ALEX ENGWETE

Congologie : Espace d’analyses et d’opinions sur la culture et la politique du sous-continent de la République Démocratique du Congo. Contact: alexengwete@gmail.com

24 janvier 2011

Le braquage de la Côte d'Ivoire

Que l'on balaie d'entrée de jeu l'argument "démocratique" fallacieux que l'on agite pour justifier l'immixtion dans les affaires intérieures de la Côte d'Ivoire.

Si les Etats-Unis étaient vraiment mordus de démocratie, ils auraient envoyé des marines au Honduras en 2009 pour restaurer au pouvoir le Président Manuel Zelaya déposé par un coup d'Etat militaire. Si la France était férue de démocratie, elle n'aurait pas soutenu le régime Ben Ali jusqu'à ses derniers moments d'agonie--pour ne citer que cet exemple.

Et si les pays de la CEDEAO s'inquiétaient de l'état de la démocratie dans la région, ils iraient d'abord au chevet du Burkina Faso où un président à vie de facto vient de se faire réélire pour la énième fois avec plus de 70% des voix; puis s'empresseraient d'aller prêter main forte au Nigéria qui s'apprête à se livrer à l'une de ses mascarades électorales au mois d'avril de cette année.

La démocratie n'étant pas la cause des cris d'orfraie de ses hérauts auto-proclamés dans la crise ivoirienne, il faudra chercher la cause de celle-ci dans la timide remise en cause de certaines hégémonies au cours des dix ans du régime Gbagbo--par exemple la percée censée inévitable de la Chine et les pistes que lui ouvrirait Gbagbod; ou des schèmes inquiétants pour certains quoique malheureusement sans lendemains de la sortie ivoirienne de la zone CFA.

Pourtant la grande leçon de la crise ivoirienne est justement cette sortie putative: il est grand temps que les pays de la zone CFA pensent sérieusement à planter les bases économiques et fiscales de leur souveraineté dans les limites de leur territoire national. En termes clairs: le franc CFA et ses institutions d'appui doivent disparaître. C'est un scandale et une honte, en effet, que de voir une puissance économique comme la Côte d'Ivoire ne pas avoir une banque centrale NATIONALE à Abidjan ou Yamoussoukro au lieu de dépendre d'une institution bancaire mise en place par la France et qui se situe à Dakar--et dont une grande partie des réserves en dévises se trouve à Paris!

Cette monnaie CFA, garantie par la France et donc alignée sur l'euro, est artificiellement surévaluée et nuit de ce fait aux exportations des pays utilisant cette dénomination. Cette monnaie est surtout un instrument d'exploitation néo-coloniale mis au point par la France pour s'assurer de sa main-mise sur ces pays malgré leur indépendance nominale.

L'exemple ivoirien est si inquiétant qu'afin d'éviter une course aveugle vers des lendemains incertains, des discussions sur l'intégration monétaire des pays de l'Afrique de l'est devraient sérieusement être suspendues au dénouement de la farce qui se déroule en ce moment en Côte d'Ivoire. Et des pays africains responsables devraient réfléchir par deux fois avant de souscrire des cotisartions au Fonds Monétaire Africain dont l'idée vient de germer récemment en Ouganda.

Les pays de la CEDEAO viennent en effet d'effectuer un braquage en règle, en confiant les comptes de la Côte d'Ivoire à Alassane Dramane Ouattara--un individu terré dans un hôtel de luxe; sans aucun contrôle de la machine économique du pays; mais qui, puisque seigneur de guerre de facto, dispose ainsi soudain de fonds pour acheter des armes aux Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN).

En appelant au boycott d'un mois du cacao ivoirien, Ouattara démontre d'ailleurs que c'est seul le pouvoir qui l'intéresse et non les 4 millions d'Ivoiriens qui dépendent de la filière du cacao.

Gbagbo devrait amorcer sans delai l'éclatement de la monnaie CFA en lançant une nouvelle monnaie ivoirienne, comme il menace de le faire. Et honte aux autres pays africains qui se cachent encore dans les jupes de leur mère ogresse, la France!

Posté par Alex Engwete à 13:52 - Commentaires [161] - Permalien [#]

Commentaires

    Un bon résumé de la situation que je me permettrai de répercuter prochainement ici :
    http://resistances.akwedo.com
    Bien à toi

    Koko Taillé, alias Djé.

    Posté par Koko Taillé, 24 janvier 2011 à 15:49
  • L'indépendance par la monnaie...

    Dans le discours qui causa sa perte, Sékou Touré avait clairement établi les fondements essentiels à une vraie indépendance des pays africains. Au nombre de ces fondements, il y avait la monnaie. La France en était aussi convaincue que la chose dont elle a été très fière (le film de Benquet sur la Françafrique le montre)c'est d'avoir lancé sur le marché guinnéen de faux billet de la nouvelle monnaie du pays.

    Merci d'avoir mis les projecteurs sur cet aspect des choses. Fait incroyable, les autres pays africains donnent les clefs du compte de la Côte d'Ivoire à Alassanne Ouattara pour qu'il puisse librement acheter les armes qu'il veut pour attaquer la Côte d'Ivoire. Tu as vu juste. Il s'agit d'un braquage de la Côte d'Ivoire. Les plus bêtes dans cette histoire, ce ne sont pas les Européens qui sont derrière ce comportement. Ce sont les Africains qui hier vendaient allègrement leurs frères au point que les Européens les accusent aujourd'hui d'être les premiers responsables de la traite atlantique ; aujourd'hui, ils participent à la ruine d'un des leurs et seront demain accusés d'avoir agi librement en connaissance de cause.

    Posté par St-Ralph, 25 janvier 2011 à 05:00
  • good post and thank you

    Posté par cheap ugg boots, 25 janvier 2011 à 09:12
  • Bagba ameki kasi ekosimba téé, ba africains ba traître, ba hypocrites: cedeao(lol)

    Le pire pour un africain ou un congolais, c'est l'africain ou congolais son propre frère.

    Le nigeria, odinga, bizima (asalaki nini kuna? na délégation oyo bagbo abenganaki?), honte au nigeria, incapable d'apaiser les communautés chrétiennes et musulmanes, s'immisce dans les affaires internes de la côte d'ivoire.

    Soro guillaume, premier ministre nommé par bagbo qui va démissionner nuitamment dans la république hôtellière d'abidjan chez son patron des forces nouvelles Allasanne OUATTARA, allégeance réussit, soro a été réconduit premier SINISTRE (lol).

    Je suis d'accord avec Alex, le franc cfa doit disparaitre, chaque pays doit avoir sa banque centrale, ses réserves, ses prévisions au lieu de s'agripper à la France qui ne représente plus rien avec l'émergence du brésil, l'inde, russie,la chine, le japon etc...

    Malheureusement Bagbo ne tiendra pas face à la coalition des assassins: usa,france, royaume unis, union européenne.....
    Bagbo est dans la séringue, EZA MAWA MINGI, les Africains l'ont lâché comme une paire des chaussettes sales, batiki na mikakatano na yéééé(lol)

    Muyomba, kwiya, noko, oncle international, colonel, manseba, nguatshi, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 25 janvier 2011 à 09:50
  • tongo etani a lu ISHANGO (très fort)

    Ishango dit :
    Le Grand Rêve de Kabila : s’éterniser au pouvoir au Congo et mourir un jour Chef de l’Etat.

    Ce qui lui permettra d’avoir bien accompli sa mission.
    L’ Elite congolaise a perdu la tête. Tout le monde se moque du Congo, les personnes averties ont compris l’ironie même du message des Ambassadeurs auprès de qui le Président de la Chambre basse juge utile de battre campagne d’explications sur le bien fondé de sa Révision constitutionnelle pour leur poussin Kabila.
    C’est la honte pour un Professeur d’Université à qui l’on confie de lourdes charges de la Nation (alors qu’il n’était même pas élu Député) , mais qu’ il profane pour des petits intérêts privés. L’histoire les jugera tous. Des gens sans honte ni fierté de ce qu’ils sont.

    Les Dirigeants du Parlement, les Valets au Gouvernement et bien d’autres chiens de chasse de Kabila comprendront un jour avec remord qu’ils ont trahi la Nation.
    Il lègue une mauvaise réputation à leur postérité.
    Aujourd’hui en Europe, lorsque les chaînes des Télévisions balancent les images des Traîtres de l’époque Nazis, nombreux sont leurs déscendants qui se couvrent de honte et certaines personnes renient même d’appartenir à tel ou tel autre ascendant.

    Lors de nos examens sur le constat de la situation de notre pays, finalement nous avons compris que la dose de trahison de la Nation a atteint des proportinalités inimaginables et très inquiétantes.
    L’empire de la domination rwandaise s’est grandement érigé au Congo avec des ramifications incroyables.
    On ne peut pas comprendre que le Rwanda contrôle l’appareil même de l’Etat congolais depuis le sommet jusqu’ au niveaux des forums virtuels (nous avions récemment dénoncé la main du Rwanda sur le Forum web : « KIVU-AVENIR »). Et l’intellectuel congolais se plait du pécule mensuel qu’on lui donne au détriment de son pays.
    Le Parlement, une institution qui est dirigée par des intellectuels de renom, au Sénat comme à l’Assemblée, se laisse couler au prix des frivolités que Kabila (l’ Excellence) achetent ceux qui s’appellent communément des « Honorables ». Où est l’honorabilité ?
    L’ Excellence du chef de l’Etat se traduit dans la corruption qu’il prétend combattre ainsi que les assassinats et l’ Honorabilité de nos Députés se manifeste dans la protection des antivaleurs et du sabotage des lois qu’ils édictent eux-mêmes.

    Ainsi, nous voudrions dire que tout est bien organisé à tous les niveaux pour toujours croupir le Geant Congo à genou, mais ce que nous savons est que « Tout Empire périra » disait Machiavel même si ces moyens justifaient la fin pour le Rwanda et ses collabos congolais.

    Les présidents de l’Assemblée, celui du Sénat et tous leurs clameurs Députés regretteront un jour leur comportement et rejetteront au moment fatidique la Responsabilité uniquement à leur Chef Kabila alors qu’aujourd’hui, ils ont le pouvoir de dire non à la Révision constitutionnelle de Kabila. Le Président de l’Assemblée Nationale, nous nous posons la question de savoir quel Droit constitutionnel enseignera-t-ils encore aux jeunes étudiants à l’université.

    Sans être envahie de naïveté, nous savons qu’un jour ce « Peuple passif » dira non comme la décision d’un seul homme décidé de porter son destin avec toutes les peines.

    Que l’intellectuel congolais se réveille, c’est le moment pour lui d’éviter d’être accusé de complicité par l’histoire, le Peuple congolais a besoin seulement de la bravoure de quelques Fils dignes et capables de le mener comme une locommotive en vue de s’approprier son destin. On s’est cru libéré avec l’ AFDL, mais l’asservissement a atteint son comble.

    Nous sommes la risée de tous les autres peuples du monde. Nous disons toujours que ceux qui vivent à l’étranger comprennent mieux ce que nous disons, quel mépris s’attache à la qualité de « Congolais » aujourd’hui vu de l’étranger comme à l’étranger.

    En dépit de ces manoeuvres de modifications constitutionnelles et tous les renforcements des pouvoirs de Kabila, un peuple bien organisé est capable de braver la peur et découdre toutes ces manoeuvres éphémères que Kabila organise pour se pérenniser au pouvoir au Congo au service des pays étrangers voisins et des puissances qui le soutiennent.

    Ce qui se passe ailleurs en Afrique doit nous inspirer et savoir reconquérir la liberté pour notre destin commun.
    Même nos militaires (fils du pays pcq parmi eux, il y a aussi des étrangers) doivent savoir être et agir comme des hommes. Nous avons des grands Officiers bien formés, alors que le petit peuple se distrait encore, pourquoi se comportent-ils eux aussi aux « chiens de garde » de Kabila et se disponibilisent près à tuer leurs compatriotes ? Leurs amis ont fait preuves ce qu’ils sont dans les Guinées et partout ailleurs dans le monde chaque fois que la Mère Patrie est en danger ou ménacée. C’est le moment, les téléguidés du Rwanda au pouvoir à Kinshasa font maintenant preuve de leur volonté qui est de loin limitée à organiser des élections au Congo dès lors que la Révision constitionnelle plébiscite anticipativement Kabila.

    Chers compatriotes, ouvrons l’oeil, l’ère grave, mettons de côté tous nos fanatismes et sauvons d’abord le pays, le reste est à nous.

    Merci.

    Rose Mwania
    .

    Posté par tongo etani, 25 janvier 2011 à 12:01
  • TOLAMUKAAA, tolongola likunya, boni biso bolembu boyéééé?

    Depuis la livraison des armes aux rwandais extremistes du CNDP, le brassage des assassins violeurs du cndp dans les FARDC, la farce de nkunda dans sa villégiature au Rwanda de ses ancêtres, les aventuriers du gouvernement d'occupation ont intégré le cndp dans l'amp et octroyé des postes civils et militaires aux assassins du cndp.
    A kin et au congo, nous, les enfants nés grâce à nos aieux au CONGO de nos mamans, nous déplorons les disparitions, les assassinats: boteti, chebeya, bazana, ntungulu, etc.......
    mokia, kutino na lubuaku etc...

    Nos compatriotes errent dans les rues comme dans le film: le retour des vampires(amaigris, santé mobulu, muindu tout, sans mayi na courant, kaka ko tambola koluka lipa ya mikolo na mikolo, mosala NKATUUUU), taraudaient et tiraillés par la FAIM et maté par les animaux venus avec des bottes en caoutchouc, la famine, la corruption, le népotisme, le tribalisme, l'incompétence poussent nos compatriotes à vivre sans espoir pour le lendemain, pendant que nos soeurs et frères lèchent les rwandais extremistes qui concèdent quelques miettes aux traitres CONGOLAIS.

    Dans la résistance, il y a une ALTERNATIVE: TU VIENS LIBERER TON PAYS OU TU ACCEPTES D'ETRE PENDU HAUT ET COURT APRES LA LIBERATION.

    Un bémol ya noko, muyomba, manseba ,nguatshi,noko, oncle, LES FILLES, FEMMES, SOEURS CORROMPUES, AVILIES SERONT TONDUES po ba bandéla tséééééééééééé., MIBALI KAKA PENDAISON NA PONT GABU OU GABY ETEYA BINOOOO: MITU NA BINO EKOKATANA SIMA TOKO BUAKELA BINO SOYIII, ntangu ifuéni (ngonga yango oyo ebeti).

    Noko aza na six grandes soeurs, aza muana MOBALI YA LIBOSO.


    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, oncle international, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 25 janvier 2011 à 14:12
  • OMONA WAPI, BANA MBOKA BAZOTEKA PE KOBOMA MBOKA NA BISO!!!!!!!

    ONCLE INTERNATIONAL:
    Tshiluba ou CILUBA:

    "Udi wa bavuala nsoka, beela luonji mu mpaya"
    "Badi kumona ewu bu ewu"
    "Mukua kanyanga muoyi, wa badi banyonga muoyi bu ciamu"

    TRADUCTION ONCLE:

    "Tes propos provoquent la colère mais ne laisse pas indifférents.
    pour préserver la paix entre les uns et les autres.
    "Car celui qui te crève le coeur, c'est celui qui te reprend la confiance par la FORCE.

    NAKOTI NA MUNU KUTUBA:

    "Béto kele na inzo na beto na ba nfinda ya ba nkanka na beto, beto nzonza kutinda bana na beto na kuyekula ba ndinga ya mindélé.
    Nkasi na buala ya ba nkankas na beto ba niokas bo be kota tii na inzo na beto, beto kubuma nioka nsambu na kimia na buala ya ba nkanka na beto"

    TRADUCTION NOKO:

    "Nous sommes chez nous, nous cherchons un moyen pour envoyer nos enfants à l'école, comme par hasard les serpents sont rentrés dans la brousse en s'infiltrant dans nos maisons par la cupidité de nos soeurs et frères alliés des envahisseurs"

    Nakoti na swahili eza langue ya CONGO TSEEE, bo mbenda film: elobamaka na kenya, ouganda, rwandais, zambie, tanzanie, na kutu tipo tipo abandaki kobeta ango, eza ertzat ya ARABE FACILE (noko abetaka pe arabe (lol)), bozui problème:

    SOUBOUHIswahili): tongo na arabe, MAGARIBI: magrib na arabe: pokua na arabe magrib (lol), nawuta kuna (mulukat(lol), mukongo (lol)))

    SWAHILI:

    "Ndumbili kajua kukwera pa kushuka manganya ganga kaukwera nnandi mpaka kuchanya pa kurundi katungwama kama hamkufanya jitihadi ya kuzinguama utakuwa mtego wa panya."

    Traduction NGUATSHI:

    "Le singe sait grimper mais descendre, c'est un problème.
    Grimper dans le nandi au point de s'y emmêler.
    Au moment de redescendre, on reste suspendu.
    Si vous ne faites pas d'effort pour vous entendre.
    Alors tout ça se fira en piège à RATS.

    NOKO BETA MUA LINGALA AWA:

    "Boyebaka bino bateki ya mboka, na sima na libération, lifuta na bino eza LIWA, tokosopa SOYI na ba EBEMBE na bino bateki ya mboka, bana basi bolongwa na biloko wana soki bo continuer , nga noko, soki nga nakotia bino kaka KOVO TO MOKOKOLI"

    Traduction KWIYA:

    "Les gens qui trahissent notre pays seront châtiés, le jugement sera la pendaison pour les hommes, nous ne sommes pas des animaux de l'amp, nous allons TONDRE les filles (eza mua chance, dans cette guerre, nos mamans ont beaucoup souffert"

    EEEEEEH CONGO, MBOKA KIBANGU, LUMUMBA, M'POLO, OKITO, MAMA KIMPA VITa'(muana muasi abandaki na vingt ans, babomi ye na vingt deux ans 'ba antoniens"), NVIDI MUKULU, MWANT YAV
    .EEEEEEEEEEEEEEEEH CONGO EEEEEEEEEEH..........

    Manseba, muyomba, nguatshi, noko, oncle, COLONEL, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 25 janvier 2011 à 15:58
  • Pauvres Africains (lol)

    Le sacre des bourreaux .
    Mardi, 25 Janvier 2011 06:16 Ngombulu Ya Sangui Ya Mina Bantu LASCONY .Tribune libre
    L’Afrique est le seul endroit au monde où l’opprimé cultive inconsciemment l’amour de l’oppresseur. Un grand nombre de ses intellectuels se sent obligé de paraphraser des penseurs grecs et allemands, souvent négrophobes, pour embellir sa verve, convaincu que toute légitimité passe par Platon ou Hegel. Les citations en latin fusent lors des symposiums, car cette bande d’épigones a le culot de ressusciter une langue morte. Pendant la pause déjeuner, on disserte sur Héraclite d’Ephèse pour avoir l’air « civilisé ». L’œuvre d’Helvétius fait office d’évangile. Chacun y concourt pour se sentir étranger à sa propre culture et à l’aise dans celle d’autrui. Tierno Bokar, Wa Kamissoko, Rujindiri, le maître de l’inanga et d’autres cerveaux africains n’auront pas droit de cité.

    C’est malheureusement cette élite qui se trouve aux commandes de l’Afrique, bateau ivre au bord du naufrage. La visite officielle du chef d’Etat de l’ancienne métropole donne lieu à un rituel d’hygiène. La population est mobilisée pour déblayer les rues de ses carcasses ; les troncs d’arbre sont repeints à la va-vite ainsi que quelques façades d’immeubles affaissés. Une fois le manitou reparti, l’insalubrité reprend ses droits. La photo officielle du Président se fait devant une rangée d’encyclopédies qu’il ne lira jamais. S’il lui arrivait de scruter leur contenu, les avenues seraient immédiatement débaptisées. Voltaire, Surcouf, Faidherbe, Bismarck, Stanley, Victoria, Chamberlain, Salazar, Van Rebeek… perdraient tout honneur. Mais en Afrique et chez le Nègre en général, l’amour du bourreau supplante l’amour propre.

    Voulez-vous des exemples ?

    Le 28 janvier 1987, Edward Johnson, un jeune afro-américain condamné à mort, fut exécuté dans une prison du Mississipi pour le meurtre d’un policier, alors qu’il était innocent. Sa maman avait même fait la bise au Shérif qui l’enverra sur la chaise électrique une semaine après le procès. Qu’est-ce qui peut justifier une telle léthargie ?

    En 1991, la Conférence Nationale dite Souveraine au Congo-Brazzaville a réhabilité les colons à travers les noms de ville et bâtiments officiels, pourtant débaptisés lors de la révolution marxiste (1968-1990). Ainsi la ville de Loubomo est redevenue Dolisie ; le Lycée drapeau rouge, Chaminade. Le camarade Denis Sassou-Nguesso, ancien marxiste, du moins en apparence, s’en est inspiré en 2004 pour inaugurer un somptueux mémorial dédié à Pierre Savorgnan De Brazza. Une suite exclusive de griots congolais a donné de la voix dans un clip vidéo pour accompagner l’évènement. Le conquistador franco-italien qui a dépouillé le roi Makoko de sa terre et ses sujets n’a jamais été aussi honoré. Qui pourrait authentifier le fameux « traité » qu’ils auraient signé ? En faisant ériger ce mémorial, Denis Sassou-Nguesso a infligé l’humiliation suprême au peuple congolais, mais aussi à toute l’Afrique. Pour effacer ce sacrilège, il faudra dynamiter ce lieu ;

    En juillet 2007 à l’U.C.A.D (1), les Sénégalais ont applaudi vigoureusement le Président français Nicolas Sarkozy qui leur a déversé tout son mépris en direct. Son fâcheux discours a même nourri la littérature africaine du 21e siècle. Il ne serait pas étonnant que celui-ci figure un jour au programme scolaire en Afrique ;

    Le 14 juillet 2010, 15 sous-préfets africains ont débarqué à Paris avec des néo-tirailleurs pour célébrer le cinquantenaire du néocolonialisme. Ces régiments se sont ramassés la flotte en marchant au pas sur les Champs-Elysées, confirmant que l’Afrique dite francophone était encore soumise aux diktats. Il ne manquait que la redingote aux sous-préfets pour faire de cette célébration, le carnaval de l’oncle-tomisme.

    Le 24 octobre 2010, lors de la Foire de la BD à Kinshasa, la ministre de la culture et des arts Jeannette Kavira Mapera a fait l’apologie du colonialisme belge en défendant « Tintin au Congo » qu’elle a qualifié de « chef-d’œuvre ». Alors que son compatriote Bienvenu Mbutu Mondondo avait porté plainte contre l’éditeur Hergé pour le faire interdire. En Iran ou au Pakistan, un tel acte serait assimilable à une haute trahison et aurait valu une trentaine de coups de fouet à Mme la ministre comme au temps de Léopold II. Cette dernière à sa place à l’asile, mais certainement pas au gouvernement ;

    Le 1er décembre 2010, des responsables politiques centrafricains ont réhabilité l’ex empereur Bokassa 1er, principal fossoyeur du pays (en témoignent son couronnement et ses nombreux châteaux en France), faute d’avoir fait mieux.

    Le 16 janvier 2011, l’ancien dictateur haïtien, Jean-Claude « Baby doc » Duvalier, de retour au bercail, a été accueilli en sauveur par des Haïtiens exaspérés par leur condition. Le même qui fut chassé par la rue, 25 ans auparavant. Est-ce le prélude d’un retour des tontons macoutes ?

    Par contre, Foday Sankoh et Charles Taylor ne seront jamais applaudis par les manchots de Sierra-Léone et du Liberia. Il faut tout de même craindre qu’un jour Macias Nguema, Ian Smith, Mobutu, Peter Botha, Sani Abacha, Pierre Mesmer, Idi Amin Dada, Paul Aussaresses, Mengistu, Lothar Von Trotha et consorts ne soient béatifiés. Les Tunisiens ont réussi à chasser leur dictateur, mais pas encore les Gabonais. Un Ben Ali peut en cacher un autre (Ali Ben Bongo). Le devoir de mémoire fait défaut à l’Afrique. Un peuple qui a le pardon facile est voué à disparaître.

    Tous les dictateurs africains déchus ont vu leurs avoirs gelés en Occident. Malgré tout, leurs successeurs s’obstinent à se rendre dans les paradis fiscaux pour y déposer des lingots d’or. Et pourtant, la Suisse, le Luxembourg, le Lichtenstein, les principautés de Monaco et d’Andorre ne sont pas réputées pour accorder l’asile aux Africains. Est-ce le pouvoir qui abrutit les Hommes ou l’appât du gain ?

    Le plus gros handicap de l’Afrique est d’avoir les élites politiques et intellectuelles les plus aliénées du monde. Une purge s’impose.

    Ngombulu Ya Sangui Ya Mina Bantu LASCONY
    Ecrivain, documentariste, historiographe
    Institut Cercle-Congo

    (1) Université Cheikh Anta Diop

    Posté par tongo etani, 25 janvier 2011 à 23:14
  • Bravo

    Le monde entier doit impérativement revoir l'aspect monétaire.
    Je lis beaucoup d'articles très critiques sur les US, et de fait, ce qu'ils font est désastreux, mais il ne faut jamais oublier qu'ils sont sous emprise des Banksters. Sans les Rothschilds, les US n'entraient pas dans la 1° guerre mondiale qui se terminait en 1916.
    Un docu remarquable en anglais : Fiat Empire, si vous ne le connaissez pas :
    http://video.google.com/videoplay?docid=5232639329002339531#
    Un autre, de Bill Still, très intéressant "the secret of Oz" :
    http://www.youtube.com/watch?v=U71-KsDArFM
    et ce dernier :
    http://www.youtube.com/watch?v=hrV84FZ_4G4
    Il a aussi proposé "Rothschild exposed", très clair au niveau de l'origine des banques centrales, monstrueux racket :
    http://www.youtube.com/watch?v=bBIassZIumo
    Je vous poste sur mon blog...si ça vous ennuie, un petit mot, et j'enlève. Je vous ai vu sur ResistancesAkwedo (très bon site)

    Posté par Nicole, 26 janvier 2011 à 00:10
  • une fondation a tenté de faire libérer deux Norvégiens condamnés à mort

    http://www.romandie.com/infos/news2/110126162820.ucuavwhi.asp

    KINSHASA (RDCongo) - Une fondation norvégienne a tenté en vain de faire libérer deux Norvégiens condamnés à mort en République démocratique du Congo (RDC) pour le meurtre en 2009 d'un Congolais, a affirmé mercredi à l'AFP un avocat des familles....

    ...En Norvège, un porte-parole de la Fondation Dina a confirmé qu'elle avait tenté de contribuer à un dénouement de la situation, tout en soulignant qu'une indemnisation économique de la famille de la victime était une exigence des autorités congolaises.

    Le fondateur de cet institut, Rune Edvardsen, "s'est bien engagé dans des négociations en septembre (2010) pour tenter de parvenir à une solution", a déclaré à l'AFP le porte-parole, Geir Ingar Egeland.....

    Posté par Lorraine, 27 janvier 2011 à 20:46
  • noko tongo yeyo: tongoetani@gmail.com

    Le sacre des bourreaux .
    Mardi, 25 Janvier 2011 06:16 Ngombulu Ya Sangui Ya Mina Bantu LASCONY .Tribune libre
    L’Afrique est le seul endroit au monde où l’opprimé cultive inconsciemment l’amour de l’oppresseur. Un grand nombre de ses intellectuels se sent obligé de paraphraser des penseurs grecs et allemands, souvent négrophobes, pour embellir sa verve, convaincu que toute légitimité passe par Platon ou Hegel. Les citations en latin fusent lors des symposiums, car cette bande d’épigones a le culot de ressusciter une langue morte. Pendant la pause déjeuner, on disserte sur Héraclite d’Ephèse pour avoir l’air « civilisé ». L’œuvre d’Helvétius fait office d’évangile. Chacun y concourt pour se sentir étranger à sa propre culture et à l’aise dans celle d’autrui. Tierno Bokar, Wa Kamissoko, Rujindiri, le maître de l’inanga et d’autres cerveaux africains n’auront pas droit de cité.

    C’est malheureusement cette élite qui se trouve aux commandes de l’Afrique, bateau ivre au bord du naufrage. La visite officielle du chef d’Etat de l’ancienne métropole donne lieu à un rituel d’hygiène. La population est mobilisée pour déblayer les rues de ses carcasses ; les troncs d’arbre sont repeints à la va-vite ainsi que quelques façades d’immeubles affaissés. Une fois le manitou reparti, l’insalubrité reprend ses droits. La photo officielle du Président se fait devant une rangée d’encyclopédies qu’il ne lira jamais. S’il lui arrivait de scruter leur contenu, les avenues seraient immédiatement débaptisées. Voltaire, Surcouf, Faidherbe, Bismarck, Stanley, Victoria, Chamberlain, Salazar, Van Rebeek… perdraient tout honneur. Mais en Afrique et chez le Nègre en général, l’amour du bourreau supplante l’amour propre.

    Voulez-vous des exemples ?

    Le 28 janvier 1987, Edward Johnson, un jeune afro-américain condamné à mort, fut exécuté dans une prison du Mississipi pour le meurtre d’un policier, alors qu’il était innocent. Sa maman avait même fait la bise au Shérif qui l’enverra sur la chaise électrique une semaine après le procès. Qu’est-ce qui peut justifier une telle léthargie ?

    En 1991, la Conférence Nationale dite Souveraine au Congo-Brazzaville a réhabilité les colons à travers les noms de ville et bâtiments officiels, pourtant débaptisés lors de la révolution marxiste (1968-1990). Ainsi la ville de Loubomo est redevenue Dolisie ; le Lycée drapeau rouge, Chaminade. Le camarade Denis Sassou-Nguesso, ancien marxiste, du moins en apparence, s’en est inspiré en 2004 pour inaugurer un somptueux mémorial dédié à Pierre Savorgnan De Brazza. Une suite exclusive de griots congolais a donné de la voix dans un clip vidéo pour accompagner l’évènement. Le conquistador franco-italien qui a dépouillé le roi Makoko de sa terre et ses sujets n’a jamais été aussi honoré. Qui pourrait authentifier le fameux « traité » qu’ils auraient signé ? En faisant ériger ce mémorial, Denis Sassou-Nguesso a infligé l’humiliation suprême au peuple congolais, mais aussi à toute l’Afrique. Pour effacer ce sacrilège, il faudra dynamiter ce lieu ;

    En juillet 2007 à l’U.C.A.D (1), les Sénégalais ont applaudi vigoureusement le Président français Nicolas Sarkozy qui leur a déversé tout son mépris en direct. Son fâcheux discours a même nourri la littérature africaine du 21e siècle. Il ne serait pas étonnant que celui-ci figure un jour au programme scolaire en Afrique ;

    Le 14 juillet 2010, 15 sous-préfets africains ont débarqué à Paris avec des néo-tirailleurs pour célébrer le cinquantenaire du néocolonialisme. Ces régiments se sont ramassés la flotte en marchant au pas sur les Champs-Elysées, confirmant que l’Afrique dite francophone était encore soumise aux diktats. Il ne manquait que la redingote aux sous-préfets pour faire de cette célébration, le carnaval de l’oncle-tomisme.

    Le 24 octobre 2010, lors de la Foire de la BD à Kinshasa, la ministre de la culture et des arts Jeannette Kavira Mapera a fait l’apologie du colonialisme belge en défendant « Tintin au Congo » qu’elle a qualifié de « chef-d’œuvre ». Alors que son compatriote Bienvenu Mbutu Mondondo avait porté plainte contre l’éditeur Hergé pour le faire interdire. En Iran ou au Pakistan, un tel acte serait assimilable à une haute trahison et aurait valu une trentaine de coups de fouet à Mme la ministre comme au temps de Léopold II. Cette dernière à sa place à l’asile, mais certainement pas au gouvernement ;

    Le 1er décembre 2010, des responsables politiques centrafricains ont réhabilité l’ex empereur Bokassa 1er, principal fossoyeur du pays (en témoignent son couronnement et ses nombreux châteaux en France), faute d’avoir fait mieux.

    Le 16 janvier 2011, l’ancien dictateur haïtien, Jean-Claude « Baby doc » Duvalier, de retour au bercail, a été accueilli en sauveur par des Haïtiens exaspérés par leur condition. Le même qui fut chassé par la rue, 25 ans auparavant. Est-ce le prélude d’un retour des tontons macoutes ?

    Par contre, Foday Sankoh et Charles Taylor ne seront jamais applaudis par les manchots de Sierra-Léone et du Liberia. Il faut tout de même craindre qu’un jour Macias Nguema, Ian Smith, Mobutu, Peter Botha, Sani Abacha, Pierre Mesmer, Idi Amin Dada, Paul Aussaresses, Mengistu, Lothar Von Trotha et consorts ne soient béatifiés. Les Tunisiens ont réussi à chasser leur dictateur, mais pas encore les Gabonais. Un Ben Ali peut en cacher un autre (Ali Ben Bongo). Le devoir de mémoire fait défaut à l’Afrique. Un peuple qui a le pardon facile est voué à disparaître.

    Tous les dictateurs africains déchus ont vu leurs avoirs gelés en Occident. Malgré tout, leurs successeurs s’obstinent à se rendre dans les paradis fiscaux pour y déposer des lingots d’or. Et pourtant, la Suisse, le Luxembourg, le Lichtenstein, les principautés de Monaco et d’Andorre ne sont pas réputées pour accorder l’asile aux Africains. Est-ce le pouvoir qui abrutit les Hommes ou l’appât du gain ?

    Le plus gros handicap de l’Afrique est d’avoir les élites politiques et intellectuelles les plus aliénées du monde. Une purge s’impose.

    Ngombulu Ya Sangui Ya Mina Bantu LASCONY
    Ecrivain, documentariste, historiographe
    Institut Cercle-Congo

    (1) Université Cheikh Anta Diop

    Posté par tongo etani, 25 janvier 2011 à 23:14

    Posté par tongo etani, 28 janvier 2011 à 13:20
  • une vue d'ensemble?

    @ Tous

    http://www.dailymotion.com/video/xbn78f_confessions-dun-assassin-economique_news


    Avis a l'energumene:

    Evitez de tuer les messagers, refutez seulement les faits...si vous le pouvez...honnetement.

    de coeur avec tous

    Posté par wavre, 30 janvier 2011 à 09:16
  • Enfin bakomi ko ndima GENOCIDE na mboka

    Un rapport de l'Onu parlerait de "génocide" en RDC


    Le rapport du Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'Onu sur les exactions commises en République démocratique du Congo (RDC) fournira une base pour des poursuites pour génocide, écrit Le Monde daté de vendredi.

    Le quotidien français, qui en publie une version présentée comme quasi définitive, s'est toutefois attiré les foudres de l'Onu, qui insiste sur le fait qu'il ne s'agit que d'un projet et que certains des éléments rendus publics sont "faux".

    Le document publié par Le Monde fait état de tensions entre Kigali et les Nations Unies en raison de son contenu, le Rwanda étant particulièrement visé dans le rapport.

    Le nombre de victimes des crimes commis entre 1993 et 2003 dans la région des Grands Lacs, en Afrique centrale, est incertain, mais il dépasse le million.

    Selon des extraits du rapport reproduits par Le Monde, "les attaques systématiques et généralisées (contre les Hutus réfugiés en République démocratique du Congo) révèlent plusieurs éléments accablants qui, s'ils sont prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de crimes de génocide".
    La Cour pénale internationale, compétente pour les crimes commis après sa création en 2002, n'est pas compétente pour juger ces faits remontant à la première guerre en RDC (1996-97).
    Le Haut-Commissariat s'en remet à "la nécessité de créer de nouveaux mécanismes" judiciaires pour "briser le cercle de l'impunité".
    PAS UNE VERSION FINALE, DIT L'ONU

    Le rapport incrimine huit pays dans les crimes commis entre 1998 et 2003, lors de la deuxième guerre du Congo, notamment l'Angola, dont l'armée régulière aurait profité de sa présence en RDC pour renforcer sa répression à l'encontre des populations de l'enclave de Cabinda, située dans le Bas-Congo.
    Le Rwanda, où un génocide contre les Tutsis et les Hutus modérés a eu lieu en 1994, faisant 800.000 morts, est, selon Le Monde, le pays faisant le plus pression sur l'Onu pour que ce rapport ne soit pas publié en l'état.
    L'utilisation du mot de "génocide" contre les Hutus qui ont fui le Rwanda après les massacres et ont été poursuivis en RDC par le nouveau pouvoir rwandais, aurait suscité le courroux du président Paul Kagamé, homme fort de Kigali depuis 1994.
    Le quotidien écrit que le chef de l'Etat rwandais a menacé de retirer ses nombreuses troupes des missions de maintien de la paix de l'Onu, notamment au Darfour.
    Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'Onu, a déploré cette publication.
    "C'était un projet (de rapport-NDLR), pas la version finale", a-t-il déclaré à Reuters à Genève.
    "Nous avons dit au Monde que la version finale, officielle serait publiée très rapidement. Nous sommes extrêmement déçus qu'ils aient continué à publier cette version alors qu'ils savaient que ce n'était pas le rapport définitif."
    Reuters

    Posté par tongo etani, 30 janvier 2011 à 17:28
  • PAYS DES VOLEURS ET DES CORROMPUS!!!!!

    Finances :

    Banque Congolaise : Les dessous d’une liquidation



    Le gouverneur de la BCC Jean-Claude Masangu dédicace un exemplaire de recueils de ses discours à Bruxelles. Photo C.I.C

    Créée en 1989 des cendres de l’UZB (Union zaïroise des banques), la Banque Congolaise (BC) a été reprise dans des conditions mystérieuses par le Franco-Libanais Roger Alfred Yhagi. Ancien cambiste de rue devenu banquier, Yaghi a bénéficié de ses relations notamment avec le gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC) Jean-Claude Masangu Mulongo et au sommet de l’Etat. La BC était jusqu’à sa fermeture, au début du mois de janvier 2011, la deuxième grande banque du pays avec 14,9% du marché bancaire. Les experts y voient une «fuite en avant» pour enterrer des cadavres enfouis dans les placards de cette institution bancaire gérée au mépris de l’éthique bancaire.


    «Nous sommes une institution bancaire respectée, réputée pour la qualité de nos services, l’efficacité de notre capital humain et notre soutien constant aux efforts de développement du secteur économique de la République Démocratique du Congo. (…).» C’est le slogan qui accueille les internautes qui visitent le site www.congobank.com de la BC. Une institution bancaire respectée? Allons donc!

    Créances certifiées

    Depuis la crise de la dette de 1982 que d’aucuns qualifient de première crise de la mondialisation, on a assisté à l’effondrement d’une vieille croyance ancrée depuis des siècles dans les milieux financiers selon laquelle les États ne pouvaient pas faire faillite. Depuis, tout le monde se méfie des pouvoirs publics notamment lorsqu’il s’agit surtout de leur prêter de l’argent. Aujourd’hui, prêter à l’État c’est courir le risque illustré par la caricature populaire du commerçant squelettique ruiné, qu’on trouve affichée dans les petits bazars avec cette mention: «Il faisait crédit à ses clients, il est tombé en faillite au point qu’il doit regagner son village à pieds».

    Appelons le chat par son nom. La BC sous Yaghi s’est illustré dans le rachat des vieilles créances sur l’Etat congolais moyennant d’importantes décotes que les pouvoirs publics défaillants ne remboursaient guère suite à leurs nombreuses difficultés financières. Rien de bien illégal dans la mesure où il s’agissait des «créances certifiées» par le trésor public, rachetées parfois avec l’aval du ministère des Finances et payées en intégralité par la Banque centrale du Congo. Bien entendu, moyennant un avis favorable du ministère du Budget. C’est ainsi que les créances d’un total de 34.200.000 dollars des établissements Lengelo, des firmes Starcel, Offizaire et Faxim se sont retrouvées logées dans le portefeuille des effets de cette banque. Là où le bat blesse est que ces créances rachetées au prix ridicule de un franc congolais symbolique, étaient repayées entièrement (principal plus intérêts accumulés) à Yaghi qui empochaient des profits hors du commun qu’il partageait par la suite avec ses complices de la chaîne de dépense (ministère des Finances, ministère du Budget et la BCC).

    Ces «mauvaises créances» sur l’Etat ont constitué une aubaine dans la mesure où le chiffre d’affaires de la BC était de nature à faire pâlir d’envie n’importe quelle institution bancaire. Les états financiers de cet établissement donnaient l’image d’une solidité financière. Avec le recul du temps, il est clair que ces états financiers n’ont été que factices. Pour réussir son forfait, la BC avait réussi à s’allier un partenaire de taille en la personne de l’actuel gouverneur de la BCC, Jean-Claude Masangu Mulongo. «Le dossier de la Banque Congolaise a toujours été géré directement par le gouverneur, ajoute-t-il. Plusieurs rapports d’inspections faites par la direction de Surveillance des banques et établissements financiers étaient gelés au niveau du même gouverneur». «La connivence entre Masangu et Yaghi était un secret de Polichinelle sur la place financière kinoise». A en croire notre interlocuteur, l’achat même de la Banque Congolaise par des sujets libanais au détriment des autres prétendants congolais «n’a été possible que grâce à la complicité entre Masangu et Yaghi.»

    Pour la petite histoire, l’actionnariat de la BC comprenait l’actionnaire majoritaire «Swift international», une société enregistrée dans l’Etat de Delaware aux Etats Unis. Des investigations menées en Amérique ont fini par faire apparaître des irrégularités. C’est un euphémisme. La société «Swift International» appartiendrait, en effet, au duo de choc Roger Alfred Yaghi-Jean Claude Masangu. On peut dès lors comprendre la complaisance reprochée unanimement au numéro un de l’Institution d’émission. Une complaisance qui s’illustre non seulement par la supervision laxiste de la BC mais aussi par le paiement des opérations des dettes rachetées par la BC. Des opérations qui généraient un profit substantiel pour les deux complices.

    «Une fuite en avant»

    Pourquoi cette liquidation en catastrophe de la Banque Congolaise? «C’est une fuite en avant», estime notre expert qui s’explique : «Le mandat de l’actuel gouverneur arrive à son terme dans moins de quinze mois. Le changement de la haute direction de la Banque Centrale pourrait révéler des cadavres enfouis dans les placards. Ce réveil tardif de Masangu serait-il motivé par la volonté d’enterrer tous les dossiers qui puent le scandale?» L’outil informatique de la BCC a connu récemment un mystérieux sinistre. Il va sans dire que cet «incident» a permis la disparition de certaines informations financières stockées sur les bandes informatiques. «L’opération a été menée la nuit pendant que le système de sécurité de la BCC était délibérément mis hors service par des personnes très haut placées dans l’institution, croit savoir un fonctionnaire. L’enquête ouverte sur cette affaire est toujours en cours…».

    Selon une source proche des milieux bancaires à Kinshasa, la fermeture de la BC cache des motivations plus prosaïques. Lesquelles? «La haute direction de la Banque Centrale du Congo, explique-t-elle, redoutant la mise à nu de nombreuses transactions illégales et criminelles - voir des cas de blanchiment - conduites entre la BCC et la BC, s’est précipitée à prononcer la liquidation de celle-ci jusque quelques mois après la mise sous administration provisoire de la banque. On cherche donc à détruire les traces.» Pour cette source, «Masangu s’est comporté plus en criminel financier qu’en gouverneur de la Banque centrale d’un Etat». Et de conclure : «Lorsque la Banque Centrale devient affairiste, la supervision des banques commerciales ne peut se faire de façon crédible. Les conflits d’intérêts impliquant le gouverneur de l’Institution d’émission rendent ce dernier directement et personnellement responsable de la faillite de la Banque congolaise. Le Parlement congolais et la Cour suprême auront-ils le courage de se saisir de ce dossier explosif pour déterminer la responsabilité des autorités monétaires?»

    Dossier CTC-Ofida

    Roger Yaghi a le bras long. Très long. Il a des «amis» - des obligés ? - très puissants dans tous les grands corps de l’Etat. Quel rôle a-t-il pu jouer dans la signature du contrat de «partenariat» entre l’ex-Office des douanes et accises de la RD Congo et la «firme» CTC (Customs Tax Consulting)? Cette affaire a défrayé la chronique avec l’arrestation le 11 décembre 2008 de John Lumbala Tshidika, alors directeur des Ressources humaines de la Banque Congolaise.

    Dans un communiqué daté du 15 décembre 2008, l’Asadho (Association africaine de défense des droits de l’Homme) annonçait «l’arrestation et la détention arbitraires» de Lumbala par des… agents de l’ANR (Agence nationale de renseignements). «A son arrivée à l’ANR, indique le communiqué de l’Asadho, Monsieur John Lumbala a été interrogé brièvement sur son cursus professionnel et les informations qu’il détiendrait sur la Banque Congolaise ainsi que sur le Contrat d’Assistance à l’Ofida (CTC)». En quoi ces informations étaient de nature à intéresser le département de la Sécurité intérieure d’un Etat, autrement dit le contre-espionnage? L’intrusion des «services» dans une affaire opposant un employeur (Yaghi) et son travailleur (Lumbala) met la puce à l’oreille sur les intérêts en jeu. Notons que Yaghi qui assumait les fonctions de PCA (président du conseil d’administration) a pu faire nommer son épouse, née Florentine Kalubi Tshimanga, en qualité de consul de la RD Congo au Liban. John Lumbala était en fait l’homme qui en savait trop. Et pour cause ? Dès son entrée en fonction à la BC, il s’est vu confier une «mission discrète». Objet de la mission : faire visiter les installations des ports de Matadi et de Boma à deux «expatriés» retraités en l’occurrence Christopher Outhwaite et John Bidway. C’est à l’issu de ce "pélérinage" que Yaghi a eu l’idée de créer la firme de consultance dénommée «CTC». John Lumbala a participé à la mise sur pied des structures en ce qui concerne la législation du travail. Pour garantir le succès de son «coup», il a offert un poste de directeur à l’épouse Tshibanda. A la surprise générale, les bureaux du CTC sont installés au deuxième étage de la BC.

    Une conférence de presse sera organisée le samedi 30 août 2008 à l’hôtel Memling. Surprise. Trois ministres sont présents. A savoir : Athanase Matenda des Finances, Adolphe Muzito du Budget et Jeannine Mabunda Lioko du Portefeuille. Tout ça pour ça ? Que dit ce contrat de consultance ? Dans le préambule, on peut lire : «Contrat d’assistance technique entre les soussignés, d’une part : la République Démocratique du Congo, valablement représenté aux fins des présentes par leurs Excellences Athanase Matenda Kyelu, Adolphe Muzito et Jeannine Mabunda Lioko, respectivement ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille, ci-après dénommé “ l’Etat ”, et, d’autre part : la société Customs and Tax Consultancy llc, en sigle C.T.C., société de droit des Etats Unis d’Amérique, dont le siège social est situé au Corporation Trust Center, 1209 Orange Street, Wilmington, Delaware 19801, Etats Unis d’Amérique, représentée par Monsieur Christopher Outhwaite, son directeur Général, ci après dénommée: “ le Consultant ”.» Quelles sont les obligations des parties ?

    L’Etat congolais, lui, s’engage dès la signature du contrat «à payer au Consultant (…), un montant forfaitaire de Sept Millions Cinq Cents Mille (7.500.000 ) Dollars américains. Ce montant est destiné à couvrir les frais de mobilisation, d’installation et de mise en chantier du projet.» Cette somme a été versée par la Banque Congolaise. Un détail : la firme CTC n’a été créée que depuis le 25 janvier 2008. Sans doute pour les besoins de la cause.

    Une enquête impartiale

    Après la conclusion de ce contrat digne d’une escroquerie, le staff dirigeant du CTC s’est installé un moment au deuxième étage de la Banque Congolaise avant d’emménager à l’immeuble «Batipont». Le propriétaire des lieux n’est autre que Roger Alfred Yaghi. Au fil du temps, le directeur John Lumbala devint de plus en plus critique en dénonçant auprès de ses collègues "l’absence d’un représentant de l’Etat congolais à l’Assemblée générale de la BC alors que, sur papier, la RD Congo possèderait 10% des parts de cet établissement". Il s’étonne également du silence qu’oppose le gouverneur de la Banque centrale du Congo sur les rapports établis par des experts de la BCC fustigeant la «mauvaise gestion et la falsification des chiffres» à la BC. «Je me rends compte que le PCA Yaghi et moi ne partageons pas les mêmes principes de gestion, les mêmes valeurs et la même éthique en matière de gestion», confie-t-il à des collègues lors d’une pause. «La mode de gestion en vigueur à la BC ne répond pas a l’éthique bancaire encore moins à la bonne gouvernance.» C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Le jeudi 11 décembre 2008 vers 6h30, plusieurs agents de l’ANR, sans mandat, se présentent au domicile de John. C’est l’arrestation. Menotté, l’homme est acheminé au cachot de l’ANR situé en face de la Primature où il a subi une séance de torture. Lumbala a été auditionné par l’administrateur principal en charge de la Sécurité intérieure, Kalev Mutond. En personne. A tort ou à raison, Kalev a la réputation de ne rendre compte qu’au chef de l’Etat.

    En 2009, les déboires de la Banque Congolaise étaient au centre des conversations de tout Kinshasa financier. D’aucuns parlaient purement et simplement de «cessation de paiements». Au motif que la BC dont les fonds propres s’élevaient à 5 millions USD payait le prix de la mauvaise gestion se traduisant notamment par des «prêts toxiques». Ces crédits accordés à des clients insolvables. On apprenait à l’époque que la BCC détiendrait sur la BC une créance de près de 28 millions USD. Informé de cette situation, le gouverneur Masangu préféra fermer les yeux. Il est resté sourd et aveugle aux recommandations pertinentes de la commission chargée de contrôler les banques commerciales. «Une enquête impartiale est plus que nécessaire pour cerner les causes exactes de la liquidation précipitée de la BC et déterminer les responsabilités au niveau de la Banque centrale du Congo», conclut notre expert.

    Albert Moti/Issa Djema
    © Congoindépendant 2003-2011

    Posté par tongo etani, 01 février 2011 à 12:40
  • nice and perfect post

    Posté par ipod converter, 03 février 2011 à 08:33
  • To décider kolongola mboka na biso na kiwumbu oyo ya soni ya niveau oyooooo!!!!

    Nous avons fait un constat sur notre pays, après l'analyse inductive, nous pouvons assurer que notre pays est dans les méandres de la médiocrité, nous sommes envahis par les rwandais, ougandais burundais extremistes hutus et tutsis, kanambé primairien est aphasique comme muzito, incapable de comprendre un concept économique, incapable de parler aux Congolais.

    Notre congo se meurt à cause de la cupidité, le tribalisme, la corruption, mauvaise gouvernance, non respect des droits humains, comme le titanic, le bateau Congo s'enfonce dans l'abîme avec des vuvuzélateurs Mende, le vice premier ministe, homme vil qui a trahi son père se pavane en Belgique, Nzanga est épuisé et maudit, par les congolais intègres qui veulent le bien de la population marginalisée, tiraillée par la faim, incapable de manifester.

    Nous pouvons rehausser et avancer avec des gens compétents, intègres, incorruptibles pour sortir notre pauvre pays de l'abîme des corrupteurs: DAN GETLER, FORTIN, LES CANADIENS et les belges voleurs prédateurs, le pays nous appartient, le pays que Dieu nous a légué, EKO VIDER TEEEEEE

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, oncle international, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 05 février 2011 à 15:12
  • onlineticketspot

    We are a group of volunteers and starting a new initiative in a community. Your blog provided us valuable information to work on. You have done a marvellous job!

    Posté par onlineticketspot, 07 février 2011 à 09:53
  • Ots de vin, vols,viols, corruption !!!!!

    Le mercredi 9 février 2011
    Actualités International
    République démocratique du Congo

    Kabila accusé de pots-de-vin pour évincer le président de l'Assemblée

    07/02/2011 10h47

    © AFP / Fabrice Coffrini BRUXELLES - Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a exercé en mars 2009 une forte pression et versé des pots-de-vin pour évincer le président de l'Assemblée nationale, selon un câble diplomatique obtenu par Wikileaks et publié lundi dans un journal belge.

    Le président de l'Assemblée, Vital Kamerhe, longtemps proche de Joseph Kabila, avait démissionné le 25 mars 2009 après avoir été mis sous pression par la majorité présidentielle pour avoir critiqué l'entrée de troupes rwandaises dans l'est de la RDC lors d'une opération conjointe avec l'armée congolaise.

    L'ambassadeur américain à l'époque, William Garvelink, explique, dans un câble envoyé à Washington trois semaines avant cette démission, que la «présidence» de la république congolaise a versé «200 000 dollars à chaque membre du bureau de l'Assemblée» pour qu'ils quittent leur fonction et entraînent ainsi le départ de M. Kamerhe.

    Cela n'ayant pas immédiatement réussi, «notre plus grande crainte concerne des rapports, corroborés par plusieurs sources, indiquant que les hommes du président utilisent à présent l'intimidation et des menaces physiques pour pousser M. Kamerhe à quitter la scène», ajoutait l'ambassadeur américain dans un câble publié par le quotidien De Standaard (http://standaard.be/extra/wikileaks/cablekabila).

    «Nous considérons que M. Kamerhe a été intimidé et que ses inquiétudes quant à sa sécurité peuvent être sincères», ajoutait-il.

    M. Garvelink dressait par ailleurs un portrait peu flatteur de l'ancien président de l'Assemblée. «Sa réputation de leader modernisateur, démocrate et honnête ne correspond peut-être pas tout à fait à la réalité», écrivait-il, en le décrivant notamment comme «menteur» et «manipulateur» et en évoquant des accusations de corruption à son encontre.

    M. Kamerhe, 52 ans, est à présent candidat déclaré à la présidentielle de novembre 2011 sous la bannière de son propre parti, l'Union pour la nation congolaise (UNC).

    Il a critiqué la réforme de la Constitution adoptée en début d'année, qui a fait de cette élection un scrutin à tour unique, un changement dénoncé par les opposants à Joseph Kabila comme une manoeuvre pour assurer sa réélection.

    Posté par tongo etani, 09 février 2011 à 11:49
  • Alex tokotumba yo na ba mastas na yo pilleurs, violeurs, voleurs au gouvernement, nanu OTONDI TEE, Bina kaka Mokongo ya KOBA !!

    Revue de presse: Bosco Ntanganda impliqué dans le pillage des richessesFebruary 10, 2011 10:48 am
    41 Commentaires
    Likambo ya chaque chaque, chaque jour congomikili.com toujours na temps, vous amène à Kinshasa à travers la revue de presse à seconde. Dans les titres aujourd’ hui Bosco Tangana impliqué dans l’ affaire de l’ avion bloqué à l’ aéroport à l’ est au Congo, avec plein de dollars qui était supposer repartir avec des minerais. Voilà la conséquence de rentrer dans l’ armée congolaise des ex-rebelles génocidaire aux origines douteuses. Comme les français disent, chasser le naturel , il revient au galop !

    Posté par tongo etani, 10 février 2011 à 22:45
  • Testking 640-816

    Nice thread i like and appreciate you for this you are doing great work. this site is exclusive it provides us a great stuff of information...thanks for sharing.keep it us dear.

    Posté par Testking 640-816, 11 février 2011 à 13:28
  • kiangani kiangani (ya yo yayoooo, ya moninga, moningaaaaaaaaaaaaa

    Le Congo, c'est la terre de nos mamans, nous devons nous organiser pour garder et fructifier la terre de nos AIEUX, nous avons perdu nos Compatriotes à cause de l'agression des Rwandais, Ougandais, Burundais, Angolais avec l'appui de nos soeurs et frères vils et cupides, impossibles de penser à la terre de nos AIEUX.

    Nous déplorons huit millions des morts et sept cent mille hommes et femmes violés, un génocide en Afrique centrale, pour nous faire encore mal, nos soeurs et frères ont été violés: "Mfumu kibangu wa kanga kongodilaaaaaaa, nge ndika kasangilaaaa" (kibangu pleurs pour nous kongolais avec ya Vita kimpa: une fille de vingt ans qui s'est battu avec les portugais pour défendre le kongo, elle est morte brûlée a 22 ans, livrée aux catholiques portugais pour apostat, EZA mawa.

    KIAKU KIAKU, KIANGANI KIANGANI (ya yo yayo, ya moninga moninga)

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, oncle international, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 12 février 2011 à 01:10
  • Le RAIS Alex AKIMI site, SITE EKOMI YA NGA NOKO, petit oyo aza d'accord, aya awa, nakotindela COUP DE TETE YA MOSIKA na mua KAKE

    AUX CONGOLAIS!!!

    Nous sommes des gens pacifiques, tolérants, nous aimons les humains!!!!!

    Nous devons ériger au coeur de l'afrique la démocratie TOLERANTE, yo noko okomi kokota na ba falaçais MILAYI MILAYI, toyebi yo, oza JE LE CONNAIS MOKO, SIAAAA!!!!:

    Nous devons ériger la démocratie en organisant nos institutions, ORGANISATION (NOKO!!!):

    Nakoti na modindo ya ORGANISATIION, tolamuka, bana mboka tolamuka, boni biso BULEMBU BOYEEEEEE!!!!:

    Les différents sens du mot "ORGANISATION": quelques définitions

    Origine en FRANCAIS:

    On trouve d'abord le mot "ORGANISATION" dans le contexte politique (en 1789 chez SIEYES, organiser a le sens de "doter d'une structure" et en 1840, on rencontrera chez LOUIS BLANC, l'idée d'ORGANISATION du travail.
    Mais, c'est surtout par son emploi en BIOLOGIE que le terme d'organisation se singularise. Dans la logique du vivant, François JACOB expose comment "pour le XIXéme siècle l'organisation s'identifie à la vie".

    Nous avons plusieurs conceptions de l'ORGANISATION:
    HENRI FAYOL, pour lui: ORGANISER une entreprise, c'est la munir de tout ce qui est utile à son fonctionnement: matériaux, outillage, capitaux, personnel......................;;;
    *boyeba que; FAYOL a effectué un travail important de compartimentage des fonctions.
    3 types de fonctions à séparer ; d'éxecution, de préparation, de contrôle.

    Pour HENRI SIMON: "ORGANISER, c'est commencer par structurer................c'est donner la vie!"

    pona JEAN-PAUL SARTRE: "L'organisation n'est pas un organisme, ce n'est pas un être vivant, une totalité en mouvement, mais une totalité en cours, perpétuellemnet en quête de son devenir et de son unification."

    Nazongi awa, Congo a besoin d'organisation, notre pays est la lie de la bêtise au mon,de: TRIBALISME: muana ne ntu, mpangi na munu, bakala ya KUBA, kizoba zoba, mettre kanambé INCULTE, IGNARE a la tête de notre pauvre PAYS, les kadogos : pika MASSASSI, résultat LONGITUDINAL: huit millions des morts, huit cent mille, hommes et femmes violés, OYO NINI?

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, COLONEL, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 13 février 2011 à 11:58
  • code génétique "mobutien"

    @ Tongo Tetani,

    N'hésites surtout pas à te surnommer, en plus, "sese seko kuku ... etc."

    Posté par BOMA OMENA Henri, 13 février 2011 à 21:48
  • Please post more of this. I largely enjoyed it.

    Posté par http://www.icase, 14 février 2011 à 09:10
  • we sale replica watches

    This is another Swiss watch making up steel replica Patek Philippe Complicated watches watches flat wavy and frizzly collection. Would you like tosign inor Register wigs curly wigs or style that the wearer .

    Posté par graceny, 16 février 2011 à 11:08
  • henri atangaki ILLICH!!!!!!!

    Naza yaya ya BOMA OMENA, je suis ton yaya, ondima ondima téééé, naza yaya DOCTOLO ya GESTION, yaya na HENRI, napesi yo ba COORDONNEEs ya yaya, sikoyo:

    tongoetani@gmail.com

    Alex na petit na nga kalongi ba okoma lisusu tééééééé, komela HENRI, nakopesa yo ba coordonées.

    noko nayo YEYOOOO


    SESE SEKO KUKU KWENDU WA ZA BANGA

    noko ya henri YEYOOOO

    Posté par tongo etani, 16 février 2011 à 18:09
  • yaya na yo na bxl

    nakokutana na LUCIEN D'JATA lobi, nga noko nalingakanba petits intelligents, nasilisaki cours bien téééé, naza MOBUTIEN!!!!!!muana oyo henri apesi nga kombo ya Mobutu????????


    Naza noko na yo tongo: na na na 50 ans lélo, na ya nhoko na yo, nakota na ba cours: MOBUTIEN, na ya na poto na 1982, nazuaki BOURSE D'ETUDES na tango ya MOBUTU, nakoma DOCTEUR NA GESTION, ya SORBONNE

    noko tongo

    Posté par tongo etani, 16 février 2011 à 18:22
  • Nice topic and post, as we were just talking about what things can happen in the medicine industry.

    Posté par ipad cover, 21 février 2011 à 03:37
  • Thanks for taking this opportunity to discuss this, I feel fervently about this and I like learning about this subject.

    Posté par Nike Air Max pas, 21 février 2011 à 03:40
  • Please post more of this. I largely enjoyed it.

    Posté par Air Max pas cher, 21 février 2011 à 03:42
  • You got my interest here, I will be reading you articles. Thanks for this information. I will keep in touch on this blog post. I hope that you will make an updates soon.

    Posté par cheap radio city, 21 février 2011 à 08:06
  • Noko tongo, COLONEL aza contre distraction ya ba musiciens CON-GOLAIS baya ko NDENDA na EUROPE, MKA ezo diééééé

    Noko tongo est fier de ses frères CONGOLAIS de sang qui se sont illustrés pour EMPECHER wemba et werra de venir DISTRAIRE les congolais, je me permets de mettre quelques chansons patriotiques:
    1) Kabila tovandi na yé mbula na mbula, camaladi na yéé, toyebi téééé, école primaire na yé toyébi téééééé, humanité na yé toyebi, toloba kutu université tséééééééé, NZOKA AZA RWANDAIS!!!!!!!NZOKA AZA NA POISON YA BA RWANDAIS
    2) Lokuta monene, lokuta monene, oyo akanisaka ako panza CONGO, wayaaaaaaaaaaaaaa
    3) Mbulo oyo eeeeeeh, mbulo oyo , eeeeh, ba mamans, kabila akozonga rwanda eeeeeeh
    4) kabila aza rwandais eeeeh, ruberwa aza rwandais, khamerere aza rwandais eeeeeehhhh, bizima aza rwandais eeeeeeh


    PAPA WEMBA NA WERRA bakimi na marque ya lokolo na kingoooo (lol)

    ba distractions esili, ba COMBATTANTS LOSAKO surtout section MBUZA MABEEE, somo trop, ba meso MBUAKI, ba NGUGI melesi mingi, musiques ya buzoba awa tsééééé, 100 euros po na ENTREE, awa tsééééééééé

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, oncle international, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 22 février 2011 à 11:11
  • Alex le RAIS ekimi site ya yé moko, nanu natié ba missiles té: sol-sol, sol-air, na ba tubes, nanu à CRAQUER TEEEE, ekomi ya nga

    POLITIQUE NATIONALE


    Procès Chebeya : le colonel Daniel Mukalay craque

    Par Donatien Ngandu Mupompa





    « On veut me faire porter le chapeau », ainsi s’est écrié le colonel Daniel Mukalay, accusé principal dans l’affaire Floribert Chebeya, après avoir été acculé par le ministère public et les parties civiles sur les SMS compromettants contenus dans son téléphone.

    Audience chaude que celle qui s’est déroulée hier lundi 21 février dans l’affaire qui oppose le ministère public et les parties civiles aux assassins présumés de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana de l’ONGDH « La Voix des Sans Voix ». Les débats ont tourné autour du rapport de l’expert de la société de téléphonie cellulaire Tigo sur les relevés d’appels enregistrés du 24 mai au 10 juin 2010 chez le colonel Daniel Mukalay, la colonelle Alaine Mwenze Ilunga, le commissaire principal Jonas Mbaya, l’inspecteur Jerry Kahozi et le commissaire Michel Mwila.

    Mais de tous les SMS, ce sont les deux messages envoyés par le major Christian Ngoy au colonel Daniel Mukalay qui semblent enfoncer celui-ci. Dans le premier, il y a ce contenu : « Bonjour colonel, l’homme des droits de l’Homme Chebeya Floribert, numéro de téléphone 0998322387 », et le deuxième contient un message en swahili dont voici la traduction : « Bonjour Mzee, je suis avec le challenger et Jacques. J’attends instructions ».

    A la question du bâtonnier Ntoto Aley de la partie civile de savoir si ces SMS envoyés par le major Christian Ngoy lui étaient destinés, le prévenu Daniel Mukalay a répondu : « Je n’ai jamais lu ces SMS, mon téléphone a été saisi depuis le Conseil national de sécurité (CNS) ».

    A son tour, le ministère public s’est levé pour expliquer que ces deux SMS sont révélés dans le rapport du conseiller spécial en matière de sécurité Pierre Lumbi qui précise : « Des SMS compromettants ont été trouvés dans le téléphone du colonel Daniel Mukalay, et envoyés par le major Christian Ngoy ».

    En guise de réaction, le prévenu Daniel Mukalay a fait voir aux juges militaires que si ces SMS constituaient un indice sérieux de culpabilité, ils auraient dû faire l’objet d’un interrogatoire à l’enquête préliminaire ou à l’instruction pré-juridictionnelle. Il a fini par dire : « C’est par hasard que ces SMS sont tombés dans mon téléphone ».

    Le bâtonnier Ntoto Aley est revenu à la barre pour faire voir à la Cour militaire que le colonel Daniel Mukalay ne conteste pas, mais il est évasif. Après quoi, l’avocat a posé cette question : « Si c’est par erreur, pour quelle raison cette erreur se serait-elle commise sur son appareil ? ». Pour toute réponse, le prévenu Mukalay a dit : « C’est à l’autre de répondre ».

    Ensuite, le bâtonnier a demandé si le deuxième SMS a été écrit en swahili par erreur aussi. Ici, le prévenu a déclaré qu’on peut écrire en français, lingala, kikongo, etc. Et le ministère public aurait dû commencer par-là avec son enquête. A une question du bâtonnier Ntoto de savoir s’il y a une raison particulière pour que Christian Ngoy lui envoie ce message, le colonel Daniel Mukalay a déclaré n’avoir aucune raison particulière.

    A son tour, Me Kabengela Ilunga a voulu obtenir des précisions sur le message que le colonel Daniel Mukalay a envoyé au major Christian Ngoy le 1er juin 2010 à 17h28’47’’. Mais le prévenu Mukalay a dit ne pas se rappeler. Revenu à la charge, l’avocat a invité la Cour à interpréter le message en swahili, adressé au colonel Mukalay lorsqu’il se trouvait au niveau de Socimat. De son côté, le bâtonnier Ntoto a relevé que lorsque le colonel Mukalay parle d’une jeep achetée à Boma appelée « Challenger », cela prouve qu’il reconnaît le message. En entendant ces mots, le prévenu s’est écrié : « On veut me faire porter le chapeau ! ».

    C’est alors que la partie civile a repris la parole pour demander : « Qui veut lui faire porter le chapeau et dans quel intérêt ? Quel intérêt le conseiller spécial a-t-il à lui faire endosser ce message ? Ensuite, l’avocat a demandé : « Qui a donné son numéro au conseiller spécial ? ». Mais ici, le prévenu a répondu que ce n’est pas son numéro.

    Après avoir rappelé que le général John Numbi a dit que l’initiative d’inviter Chebeya venait du colonel Mukaly, un avocat a demandé : « N’est-ce pas lui qui veut lui faire porter le chapeau ? » Le colonel Mukalay a répondu au premier président : « Pas du tout, mon colonel ».
    Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Potentiel 2005
    Usage strictement personnel

    Posté par tongo etani, 22 février 2011 à 11:27
  • Alex kata site, oza na ndeko na yo na kanambwa aza YUMA neti YO

    Alex,

    Losako, yenge, tika ko distraire biso, yaya na yo asalaka na kanambwa, yo oliaka l'ar ya kanambé, bo bomi ba mamans mingi, sikoyo alex tokozua yo NKINGO na yo ekotambola na kisasa na kisangani, na soyi, nayebi yo bien, kata site "assassin va!!!!ndeko na yo yuma aza na kanambwa,nazui yo na nkuzu, bayebisi otika site, tikala na usa, yo caladi ya kamerere, lobNoko tongo, COLONEL aza contre distraction ya ba musiciens CON-GOLAIS baya ko NDENDA na EUROPE, MKA ezo diééééé
    Noko tongo est fier de ses frères CONGOLAIS de sang qui se sont illustrés pour EMPECHER wemba et werra de venir DISTRAIRE les congolais, je me permets de mettre quelques chansons patriotiques:
    1) Kabila tovandi na yé mbula na mbula, camaladi na yéé, toyebi téééé, école primaire na yé toyébi téééééé, humanité na yé toyebi, toloba kutu université tséééééééé, NZOKA AZA RWANDAIS!!!!!!!NZOKA AZA NA POISON YA BA RWANDAIS
    2) Lokuta monene, lokuta monene, oyo akanisaka ako panza CONGO, wayaaaaaaaaaaaaaa
    3) Mbulo oyo eeeeeeh, mbulo oyo , eeeeh, ba mamans, kabila akozonga rwanda eeeeeeh
    4) kabila aza rwandais eeeeh, ruberwa aza rwandais, khamerere aza rwandais eeeeeehhhh, bizima aza rwandais eeeeeeh


    PAPA WEMBA NA WERRA bakimi na marque ya lokolo na kingoooo (lol)

    ba distractions esili, ba COMBATTANTS LOSAKO surtout section MBUZA MABEEE, somo trop, ba meso MBUAKI, ba NGUGI melesi mingi, musiques ya buzoba awa tsééééé, 100 euros po na ENTREE, awa tsééééééééé

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, oncle international, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 22 février 2011 à 11:11
    i yo oko kima to to ko boma yoooooooooo, nga noko tongo na ko tia yo mbeli, yebisa yaya to leki na yo aza na kanambwa, kombo na ye " YUMA"

    yebisa a mi kebisa, CONGO eza ya biso.


    adresse na nga yo OYEBI: "tongoetani@gmail.com"

    Alex nazui yo na LOKUTA na yooo, siaaa!!! ELOKO tsééééééééééééé

    COLONEL tongo etani

    Posté par tongo etani, 23 février 2011 à 11:09
  • Il faut totanga, ba bomi biso mingieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    «Kabila» - Jeune Afrique : La polémique se mue en «lutte finale»



    L’édition n°2612 de l’hebdomadaire "Jeune Afrique".

    Quand les éléphants se battent l’herbe en pâtit, dit le célèbre adage. Le «général» Bosco Ntaganda, alias «terminator», pourrait perdre quelques plumes supplémentaires dans le «duel» qui oppose son protecteur «Joseph Kabila» à l’hebdomadaire «Jeune Afrique». Le ministre congolais de la Communication et presse Lambert Mende Omalanga serait dans le même cas. Après la publication de son dossier intitulé «Kabila = Mobutu light» et le droit de réponse du porte-parole du gouvernement congolais (voir les numéros 2612 et 2613), «J.A» revient à la charge. Le magazine parisien publie dans son édition n°2615 datée du 20 au 26 février 2011 deux articles consacrés à Ntaganda et Mende. Notons que le député Augustin Katumba Mwanke et bras droit financier de "Kabila" a été dépeint, dans un précédent article, sous les traits de Raspoutine. Le mauvais génie du Tsar Nicolas II de Russie qui a connu un destin tragique avec sa famille.

    Selon une source parisienne, l’hebdomadaire «Jeune Afrique» est décidé à «terrasser» le président sortant congolais. En faisant quoi ? «Le magazine compte publier dans ses prochains numéros une série de révélations sulfureuses sur les agissements de Joseph Kabila et ses proches avec des documents en fac-similés à l’appui. L’objectif est de montrer la vraie face du «raïs» tant à l’intérieur qu’à l’extérieur avant l’organisation de l’élection présidentielle.» Va-t-on assister à une nouvelle version du film d’horreur «massacre à la tronçonneuse» ? Notre source d’ironiser : «Il ne nous reste plus qu’à lancer une entreprise de pompes funèbres pour inhumer les victimes de ce massacre qui s’annonce sanglant.» «J.A» a apparemment commencé son action de «démolition».

    Faux billets

    Sous le titre «RD Congo : Pour une poignée de dollars», le journal revient, sous la plume de la journaliste Marianne Meunier, sur l’affaire relative au biréacteur immatriculé aux Etats-Unis immobilisé depuis le 3 février dernier à l’aéroport de Goma. L’aéronef qui venait d’Abuja transportait quatre passagers. Le magazine de rappeler qu’un homme était monté dans l’avion avant de «redescendre une valise de billets à la main». Aussitôt après, une «cargaison de 435,6 kg en lingots» a été chargée dans l’appareil. Pour Meunier, il s’agit «des indices clairs d’un trafic d’or». Et d’ajouter : «L’affaire du jet pourrait apporter une énième preuve que l’armée n’y est pas étrangère. L’homme à la valise serait un proche de Bosco Ntaganda.» Une manière d’impliquer «Joseph Kabila» qui garantit l’impunité à ce dernier «au nom de la paix». Et ce, «malgré le mandat d’arrêt lancé contre lui par la Cour pénale internationale.» A en croire «J.A», la valise précitée contenait notamment « un million de dollars de faux billets » sur un total de 6,5 millions de dollars. Citant diverses sources, l’auteur de l’article de noter que Ntaganda est directement impliqué dans le commerce de minerais dans le territoire du Masisi. Le procureur général de la République Flory Kabange Numbi est arrivé le 17 février à Goma. On se demande bien pourquoi (c’est nous qui le soulignons) dans la mesure où le procureur de la République près le tribunal de Grande instance ou le procureur général près la Cour d’appel de Goma aurait pu valablement mener l’enquête sur ce dossier. La journaliste de soulever quelques interrogations : «Pourquoi ce trafic a-t-il été mis au jour alors que tant d’autres, au Nord Kivu, se déroulent en toute tranquillité ?», «A qui appartient le jet ?», «S’il est vraiment impliqué, Ntaganda sera-t-il inquiété ?»

    Diffamation

    Le second «papier» que les lecteurs trouveront à la page 39 s’intitule : «RD Congo : L’honneur perdu de Lambert Mende». Surnommé le «Vuvuzéla national», Mende Omalanga appréciera l’article dont l’auteur n’est autre que le fils du patron de «Jeune Afrique» en l’occurrence Marwane Ben Yahmed. On rappelle que dans son brûlot «Kabila= Mobutu Light», le journal parisien, sous la direction de François Soudan, écrivait notamment que l’actuel chef d’Etat «marche sur les pas de ses deux prédécesseurs et règne sur un pays sinistré, miné par la corruption et la violence.» Autres griefs : enrichissement, détournement de fonds publics, régionalisme, népotisme, violation des droits humains. Dans un droit de réponse, le ministre Mende a parlé de «complot» tout en qualifiant les faits allégués de «fausses accusations». Et d’ajouter : «(…), l’objection de cette série d’articles d’une rare virulence est de démolir la réputation d’une personnalité politique qui se prépare à affronter le verdict des urnes d’ans moins d’un an.» Pour Mende, par cet article, d’aucuns voudraient «faire payer à Joseph Kabila son indocilité.» Il pointe un doigt accusateur en direction de certains opérateurs miniers déçus. «Marwane» de réagir: «Outre la dénonciation d’une présumée tentative de déstabilisation du chef de l’Etat fomentée par une certaine «gorge profonde», dont il refuse de citer le nom mais dont la description qui en est faite désigne clairement l’ex-président de l’Assemblée et désormais opposant Vital Kamerhe, Lambert Mende, pour qui tous les moyens semblent bons, n’a pas hésité à voir derrière notre enquête un véritable complot et une « alliance de la haine». Le fils Ben Yahmed de faire état de certains passages inédits du fameux droit de réponse en accusant Mende d’avoir versé dans la «diffamation» en déclarant : «Je vous assure que 14 pages dans un magazine comme celui-là, ce n’est pas moins de 500.000 dollars.» Une manière de suggérer que l’article querellé a été rédigé «sur commande». Pour Marwane, il s’agit d’une «accusation grotesque» proférée par le ministre de la Communication du gouvernement. «(…) : pour Mende, poursuit-il, visiblement, tout s’achète et tout se vend.» Une phrase pleine de sous-entendus. Et de passer au crible le parcours de «Lambert» : «Il est vrai que l’itinéraire de cet homme passer maître dans l’art de retourner de sa veste résume assez bien sa conception du pouvoir.»

    Marwane Ben Yahmed de conclure : «Si j’étais Joseph Kabila, je me méfierais d’un ministre aussi versatile.» Au prochain épisode.

    B.A.W
    © Congoindépendant 2003-2011



    17 Réactions

    malox [malox@yahoo.fr] 22/02/2011 02:06:36
    --------------------------------------------------------------------------------

    Tant que Kabila continuera a s’entourer de son gouvernement parallele (katumba, Masangu, Yuma...), il perdra les elections prochaines.

    Posté par tongo etani, 23 février 2011 à 11:20
  • tongo etani a lu Roger BONGOS

    MYRA NDJOKU EN CONNIVENCE AVEC OLIVE LEMBE KABILA POUR ENLÈVEMENT DE ROGER BONGOS

    Tentative d’enlèvement et confiscation de matériel échoués

    La médiocrité de l’ambassade de la RDC et sa délégation venue à Paris pour des raisons d’une stupidité maladive propre aux Congolais. Des emplettes à l’occasion de Saint Valentin !

    Olive Lembe KABILA épouse du Président de la République est venue en catimini à Paris sans mot dire avec une arrivée furtive, sans aucune salutation à l’endroit de quelques compatriotes Congolais qui sont venus l’accueillir dans un but de dialoguer fraternellement avec elle.

    Comment une femme d’un Président puisse s’éclipser comme un petit malfrat avec sa délégation de 16 personnes devant une foule qui l’attend ? A-t-elle peur de quoi ? Se reproche t-elle de quelque chose ? Dans l’évidence même, il y a un malaise quelque part.

    Un gros incident s’est produit à l’arrivée de cette dame d’une moralité proche de son mari. A la descente de son train Thalys vers 14h45, j’ai été pris en chasse par les sbires de Myra qui d’après des infos que je viens d’avoir, voulaient m’enlever et m’embarquer dans un véhicule affecté pour une destination inconnue.

    Le mercredi 16 février 2011, comme celle-ci devrait rentrer au Pays, elle aurait apporté à son mari, le cadeau de Saint Valentin, un certain Roger BONGOS. Myra NDJOKU avait su que j’avais l’information, et de là il a monté son plan machiavélique pour me faire disparaître.

    Il poussera une gueulante à l’Ambassade, en disant texto « Il est où l’enculé de Roger BONGOS » avec son langage imagé propre à lui. Mes oreilles de l’Ambassade m’ont fait par de son dégréement et contrariété…Pour finir, il demandera à ses sbires, alors sa caméra, vous l’avez ? Noir de colère il s’est enfermé dans son bureau après le départ de la princesse pour réfléchir comment me piéger encore ! Le chat échaudé craint l’eau froide… Tel est pris que croyait prendre !

    Un journaliste ne doit-il pas faire son travail convenablement dans l'esprit d'éclairer ses concitoyens et lecteurs ?

    Cette bande de crapules a voulue exécuter leur sale besogne au vu et au su de tout le monde. Des vraies méthodes de barbouzes importées en France. Dans un seul but, la peau de Roger BONGOS. Armés avec des armes blanches, des piquouses pour la circonstance pour m'endormir.

    Les 6 malfrats n’ont pas fait le poids avec ma détermination de mettre à mal leurs objectifs de me faire embarquer de force avec un coup de gaz lacrymogène pour me neutraliser…Myra est aux abois !

    Quelques Congolais qui avaient répondus à l’appel fait sur Facebook ont été tétanisés sans me porter leur assistance. Peureux ces Congolais, ils m’ont laissé dans les griffes du Diable, avec l’aide de Dieu, je me suis débattu pour faire échec à leur plan méphistophélique. Le but, ou j’embarque de force avec eux ! Ou ils doivent absolument récupérer mes images. Une de mes caméras a été endommagée, l’autre cassée.

    Au nom de la liberté d’informer et d’étique, je me suis résolu à défendre ces archives avec des mots très durs à l’endroit de ces valets de KABILA. L’objectif, c’est de préserver mes images à n’importe quel prix. Une grosse partie de ces images sont altérées par le choc. Je vous livre ce que j’ai pu sauver avec mes connaissances en informatique.

    Mais, l'avenir jugera ces traitres de la Nation ! Advient que pourra... Cette triste journée a été pour moi, le déclencheur d’un autre processus du durcissement de mes actions.

    Et je me suis aperçu d’une seule chose, que tous ces opposants à deux balles à Joseph sont des mendiants, ne détiennent même pas de quoi s'acheter une baguette et veulent se faire plus gros que le bœuf. Le prix pour rentrer dans la course à la magistrature suprême, d'après les infos que je dispose, avoisinera la bagatelle de 200 000 milles dollars...D'où sortiront-ils cette somme ces mendigots ?

    Ils cherchent simplement leurs positionnements pas autres choses. Tous sans exception, ennemis de la diaspora et des Congolais (L’ennemi des Congolais c’est lui-même) Un peuple maudit par sa cupidité de traitrise...

    Pourquoi ne sont-ils pas venus manifester même pacifiquement à la gare du Nord hier dimanche 13 février 2011 pour exprimer leur désapprobation à cette clique de bandits fossoyeurs de la République ?

    Où sont-ils maintenant ! Devant leurs ordinateurs pour refaire le monde ? C’est aussi de véritables imposteurs ces « politicailles » de la diaspora qui avec une poignée de dollars vendraient père et mère.

    Savez-vous combien de personnes sont-elles venues en délégation avec Olive LEMBE KABILA ? 16 personnes (10 femmes et 2 hommes) 4 officiers supérieurs pour leur sécurité... Quel but revêt ce voyage vers la France (Paris)?

    C'est simplement pour faire des emplettes avec l'argent des contribuables Congolais qui croupissent dans la misère la plus noire. Uniquement pour ses caprices de la fête de St- Valentin...Accessoirement ramener Roger BONGOS dans la malle diplomatique vers la RDC.

    Dans leur fouille (escarcelle), la bagatelle d’une somme rondelette de 3 millions d'euro pour 3 jours à raison d’un million d’euro par jour...

    Descendu dans un hôtel d’un grand luxe dans le 8èm arrondissement avec une suite présidentielle réservée à la princesse du palais. Le prix de la journée pour la délégation s’élèverait à 36 000 euro sans d’autres à côtés. Au bas mot, il faudra compter plus de 50 000 euro par jour. Vive la République !

    En représailles de cause, au nom de ma rédaction, je ne permettrai plus aux faux opposants de la diaspora de venir faire leurs promotions sur l’AFRIQUE REDACTION. Cette presse est la vitrine des opprimés, patriotes, résistants, des sans voix et des vrais opposants pas celle de traitres et corrompus.

    Nos rapports avec eux seront accès uniquement vers le mercantilisme et l'argent s’ils veulent un coup de pouce pour leurs commerces électoralistes et illicites. Il faudra mettre la main dans la poche pour son action sur mes multiples supports. Cette manne récupérée, servirait pour la cause du combat afin de chasser l’imposteur sur le sol Congolais.

    Roger BONGOS

    Posté par tongo etani, 24 février 2011 à 19:01
  • new era hats

    I admire the valuable information you offer in your articles. I will bookmark your blog and have my children check up here often. I am quite sure they will learn lots of new stuff here than anybody else!

    Posté par new era hats, 26 février 2011 à 03:17
  • Match ekomi yako kwata, bilinga bilinga

    Mes petits se sont illustrés dans la bravoure pour le CONGO,massasi ekomi koléla na kin, werrason na papa wemba bazui MBANO, ba concerts ya distractions awa tséééééééé, bo dié kigari TO BUJUMBURA, papa wemba akomi ko kokanisa (lol), ye aza vieux na nga,to tala dossier ya mobali ya amazone na biso moko (lol).

    Concerts ya bxl, ba petits "MESO MBUANKI, ECURIE ZOï, FOURMIS ROUGES na ba petits misusu dimi balamuki basengi kaka musicien moko alala.

    Nga noko NABINO NIONSO, nalingi MBEBA te po na santé ya bana NKAZI na nga ba musiciens, Baza na kabunga, SANS EDUCATION, BA SHEGUES: KAKOL, WERRA, DADY,mawa bigogo esilaki téééééééééé to aider bango, lukutu eza na ba tutsis, hutus RWANDAIS extremistes ba sopani na EKOLO, bakomi koteka: ba lycées na biso: boboto, elikya po batia ba hôtels ya sida!!!!!!!!!!!!!!

    Muyomba, manseba, nguatshi, kwiya, noko, oncle international, COLONEL, Prof. tongo etani

    P.S.:

    chanson po na CONGO (noko, lia lisango ya vrai (lol)): OYO BANTU DE LA CAPITALE: CONGO BRAZZA NA CONGO KISASA, MBOKA MOKO (maman!!!!!!!!!!!!!!!!!):

    "Maman napesi yo melesi ayé iyo, maman tika na kumisa yo ayé iyo,po na pasi oyo omona po na nga ayé iyooo,pona nionso oyo osala po na nga iyoooo,

    sanza libua ya zemi pe obimisi ngaaaaaa,wana ezali pasi ya liwaaaaa,napesi yo melesi maman aaah, na bo muana o supporter pe bosoto, pe pasi ezalaki kozua ngaaaaaaaaaaaa, butu pe moyi na nzéla ya lopitalo na pesi yo melesi mamannnnnnnn, aman nga na ko kunda yo ayeee iyooooo,
    maman tika na batela yo ayé iyo, po nakoma kosala mosolo aye iyoooo"

    MAMAN NA BISO EZA CONGO

    P.S: bomeka kanambé na ba rwandais bayemba nzembo oyo, kié, kié, kié, kié, kié (lol), yo pe noko!!!!!!

    Muyomba, manseba, nguatshi, kwiya, noko, oncle, COLONEL, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 28 février 2011 à 15:59
  • noko tongo yeyo: tongoetani@gmail.com

    Les rwandais extremistes qui profitaient de notre HOSPITALITE légendaire, saches qu’aujourd’hui, ces GIBIERS de la potence doivent faire leur dernières PRIERES.

    Nous sommes humiliés, villlipendés par nos mamans violées,nous devons AGIR pour recouvrer notre place au sein des coeurs de nos mamans violées, nous ne pouvons pas mourir d’AMOUR pour nos MAMANS VIOLEES, nous devons agir pour nos mamans.

    Les rwandais sont venus avec nos frères et soeurs pour nous infliger les viols, les atrocités, nos mamans sont mortes d’amour à force de plébisciter l’HOSPITALITE.
    Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 28 février 2011 à 16:29
  • OYO YAYA TONGO, NGURBA YA YOLO (lol)

    Ba mbotés na ba ndeko na nga ya CONGO na biso, eza CONGO ya ba mamans na biso, TO SIKOLA YANGO, TOZA NA MBOKA KAKA MOKO: CONGO!!!!!!!!!

    MITEMA na biso , ezala PIO po na mboka na biso, na kimia po bitumba ya libération ya CONGO eza na maboko na biso, toko salisana po na kobengana ba Rwandais EXTREMISTES na mboka ya ba koko na biso, ESI EBANDI nanu esili tséééééééé!!!!!

    TOLONGOLA BOSOTO NA MBOKA YA BA KOKO NA BISO, batika biso tosilisa MATANGA ya huit millions des morts, na ba viols, ba mamans kutu na malita bayebi ba viols tséé, sikoyo ba mamans na biso ya quartiers bazalaki ba camaladi TOKOLOBELA BANGO NINIO NA MALITA??????????

    noko na bino colo, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 28 février 2011 à 17:55
  • étranges oiseaux

    Étranges capitaines que nos deux oiseaux Cedric K et Alex, qui ont presque abandonne leurs blogs juste en cette période préélectorale des plus interessante, ou le pouvoir en place a par des maneuvres illicites a fond de constitutionalite frauduleuse, s'apprête au vu et ou su de tous a kidnapper le processus démocratique.

    Heureusement qu'un vent de changement souffle sur cette planète, dans tout les continents les gens s'insurgent contre l'oppression et l'injustice. Ce n'est plus qu'une question de temps pour que cela atteigne le Congo.

    ps:Alex ton blog en anglais ne s'addresse pas vraiment aux congolais. Quelle est l'audience que tu viserai??(I'm kind of curious)

    de coeur avec tous

    Posté par wavre, 03 mars 2011 à 15:20
  • Many people wear the jeans through http://www.jeans-onsale.com the year for it is practical. A person without a pair of true religion jeans was just like a sentence has no verb. All kinds of jeans are hot sell in the true religion sale store online. Surely, you will find the one you http://www.jeans-onsale.com

    Posté par True-religion, 07 mars 2011 à 04:00
  • Alex na leki na biso kalondji, a expliquer biso ndenge ba lalisi ba site?

    Nous assistons éberlués à l'émergence de la démocratie en Afrique: Egypte, Tunisie, Lybie, Yemen, bahrain, Arabia saoudite, côte d'ivoire etc.....

    Nos frères Alex et Cédric sont absents, deux analyses peuvent nous éclairer:

    1) soit nos frères étaient CORROMPUS (ce qui m'étonne)(lol)/ SIMULACRE
    2) Soit, nos frères faisaient partis de nos agresseurs pour des raisons PECUNIAIRES?

    Eza mwa mawa, site ezalaki vrai, naza na nostalgie kutu ya bely21, wavre, bakundé, boni, boma omena naba petits misu (misusu) (lol)

    Biso, noko COLONEL tongo na ba Zoï, ba meso mbuanki, bana nzéla kati, topekisi CONCERTS YA BA DISTRACTIONS na MIKILI, nous déplorons plus de huit millions des morts, plus de sept cent mille femmes et hommes violés

    Match ebaluki, "OLIé tsééé, OTONDI TSEEE, KOLUKA KOBALANA NA CONGO TSEEEEEEEEEEE"

    Muyomba, manseba, nguatshi, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 09 mars 2011 à 17:04
  • na komi ko REPETER ba COURS (lol)

    --------------------------------------------------------------------------------
    J’ai exposé le concept d’organisation, les gens peuvent consulter mes écrits, j’ai écrit sur les principes du contrôle et la décison ( pour les étourdis (mwa milangwaaa (lol): ezalaki principe du contrôle CYBERNETIQUE, pona bato ya milangwaaa(lol): contrôle = inspection, pointage, vérification)

    Exemples: contrôle financier, contrôle fiscal, contrôle d’identité, contrôle des connaissances, vérification du bon fonctionnementy d’un appareil etc.....

    Conséquence du contrôle: UNE SANCTION (positive ou négative), UNE DECISION

    Après ce rappel: noko loba po na DECISION, to tala LUAMBOnanzembo Décision: ezalaka boyé téé moninga aah bakotunaaaa (lol)

    Méthodes de décision:
    Rappel du modèle de décision d’ HERBERT SIMON: il est denommé :
    INTELLIGENCE, MODELISATION, CHOIX (IMC)

    Intelligence: phase de compréhension: on pose le problème: (ba musiciens bakobeta awa na poto lisusu (lisu na likukuma) tééé, tséééééé
    Modélisation: phase de recherche: on modélise les scénarios possibles: (bandeko na biso huit millions bakufi, justice eza téé

    Ezalaki tééé,

    Modélisation: bandeko ba kufi huit millions sans justice, ebandi na ba nani AFDL de MERDE, hommes et femmes violés, AFDL DE MERDE

    Choix: Phase de "DECISION" au sens limité du terme:

    Ba musiciens CORROMPUS POLITISES PO NA MA BUMU NA MBANGO SANS KOTALA SOUFFRANCES YA PEUPLE bakobeta concert na mikili tééé, il faut batéyama tgo ba nkende ko kutana na papa MFUMU KIBANGU na MAMAN KIMPA VITA akufa na 22 ans ba boma yé na ba colons portugais po amonaki ba jeux na mbango na NKUZU

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, COLONEL, Prof; tongo etani

    Posté par tongo etani, 10 mars 2011 à 18:18
  • wapi likili kadogo CHEGUE, NUMBI?

    Affaire Chebeya : un témoin-clé liquidé par les sbires de «Kabila»



    Le tristement célèbre "général" John Numbi Banza Tambo, patron - suspendu? - de la police nationale congolaise.

    Le commissaire adjoint Amisi Mugangu a bel et bien été enlevé et exécuté fin novembre dernier à Kampala par des tueurs à gage envoyés dans la capitale ougandaise par des hommes de main de «Joseph Kabila». Affirmation gratuite? Assurément pas! Amisi a été «puni» pour avoir dit la vérité sur les circonstances exactes de la mort du militant de défense des droits humains Floribert Chebeya Bahizire et la disparition de son compagnon d’infortune Fidèle Bazana Edadi. Ses motivations importent peu. «L’ordre d’exécuter Floribert Chebeya a été donné par la «haute hiérarchie». Cet ordre a transmis au colonel Daniel Mukalay par l’Inspecteur divisionnaire en chef John Numbi. Celui-ci l’a fait le lundi 31 mai 2010 à 10 heures au cours d’une brève réunion. Nous avons exécuté Chebeya par étouffement. Le corps de son chauffeur a été jeté dans le fleuve au niveau de Kinsuka». Ce sont là les aveux qui ont coûté la vie au commissaire adjoint Amisi. Congo Indépendant est en mesure d’affirmer que deux hommes peuvent être considérés comme des «suspects» dans la «disparition» de cet important témoin. Il s’agit d’un certain Elie Lungumbu, agent de l’Agence nationale de renseignement, proche de Zoé «Kabila», et de major Christian Ngoy Kenga Kenga, ancien commandant du "Bataillon Simba" de la police nationale. Cet officier de la police, proche parmi les proches de John Numbi Banza Tambo, a pris le large dès l’annonce de l’arrestation de Daniel Mukalay. Ngoy et Amisi étaient restés en contact. Le premier avait invité le second à venir le rejoindre dans un pays africain.


    L’Omerta

    Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazana Edadi ont-ils été exécutés dans l’enceinte de l’Inspection générale de la police nationale ? Depuis plus de trois mois, les débats au sein de la Haute cour militaire de la garnison de Kinshasa-Gombe tournent autour de cette question préliminaire. Dieu seul sait si, cette juridiction militaire dont l’indépendance reste sujet à caution, aura le courage d’aborder trois autres interrogations. A savoir : Qui a ordonné ces exécutions ? Quel a été le modus operandi ? Qui est le commanditaire de ces crimes? A Kinshasa, le procès sur l’assassinat de Chebeya prend de plus en plus la tournure d’une farce judiciaire. Une parodie de justice. Les accusés et les parties civiles se livrent au jeu du chat et de la souris. Qui attrapera l’autre?

    Le principal suspect, en l’occurrence l’Inspecteur divisionnaire en chef de la police nationale, John Numbi Banza Tambo, ne cesse de clamer son innocence en prétendant qu’il n’avait pas de rendez-vous avec Chebeya. «C’est lui qui sollicitait un rendez-vous avec moi», assure-t-il en soulignant qu’il a passé toute la journée du 1er juin à Maluku afin de superviser les préparatifs de la parade militaire prévue le 30 juin. Dans son édition en ligne datée du 4 juin 2010, «Le Soft» écrit notamment : «Le général John Numbi Banza Tambo se trouvait à Kingakati, à la ferme présidentielle (…). Il y était reçu avec le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité, Adolphe Lumanu Mulenda Bwana N’Sefu». Bras droit de Numbi, le colonel Daniel Mukalay wa Matezo ne dit pas autre chose : «Floribert Chebeya ne s’est jamais présenté à l’Inspection générale de la police le 1er juin 2010.» Depuis plusieurs mois, la Haute cour militaire se complaint à ce qui ressemble bien à des manœuvres dilatoires en examinant minutieusement le relevé des appels téléphoniques donnés par les prévenus et le «témoin» Numbi. Il s’agit de gagner du temps face à une "association des malfaiteurs" qui use et abuse de l’Omerta. La loi du silence.

    Poker menteur

    Il faut parfaitement de mauvaise foi pour mettre en doute le fait que Floribert Chebeya s’est bel et bien rendu, mardi 1er juin 2010, à l’Inspection générale de la police nationale. Et ce, sur convocation de l’Inspecteur divisionnaire en chef John Numbi Banza. Conscient des menaces qui planaient sur sa vie, "Floribert" avait informé son épouse Annie. Deux précautions valant mieux qu’une, Il avait prévenu la responsable de la Division des droits de l’Homme de la Monuc : «Je me dirige à l’Inspection générale de la police, prière de suivre». Au siège de la police, le Camerounais Gomer Martell se trouvait au bureau du "colonel Daniel". En sortant, il a aperçu Chebeya dans l’anti-chambre. «Gomer» a été surpris d’apprendre le lendemain la découverte du corps sans vie du militant de défense des droits humains. Aussi, s’est-il précipité au siège de la Monuc pour donner son témoignage.

    Le corps de Chebeya a été découvert…par des éléments de la police vers 5 heures du matin au Quartier Mitendi sur la route de Matadi. Le chef de ce quartier est formel : deux jeeps de la police et une voiture ont été aperçues à l’aube de mercredi 2 juin. Après le départ des deux Jeeps, la voiture a été abandonnée sur le lieu avec un corps sur la banquette arrière. C’est ici que commence le poker menteur. Dans un communiqué publié par la police nationale, on apprenait que les policiers ayant fait les «premières constatations» ont noté que le «cadavre» ne présentait «aucune trace visible de violence». Ils auraient aussi découvert la présente dans le véhicule de «deux préservatifs déjà utilisés et un paquet entier de trois pièces non utilisées, une boîte de stimulant Davigra qui contenait une plaquette de deux comprimés déjà utilisés, deux ongles artificiels et quelques mèches de dames». En fait, la police avait menti. Lors de ses récentes auditions, le colonel Tshomba, médecin légiste, a soutenu sans rire que Chebeya «a connu une mort subite suite à l’association de deux pathologies du cœur» : la" dysphasie arithmogène " et la " myocardie lymphocytaire». Selon lui, «le décès de Chebeya n’a été provoqué par aucune torture».

    Entendu à son tour, le commissaire principal François Nkuna de la police scientifique a pris le contre-pieds du médecin légiste. Selon lui, lorsqu’il est arrivé avec son équipe sur le lieu du crime à Mitendi, ils ont constaté que la dépouille mortelle présentait des lésions - provoquées par des menottes ou des cordes - au niveau des bras et des jambes. Par ailleurs, du sang coulait de la bouche. Plus grave, le militant des droits humains avait le cou tordu et «la tête tournait dans tous les sens». Comment se fait-il que ces "détails" aient pu échapper au médecin-légiste?

    Le major Christian Ngoy a-t-il «donné» Amisi Mugangu ?

    «L’ordre d’exécuter Chebeya a été donné par la haute hiérarchie. Chebeya commençait à gêner le pouvoir de notre Président. C’est le général John Numbi qui a transmis cet ordre lundi 31 mai 2010 au colonel Daniel Mukalay. Le colonel a mis, par la suite, une équipe chargée d’exécuter cette action. Nous avons exécuté Chebeya par étouffement. Le corps de son chauffeur a été jeté dans le fleuve au niveau de Kinsuka». L’homme qui parle - parlait? - n’est plus à présenter. Il s’agit du commissaire adjoint Amisi Mugangu. Bras droit et chauffeur du colonel Daniel Mukalay, Amisi a fait partie de l’équipe de cinq personnes chargées d’«éliminer» Chebeya et Bazana. Après l’arrestation de Mukalay et quelques autres policiers par des hommes de Pierre Lumbi Okongo, conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de Sécurité, Amisi a décidé de quitter le pays. C’était le 6 juin. Destination : Ouganda. Ce départ s’est déroulé avec l’assentiment et l’assistance financière du «général» Numbi qui lui a remis un millier de dollar. Commandant du «Bataillon Simba», cette unité paramilitaire chère à John Numbi, le major Christian Ngoy a pris, lui aussi, la poudre d’escampette. Destination : un pays d’Afrique centrale. Preuve si besoin en était que Ngoy et Amisi constituent les pièces maîtresses du puzzle politico-judiciaire qu’est devenu l’affaire Chebeya-Bazana. Et que leurs témoignages pourraient faire imploser la République.

    Arrivé à Kampala, Amisi a eu des états d’âme. Il s’est mis à parler. Mi-juin, il contacte des diplomates en poste à Kinshasa. «Je suis un membre de la police congolaise. J’ai participé à l’exécution de Floribert Chebeya. Je suis prêt à faire ma déposition si ma sécurité était garantie», dit-il. C’est par ce canal que notre journal a pu nouer le contact avec le policier fugitif. Le 26 juin, l’homme est porté disparu. La dernière fois qu’on l’a vu, il tentait de traverser la frontière pour gagner la ville de Nairobi au Kenya. Le 9 octobre, il réapparaît. Où était-il depuis ce temps? «J’ai été arrêté par la police kenyane dans un cachot de la province de Eldoret à la demande du président Joseph Kabila via monsieur Elie Lungumbu qui m’a pourchassé avec son équipe venue de Kinshasa jusqu’à la frontière kenyanne de Malaba. Finalement ils m’ont appréhendé. Le message est venu de Kinshasa via l’Ambassade de la RDC au Kenya, d’obtenir mon extradition à Kinshasa sous bonne escorte.» Il poursuit : «L’objectif de monsieur Elie Lungumbu, un monsieur trapu, était de me ravir toutes les preuves que je détiendrais sur la mort de Floribert Chebeya et de son chauffeur.»

    Pas de crime parfait

    Amisi avait gardé entre ses mains le téléphone portable de Fidèle Bazana et des documents personnels de Chebeya. Il voulait s’en désaisir. Dans un mail adressé à l’auteur de ces lignes, il écrit : «Pourquoi j’insiste pour que vous puissiez récupérer ces effets, c’est parce que les preuves entre autre du téléphone du chauffeur de Floribert Chebeya se trouve là dedans et ça pouvait beaucoup vous aider pour les enquêtes et d’autres histoire. Ici je peux vous les envoyer par DHL directement. C’est ça mon souci.» Début novembre dernier, le commissaire adjoint envoie un autre mail : «Je vais quitter l’Ouganda. Mon chef, le major Christian Ngoy, m’a demandé de le rejoindre dans un pays africain.» Ce voyage a été reporté par deux fois. Le 26 novembre, Amisi devait se rendre au bureau de DHL à Kampala pour expédier les objets précités. L’homme a disparu. Cela fait déjà quatre mois.

    Il n’y a pas de crime parfait. Un témoin était en compagnie du policier Amisi à quelques mètres du bureau de la DHL lorsqu’une Jeep de couleur noire portant la plaque d’immatriculation «CD 18» s’est arrêtée à quelques mètres d’eux. Il semble que cette plaque appartiendrait à un diplomate congolais en poste à Kampala. Il s’agit du colonel Marcel Mbangu – un proche à John Numbi, spécialiste des enlèvements, dixit Amisi Mugangu - qui porte le titre de deuxième conseiller d’ambassade. Un des passagers de ce véhicule diplomatique s’est mis à héler Amisi. «Le policier Amisi m’a demandé d’attendre un moment au bureau de DHL. A ma grande surprise, je l’ai vu monter apparemment sans contraintes dans ce véhicule qui est parti en trombe», explique ce témoin. Le témoin se rappelle les mots mumurés par le policier : «C’est mon chef Christian Ngoy». Qui était à bord de ce véhicule qui a démarré en trombe? Elie Lungumbu? C’est peu probable. Christian Ngoy? Sans doute. Le commissaire adjoint Amisi éprouvait du respect et de la confiance à son égard. Le major Christian Ngoy a-t-il servi d’appât pour permettre aux sicaires de "Joseph Kabila" d’éliminer un témoin gênant dans l’affaire Chebeya?

    Selon des informations difficiles à vérifier, le corps d’une personne non identifiée a été déposé début décembre dernier au Mulango Hospital à Kampala. Etait-ce la dépouille mortelle du commissaire adjoint Amisi Mugangu? Le sang de Chebeya et de Bazana crie justice au ciel ! La justice leur sera rendue. Les assassins et le commanditaire de ces crimes seront sévèrement chatiés. Tôt ou tard…

    Baudouin Amba Wetshi
    © Congoindépendant 2003-2011

    Posté par tongo etani, 10 mars 2011 à 20:22
  • oyo noko, azo bundela mboka ba nkunda MOTOLO na yéééééééééééé

    Kanambe, ignare, sanguinaire est essouflé, incapable de raisonner, on ne peut pas raisonner avec un coeficient intellectuel d'une LIMACE.

    Nous devons proposer des pistes de sortie pour notre pauvre pays anémié, villipendé, violé, asphysié, endormi etc............

    Nous voulons instaurer la DEMOCRATIE à la place de la ploutocratie au CONGO sima ékoli!!!!!

    Nous voulons avancer avec:

    1) Séparation des pouvoirs: exécutif, législatif et surtout judiciaire
    2) Contrôle de la police et des services secrets par la justice pour eviter les BAVURES
    3) Réorganisation d'une armée de métiers des CONGOLAIS
    4) Maîtrise de la Banque Centrale en éloignant la CORRUPTION en imposant une nouvelle réglementation concernat les risques, les fonds propres, les liquidités et les rentabilités
    5) Audit des services de la fonction publique en essayant de voir dans l'administration: QUI FAIT QUOI? sans les cadavres dans les tirroirs (lol)
    6) Lutte ACHARNEE contre le TRIBALISME, LA CORRUPTION, LES COTERIES, L'INCOMPETENCE, LES BETISES

    Nasuki dimi wana nazo koma BUKU ya monéné (lol)

    Manseba, muyomba, kwiya, nguatshi, noko, COLONEL, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 12 mars 2011 à 14:23
  • Alex aza wapi???????????????

    Ba nilotiques bakoteli biso na mboka, baye ba bengana biso na mboka ya ba koko na biso na compliciter ya ba ndeko na biso po na ba miettes ya dollars, mboka wana baye ko violer ba mamans na biso, bino bateki ya mboka, tokoloba nini na ba ndeko na biso pacifistes ya KIVU, bana GOMA bana bukavu, bino ba collabos boteki mboka po na ba miettes.

    Ba mikonzi ya afdl bazo teka mboka, bayaki na ba bottes ya caoutchouc, ba komi ko ndenda na mboka ya ba koko na biso"

    Muana mobali (noko tongo) alelaka té, TO TELEMA ba profs bazuaka lisusu lifuta na biso, viols ekoma devoirs à DOMICILE, l’imbecile kanambwa, bozo voter ye sans CILLER, na komi ko silika na kokota falançais kala tséééé.

    Nous devons libérer notre pauvre pays, pour juger les auteurs des viols, des massacres au kivu, nous devons les saisir pour amener ces animaux devant la justice et pendre haut et court ses animaux: nkunda, bosco ntanganda, peter karim, kanambwa, tango faible, amisi, les aventuriers sanguinaires avec le sang congolais sur les commissures de leurs fines LEVRES des NILOTIQUES.

    WAKE UP ba CONGOLAIS!!!!!!

    Muyomba, nguatshi, manseba, kwiya, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 12 mars 2011 à 18:09
  • distraction ekomi kosila, j'ai lu "congomikili"

    KEBA KEBA says: March 13, 2011 at 9:51 am NetherlandsMaman he, maman he napeli moto, kiiiiiiiiiiiiiiiiieeeeeeeee!kie!kie!
    Mapapu ya fally epeli moto, kieeeeeee!kie!kie!kie!
    kosekaaaaaaa!!!! nazalaki na kanda ya ba taxe, mais makombo oyo esilisi nga kanda, kieeeeeeeeee!kie!
    Isabelle says: March 13, 2011 at 9:51 am France@ NIMA KOKO,

    OKIMI, OTEYAMA, fally abeti devant ba chaises vides, eza mawa, il paraît abandaki kolela lokola werrason (lol), répétition ya zenith à 150 000 USD KOKAMWAEEEE,nga muana muasi ceinture noire, nalataki SOKOTO, ELAMBA MAKASI ya CONGO (lol)

    NANU ESILI TEEEEE!!!!!!

    Posté par tongo etani, 13 mars 2011 à 11:07
  • James kabarebe awuti na prison makala sans visa kozua ba ndeko na biso abimisi dix prisonniers na rwanda!!!!!!!!!!

    Depuis la mascarade d’attentat, le connard à la tête du pays est invisible, inaudible!!!!!!!

    A l’époque de l’aigle de kawelé, après un attentat manqué, le Vieux seskoul, bombé le torse à la télé, pour INFORMER LA POPULATION!!!!!!

    Oyo ya lélo, vendeur ya kimpuka na ba ngolo ya DAR-es-salam (veut dire porte de la paix, yo pe noko!!!) se cache en tanzanie , en nous laissant son chien malade MENDE vuvuzélateur, tchiaku libondance, zoba zoba na sida na ELONGI

    Bana CONGO, terrain eza vide, James kabarebe azalaki na kin, akeyi na makala azui ba prisonniers dix, amemi mbango na rwanda, mboka eza quadriller par les soldats rwandais, ba maman ba telemi, biso mibali bo komela noko tongo, ata ba bombes nako pesa bino: léo ndjo léo, ntangu ifueni, totelema sikoyo:

    tongoetani@gmail.com


    totyelema eza maseki téééé, ba cardiaques, tensions artérielles, ba ngungi, fièvres typhoïdes, paludismes ba maladies nionso toza n’ango, na minutes oyo boya bokoma bo nganga po na mboka na biso tozo diééééé sikoyo

    CONGO ya ba koko na biso eza na minute oyo na posa na biso, boyela nga triba triba awaaaaaah;

    Manseba, muyomba, kwiya, noko, kwiya, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 13 mars 2011 à 13:59
1  2  3  4    Dernier »

Poster un commentaire