ALEX ENGWETE

Congologie : Espace d’analyses et d’opinions sur la culture et la politique du sous-continent de la République Démocratique du Congo. Contact: alexengwete@gmail.com

22 janvier 2011

1) Kamerhe perd la boule; et 2) La CEPGL menée en bateau par le Rwanda

1) Vital Kamerhe perd la boule

Il ne fait plus aucun doute dans l'esprit des politiciens de la majorité: Vital Kamerhe, président de l'UNC, aurait tout simplement perdu la boule. Et pour cause...

Au cours de sa dernière sortie en date, lors de sa visite la semaine dernière à la MONUSCO (en compagnie entre autres du Président du Bloc Parlémentaire MLC François Muamba) pour y déposer un mémo dénonçant la révision constitutionnelle effectuée par la majorité du congrès, Kamerhe s'est fendu du commentaire selon lequel chacun des députés de la majorité qui ont voté en faveur de cette révision aurait monnayé son vote au prix de dix mille dollars!

Ce qui a provoqué un tollé...

Si certains de ces députés ont rendu à Kamerhe la monnaie de sa pièce en le traitant de vagabond politique qui a perdu la boule, d'autres prennent ses propos comme un libel et envisagent de le traîner en justice.

Des journalistes avaient aussi coincé Kamerhe dans les locaux de la MONUSCO ce jour-là pour lui demander d'expliquer cette démarche tendant à impliquer cette organisation dans une affaire dans laquelle elle n'a rien à voir. Et Kamerhe de lancer aux journalistes médusés que puisque la MONUSCO était dès le départ garante du processus électoral, il était normal de la tenir informée dès lors que ce processus était en danger d'être compromis. Cependant, en cherchant à impliquer la MONUSCO, ces leaders de l'opposition ont plutôt donné l'image d'une classe de politiciens immatures sans aucune maîtrise des véritables enjeux du pays--dont sa souverainneté nationale, par exemple... Leur démarche à la MONUSCO aurait sans été désapprouvée par Jean-Pierre Bemba, qui n'avait de cesse de clamer que le pays avait été vendu aux étrangers.

Au cours du point hebdomaire de la MONUSCO de cette semaine, son porte-parole, interrogé au sujet de ce mémo, s'est refusé d'être entraîné dans la polémique, insistant que la MONUSCO était "une église au milieu du village." Mais il a toutefois pris soin de préciser que la révision constitutionnelle s'est faite de manière constitutionnelle.

On ne comprend d'ailleurs pas pourquoi l'opposition a choisi de dépenser un capital précieux sur cette question de la révision constitutionnelle. Il est étrange que l'opposition croie qu'il y ait une sorte de magie de conquête du pouvoir au second tour de l'élection présidentielle. Pourquoi ne pourrait-elle pas s'arranger pour n'aligner qu'un seul candidat face au Raïs dès le premier tour?

2) La CEPGL menée en bateau par le Rwanda

La Communauté Économique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) est désormais instrumentalisée par le Rwanda pour régler ses problèmes intérieurs.

En effet, les chefs d'état-major des armées des pays membres de la CEPGL,--Burundi, RDC et Rwanda, qui se sont réunis cette semaine à Kigali ont déclaré dans un communiqué commun qu'un nouveau groupe armé rwandais venait d'être créé dans le Nord-Kivu en vue de faire tomber le régime de Kigali.

Le communiqué désigne le Général Kayumba Nyamwasa, exilé en Afrique du Sud où il a échappé de peu à un assassinat orchestré par les services spéciaux rwandais l'année dernière, comme l'un des organisateurs de ce groupe armé.

Cette accusation est tout simplement farfelue quand on sait que c'est le Rwanda qui est la grande usine de fabrication des milices armées dans les Kivu. Que l'on se souvienne ici que c'est le Rwanda qui avait créé les milices du RCD et du CNDP...

Posté par Alex Engwete à 14:47 - Commentaires [108] - Permalien [#]

Commentaires

1  2  3    Dernier »

Poster un commentaire