait dire ce que je n'ai pas dit. Je ne suis pas Kabiliste,je suis un congolais avec un grand C qui pense qu'une élection est passée,qu'il faut la respecter. Kengo n'est pas Kabiliste,Muzito n'est pas Kabiliste si toute fois ce vocable voudrait dire quelque chose.Mon cher monsieur j'espère que vous n'êtes pas un loup coiffé d'une toison de loup.
    Si vous trouvez que les soldat congolais ne peuvent pas être payé à la banque pour des raisons farfelues que vous évoquez,c'est tout simplement que vous répondez à une philosophie de quelqu'un du tiers monde. Les soldats congolais ne sont pas payé en dollar mais bien en franc congolais comme le montre les vidéos. Il est inadmissible que les gens soient payés en argent liquide au 21° siècle.
    Rien que pour récupérer les impôts,les paiements à la banque sont obligatoires ici en Europe. Il devrait en être de même au Congo comme l'Eusec l'expose dans ses projets. Après cinquante ans d'indépendance ce ne serait que normal.
    J'aimerai ne pas perdre mon temps à répondre à des conneries.

    http://fr.euronews.net/2009/07/09/l-europe-aide-a-la-restructuration-de-l-armee-en-rdc/

    http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cmsUpload/081210EUSECRemisedescartes_didentite_a_a_l_Etat-MajordelaGardeRepublicaine.pdf

    Posté par bony, 09 novembre 2009 à 01:48
1  2    Dernier »

Poster un commentaire