ALEX ENGWETE

Congologie : Espace d’analyses et d’opinions sur la culture et la politique du sous-continent de la République Démocratique du Congo. Contact: alexengwete@gmail.com

21 septembre 2011

SOS Racisme massacre la langue de Molière

drcSOSRacisme

SOS Racisme a lancé un communiqué dénonçant les soi-disant dérives « racistes » des manifestants anti-Kagame congolais lors de la visite du président rwandais à Paris le 12 septembre.

Mais là n’est pas mon propos. Mon propos, c’est l’étonnant amalgame que SOS Racisme fait entre les verbes « perpétrer »et « perpétuer ».

Lisons plutôt ce communiqué de SOS Racisme, à commencer par le titre : « SOS Racisme dénonce les attaques racistes perpétuées [sic] à l’encontre des rwandais en marge du déplacement de Paul Kagamé ».

On croit peut-être qu’il s’agit là  d’une faute d’inattention passagère. Mais non, au deuxième paragraphe du communiqué,SOS Racisme remet cette terrible faute :

« Les attaques perpétuées [sic] par des groupes, vraisemblablement issus de RDC, ont ciblé des individus isolés, qui ont été insultés, agressés et tabassés dans les transports en commun ou encore dans la rue ».

Alors, rappelons la signification de ces deux mots aussi différents que le mot « blanc » est aux antipodes du mot « noir » :

Perpétrer :  Commettre. Exemple du dictionnaire : « Perpétrer un crime ».

Perpétuer :  Faire durer. Le dictionnaire donne l’exemple suivant : « Perpétuer la mémoire de quelqu’un ».

Comme quoi : Sopo et SOS Racisme massacrent la langue de Molière au moment où j’écris ces lignes ! A moins qu’ils ne se précipitent pour corriger cette faute d’idiots !…

drcSOSRacisme01

Posté par Alex Engwete à 17:22 - SOS Racisme, Faute de français - Commentaires [133] - Permalien [#]

Commentaires

    Soki le ridicule ekokaki pe koboma??? Après Olomidé, bababaswe, lélo Alain MPELA (lol)

    C'est vraiment ridicule : Alain MPELA, candidat député national en RDC

    22/09/2011 06:05:00KongoTimes!

    Alain MPELA

    Pour concrétiser son rêve, Alain Mpela, Ancien de Wenge Musica BCBG 4X4, quitte la musique pour la politique.

    Cet artiste musicien est presque absent de la scène musicale congolaise après l’échec de son album intitulé « Mortel Combat », réalisé avec son frère Bouro Mpela. Alain Mpela, puisque, c’est de lui qu’il s’agit, veut se ressaisir. Cette fois-ci dans un autre domaine que la musique. L’ancien musicien de l’orchestre Wenge Musica Formule originelle affiche déjà ses ambitions politiques. Il veut servir son pays au Parlement.

    Pour concrétiser son rêve, Afande est candidat député national pour la circonscription de Lukunga. Alain Mpela s’affiche désormais sous le label de l’ADT de l’ex-gouverneur de l’Equateur, José Makila.

    Convaincu de sa victoire à l’issue de prochaines législatives, Afande bénéficie du soutien de certains de ses collègues et fanatiques. Une fois, député, Motsua sera appelé à défendre la musique et l’artiste congolais.

    Comme on peut le constater, les musiciens congolais éprouvent beaucoup de difficultés pour vivre de leur métier par manque d’une bonne politique culturelle. Ce qui empêche les musiciens de toucher leurs droits d’auteur.

    Diemerci MAYAMBI

    Published By www.KongoTimes.info - © KongoTimes! - All Rights Reserved.

    Posté par tongo etani, 22 septembre 2011 à 14:17
  • Droit sélectif de l'homme

    POLITIQUE NATIONALE


    Les Résistants-Patriotes Congolais et la France

    Par Le Potentiel





    Quand un pays dit «patrie des droits de l’Homme » accueille chez lui des criminels de guerre, des criminels contre l’humanité et d’autres criminels économiques, cela ne devrait-il pas mettre une puce à l’oreille des Résistants-Patriotes Congolais luttant contre les escadrons de la mort sur la terre congolaise ? Et les conduire à confronter les théories apprises à l’école et ressassées par les médiamensonges à la brutalité de la réalité ?

    Quand les Résistants-Patriotes Congolais se préparaient à protester contre l’arrivée de Paul Kagame en France (au cours de la semaine du 11 septembre 2011), une question revenait régulièrement dans leurs bouches : « Comment la France , une patrie de droits de l’Homme, peut-elle accepter de recevoir sur son territoire le président rwandais et ses escadrons de la mort, autres des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des actes pouvant s’apparenter au génocide sur le sol congolais ? » En plus de cette question, plusieurs Résistants-Patriotes Congolais donnaient la preuve d’une bonne maîtrise de l’histoire de la France dans certaines de ses phases de lutte et résistance. Ils savaient évoquer la Révolution de 1789 et la Résistance de De Gaulle contre l’occupation allemande de son pays.

    Au jour d’aujourd’hui, plusieurs Résistants-Patriotes Congolais savent aussi résumer, en quelques lignes, la tragédie survenue dans notre pays avec la guerre de l’AFDL de 1996. Disons qu’ils ont à la fois et une bonne maîtrise de l’histoire récente de notre pays et de celle de la France (dans ses étapes de Résistance).

    Mais quand la France reçoit Kagame et qu’ils protestent, ils donnent l’impression de ne pas tirer toutes les conséquences de cette double maîtrise de l’histoire. L’une des premières conséquences à tirer de cette histoire serait que les droits de l’Homme dont la France serait la patrie devraient d’abord être les droits d’un homme bien particulier : le Français. Il ne s’agit pas de droits de l’Homme en général. (Cela même s’il y a des choses à redire au sujet de la défense des droits de l’Homme en France même.) Les ancêtres des Français se sont battus pour que les droits et les libertés des Français soient respectés chez eux. Cette lutte ne les a pas empêchés d’élaborer et/ou de partager des théories racialistes disqualifiant certaines races humaines dans leur fierté d’appartenir à l’unique genre humain. Le débat entre Jules Ferry et Georges Clémenceau à l’Assemblée nationale française en juillet 1885 témoigne du privilège que cette assemblée du peuple accorde à la violence aux dépens du droit dans les rapports expansionnistes entre la France (la civilisation dite supérieure) et les autres peuples (les civilisations dites rudimentaires.) (Lire ce débat dans P. PEAN,

    Carnages. Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Paris, Fayard, pp.134-140)

    Contrairement aux apparences et à la rhétorique sur « les droits de l’homme », la nature de ces rapports entre la France officielle et les pays du Tiers-monde n’ont pas du tout changé.

    La Françafrique, le discours de Nicolas Sarkozy à Dakar le 26 juillet 2007, le dernier livre de Pierre Péan (La République des mallettes (2011), les livres d’Eva Joly, etc. (Notre affaire à nous tous (2000), Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre ? (2003), La force qui nous manque (2007) ) attestent qu’effectivement ces rapports fondés sur l’hégémonie culturelle d’un peuple français (qui se croit officiellement supérieur) n’ont pas fondamentalement changé. (La guerre contre la Côte d’Ivoire et la Libye est une preuve supplémentaire.) Ce qui a peut-être changé est que les profits de l’aventure expansionniste profitent un peu plus aux oligarchies d’argent dont certaines têtes d’affiche sont citées dans les livres susmentionnés qu’à la majorité du peuple français.

    Mais, violés dans notre imaginaire, nous ne faisons que répéter les théories apprises à l’école sans les confronter à la réalité. Tel est le piège dans lequel tombent certains Résistants-Patriotes. Ils ont de la peine à comprendre que les éloges faits à la France-Patrie -des-droits-de-l’Homme cachent mal, (hier et) aujourd’hui, sa « conversion » en une « République des mallettes » (ou une République bananière ?) privilégiant « les affaires » sur le dos des peuples dits « inférieurs ».

    Confronter les théories apprises à l’école et la réalité quotidienne de l’asymétrie dans nos rapports avec la France (et les autres pays occidentaux) nous aiderait à les déconstruire et à tracer notre propre voie en fouinant dans plusieurs traditions de la Résistance (dont la nôtre avec Kimpa Vita et Simon Kimbangu). L’une des conséquences simples à tirer de cette déconstruction serait : « Chaque peuple lutte, résiste, se bat pour sa liberté et son auto-détermination. Aucun autre peuple ne peut assumer cette tâche patriotique à sa place ». La (re)découverte de cette vérité banale nous pousserait, dans notre immense majorité, à opter pour la culture de la résistance avec courage, persévérance et abnégation malgré la disproportion entre les forces dont nous disposons et les forces impérialistes en face de nous. Nous ne le dirons jamais assez. L’une des armes indispensables dans cette lutte est le savoir et/ou la connaissance. Un savoir et/ou une connaissance partagée avec les majorités silencieuses de nos populations pour mobiliser leur propre capacité de résistance.

    J.-P. Mbelu
    Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Potentiel 2005
    Usage strictement personnel.

    Posté par tongo etani, 23 septembre 2011 à 11:26
  • Nous devons aider les Congolais rapatrier de la Lybie

    Où l’on apprend par Radio Okapi que ASADHO exige que le gouvernement congolais loge et nourrisse les Congolais rapatriés de Libye

    Publié le 23 sept 2011 dans Politique par Alex



    Africains sub-sahariens massacrés par les révolutionnaires libyens

    Il y a un article chialant affiché aujourd’hui sur le portail de Radio Okapi et intitulé « RDC: certains rapatriés de la Libye vivent dans le dénuement à Kinshasa».

    Un conseil avant de vous précipiter sur le site de Radio Okapi : ayez à portée de main deux ou trois paquets de ce qu’on appelle à Kin des « papiers-mouchoirs » ou une grande boîte de Kleenex—pour contenir ou essuyer des larmes chaudes qui gicleront à grands torrents de vos yeux et, accessoirement, pour vous moucher !

    Ces pauvres gens ont été rapatriés de Tripoli où ils étaient coincés lors du déclenchement de la révolution libyenne par deux avions affrétés par Kabila ou par le gouvernement congolais, c’est selon. Je crois me rappeler que les avions affrétés par la RDC avaient également évacué des ressortissants du Congo de la rive droite ! Dès le « quatrième jour » de leur retour, selon une autre dépêche de Radio Okapi, ces gens pleurnichaient déjà et voulaient voir le gouvernement « continuer à les prendre en charge ».

    Et, « fast forward » à aujourd’hui… Incroyable ! La situation de « neuf familles retournées de la Libye » est si grave que ASADHO, notre grand rempart des droits de l’homme, dénonce cette négligence criminelle et « demande [avec la dernière énergie] au gouvernement de prendre des mesures urgentes pour leur réinsertion sociale et économique ». Une catastrophe humanitaire dans l’indifférence gouvernementale.

    Le représentant de ces citoyens catastrophés sanglote :


    «Les autorités nous avaient promis la réinstallation, la réinsertion et qu’elles allaient voir dans la mesure du possible si elles pouvaient nous envoyer dans des entreprises çà et là, parce que bon nombre d’entre nous sont des techniciens. Aucune promesse n’a été tenue ».

    Ces larmoiements m’ont tellement secoué que j’ai écrit le commentaire qui suit à l’article tout mouillé de larmes. Mais comme depuis des heures mon commentaire reste « en attente de modération », j’ai fini par me rendre compte que Radio Okapi ne l’affichera jamais. Ce qui me motive à l’afficher ici.

    Voici mon commentaire à l’article de Radio Okapi :


    « Radio Okapi et ASADHO, dites-moi que vous blaguez ! Ne croyez-vous pas que ces pauvres gens devraient plutôt remercier Kabila à deux genoux pour avoir eu la vision divine de les sortir du guêpier libyen ? Savez-vous que des Noirs sub-sahariens qui n’avaient pas été évacués de la Libye par leurs gouvernements sont aujourd’hui traqués et massacrés comme des rats par les révolutionnaires libyens ? Je me demande en quoi le gouvernement congolais serait responsable du quotidien de ces gens. Est-ce le gouvernement congolais qui avait demandé à ces gens de se déraciner de leur pays pour aller chercher le paradis chez Kadhafi ? Il y a des Congolais expatriés qui envoient par Western Union le peu qu’ils gagnent pour aider leurs familles restées au pays ; et quand ils reviennent, ils trouvent où loger et où manger… Combien de millions de pauvres y a-t-il au Congo ? Et vous pensez sincèrement qu’avant que le gouvernement ne s’occupe de ces millions de pauvres, il devrait d’abord se préoccuper de ces gens qu’on a rapatriés aux frais de la princesse ? Avec quel budget, je vous le demande… Ah, non ! ASADHO, cherchez d’autres causes légitimes, s’il vous plaît ! Mauvaise gouvernance, assassinats de journalistes ou d’activistes des droits de la personne, maltraitance d’enfants ou de femmes, viols de masse à l’est de la RDC, les bonnes causes sont foison !… Liboma too nini ? »


    Chasse à l’homme noir à Tripoli



    Crédits Photos : 1) François Mori/AFP/Scanpix; et 2) Reuters



    Mots-clés : ASADHO, Rapatriés de Libye

    Posté par tongo etani, 23 septembre 2011 à 20:01
  • « perpétuer » un exclusif statut de victimes pour les rwando-tutsi ?

    @ TONGO ETANI

    ALEX écrit que son « PROPOS », dans son message qu’il soumet à nos commentaires, « C’EST L’ÉTONNANT AMALGAME QUE SOS RACISME FAIT ENTRE LES VERBES "PERPÉTRER" ET "PERPÉTUER" ». Ce faisant, ALEX participe, à sa manière, aux différentes et diverses tentatives de conscientisation et mobilisation internationales de nos compatriotes comme, par exemple, une vidéo portant communiqué de presse du Collectif des Résistants Combattants Congolais en France (CRCCF) sur une procédure contre SOS Racisme.

    Voir aussi la vidéo en suivant le lien :
    http://www.dailymotion.com/video/xl92jo_communique-de-presse-du-crccf-sur-la-procedure-contre-sos-racisme_news

    TONGO ETANI, j’ai du respect et même une certaine admiration envers toi, mais je réprouve ton irrespect envers l’œuvre de ALEX car tu pollues celle-ci de commentaires hors de propos alors que, sur le site de ALEX, il y a suffisamment d’autres messages où tes copier/coller pourraient être pertinemment postés en guise de commentaire au cas tu serais incapable de faire par toi-même commentaire des messages de ALEX. Ceci n’est pas une agression envers toi, TONGO ETANI, mais ma façon, à moi, d’être désagréable, comme toi tu as tes façons, à toi, de te montrer désagréable ici.

    Revenons au « PROPOS » de ALEX soumis à nos commentaires au sujet de SOS racisme.

    Alors qu’elle est présentée au grand public comme une institution non étatique, cette association, SOS RACISME, sert de relais aux thèses que certains oligarques, au sein des institutions de la République française, voudraient voir diffusées dans l’opinion publique.

    Voir la vidéo, titrée « L'IMPOSTURE SOS RACISME DÉVOILÉE PAR SERGE MALIK (1990) », en suivant le lien :
    http://www.youtube.com/watch?v=iFF_miq3K8E

    Voir aussi la vidéo, titrée « OMAR DJELLIL RACONTE SON PARCOURS À SOS RACISME », en suivant le lien :
    http://www.dailymotion.com/video/xk5j8u_omar-djellil-sur-sos-racisme_news

    Tout ceci pour dire que, selon moi, le communiqué de presse de cette association ne fait pas confusion entre les verbes « PERPETRER » et « PERPETUER ». En effet, je ressens envers cette association une suspicion de participation à l’œuvre de « PERPETUATION » de l’accaparement par des personnes rwando-tutsi du statut exclusif de victimes des violences en Afrique centrale comme s’il n’y avait que les personnes rwando-tutsi à être ou avoir été victimes desdites violences, comme si les Zaïro-Congolais(es) n’étaient pas, eux (et surtout elles) aussi, victimes d’actes de violences « PERPETREES » par des soldats rwando-tusti déguisés sous uniforme militaire des FA-RDC et bénéficiant de la bienveillante indifférence diplomatique et militaire de nos très chères et trop chères MONUSCO et communauté internationale.

    TONGO ETANI, considères les violences réciproques entre Israéliens et Palestiniens se disputant un même territoire, et tu comprendras, peut-être, en quoi notre Kivu est devenu une sorte de Palestine occupée où tant des étrangers que nos compatriotes, en déloyauté envers notre République, commettent, contre nos populations, une guerre de basse intensité qui pourrait conduire l’O.N.U., dans quelques mois ou quelques années, à décider le partage du Kivu entre le Rwanda et la R.D.C.

    Si toi, TONGO ETANI, tu ne veux pas d’une telle perspective de partage du Kivu, œuvre ici à notre combat commun en participant, maintenant par tes commentaires et de manière adéquate, à l’œuvre initiée par ALEX.

    Posté par BOMA OMENA Henri, 24 septembre 2011 à 18:51
  • Pasi ya biso bayindooooo

    samedi 24 septembre 2011

    Société- Afrique du Nord- Libye- Pan Afrique- Humanitaire
    Le calvaire des réfugiés subsahariens d’Afrique du nord

    Des centaines de milliers de personnes ont fuit la Libye pendant le conflit

    samedi 24 septembre 2011 / par Dounia Ben Mohamed

    Le conflit en Libye a poussé des centaines de milliers de subsahariens installés en Libye à prendre la fuite. Réfugiés en Afrique du Nord, ils doivent subir de multiples déplacements. Amnesty International alerte la communauté internationale à leur sujet.

    L’ONG Amnesty International alerte la communauté internationale sur le sort des réfugiés subsahariens qui ont fuit la Libye. Les Subsahariens ont été les premières victimes de la révolution libyenne. Khadafi ayant fait appel à des mercenaires originaire d’Afrique noire pour rétablir l’ordre dans le pays, le quotidien des Subsahariens, déjà difficile, s’est fortement dégradé.

    Avant le début de la révolution, la Libye comptait entre 1,5 et 2 millions de ressortissants étrangers. La plupart venaient de pays d’Afrique subsaharienne, dont le Burkina Faso, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigeria, la Somalie et le Soudan. Certains y étaient employés, d’autres, déjà, avaient le statut de réfugiés. En 2010, Kadhafi a fermé le bureau du Haut-Commissariat aux réfugiés à Tripoli, livrant ces personnes à elles-mêmes. Les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants vivaient constamment sous la menace d’une arrestation et d’une incarcération dans des conditions épouvantables pour « infractions en relation avec la migration ». Les noirs Africains en particulier étaient victimes d’exploitation et d’agressions racistes. Résultat, avec l’intensification du conflit, des centaines de milliers de personnes ont fuit la Libye pour la Tunisie notamment, pays voisin. Mais aussi l’Égypte ou le Soudan. La Tunisie, en pleine transition démocratique, n’a pas les moyens de les accueillir, d’autant qu’elle devait déjà faire face à l’afflux de réfugiés Libyens. Reste que si depuis, un certain nombre d’entre eux ont été renvoyés dans leur pays d’origine, les autres sont toujours dans des camps de réfugiés, sans-cesse déplacés. Au poste frontière de Saloum entre autre, entre l’Égypte et le Soudan, un millier de demandeurs d’asile et de réfugiés sont toujours bloqués.

    Posté par tongo etani, 24 septembre 2011 à 20:55
  • Intellectuel, diplômé congolais, kiadi kibeni ou mawa trop!!!

    .Diplômé d’université
    Jeudi, 29 Septembre 2011 06:07 9 Commentaires Envoyer


    Quelle honte! Quelle honte! Voilà le sentiment que les intellectuels de notre race éprouvent et désapprouvent, en écoutant pérorer des perroquets sur toutes les chaînes de radio et télévision, au lendemain du discours de fin mandat du président Joseph Kabila.

    Le premier des péroreurs se trompant d’époque et de continent, a cru son heure venue d’innover, en annonçant le chef de l’Etat comme le « Père de la démocratie » en RDC. La grossière bourde a surpris le nominé lui-même.

    En revisionnant, seconde après seconde, les images des hôtes de la ferme présidentielle de Kingakati, ce 14 septembre là, tout critique désintéressé convient avec nous que Jeff Ka était impassible, l’auditoire Majorité présidentielle glacé, le bataillon des laudateurs horrifié par le mensonge. Un mensonge tissé de gros fil blanc.

    Inlassablement, le bal des thuriféraires se poursuit. Ces temps derniers, d’aucuns, se présentant avec le titre de diplômés d’université, squattent les plateaux des télévisions. Leur mission ? Faire croire au cours des différentes émissions que la Majorité-fin-carrière est « LA » voie obligée pour les électeurs en novembre afin de propulser la RDC dans le club des « pays émergents ».

    Mais là où ces griots révoltent les consciences « conscientes », c’est quand, polémiquant autour des salaires des magistrats, ils affirment pince sans rire que le barème proclamé par le chef de l’Etat à Kingakati ne figure que dans « le BUDGET 2012 » !

    Ces « uniquement » diplômés d’université soutiennent l’inimaginable et pensent l’imposer comme vérité biblique. Ils feignent d’ignorer que le gouvernement n’a pas encore esquissé l’ébauche du « PROJET » du budget 2012. Sinon l’Assemblée nationale et le Sénat s’en seraient emparé pour l’examiner dès l’ouverture de la présente session. Voilà où mène la science sans conscience.

    Un autre thuriféraire s’est proprement emmêlé les pinceaux. Publiquement, sur un plateau de télévision, ce foutu diplômé a énervé les téléspectateurs en confondant une « prime », synonyme de cadeau ou récompense, avec le « fixe ».

    Ne dites jamais que tout diplômé d’université a le profil d’intellectuel. Un intellectuel, d’après Jean-Paul Sartre, c’est « quelqu’un qui est fidèle à un ensemble politique et social, mais qui ne cesse de le contester ». Ajoutons qu’un intellectuel, comme une bougie allumée, est jugé par son entourage selon son savoir, son savoir-faire, son faire savoir et son savoir être. En êtes-vous un, cher Apostrophile ?

    Posté par tongo etani, 29 septembre 2011 à 22:05
  • Merci Al:ex, je te considères aussi comme mon ami avant qu'on puisse se rencontrer après les ERECTIONS (lol) chez moi en EUROPE

    @ Alex et Henri(noko akomaka ye moko pe asalaka RELAIS ba copier coller ya baninga oyo pe bakomaka kitoko neti yooo (lol)),

    Avant les élections, j'avais prédit ce qui se passe actuellement (tripatouillages, déshabillages,coups et blessures, mutakalisation,interdiction de la distraction (noko alanga NZEMBOOO),nkoni na moto, nkuba, kosua matoyi, kolingama lingama na nse ya mabele, na ba misapi na misu, kokanga mpema, koniefula,attentats, mettre le feu, kobuaka mabanga na soyi, nsongi nsongi, likunya, carambolages, incertitudes, bêtises et conneries SORDIDES)(lol).

    Je suis comme toi, Alex, je suis mû par la sortie de la misère du peuple Congolais.

    J'ai vu grâce à internet la guerre rwando-ougandaise à kisangani, j'étais ahuri de voir un père de famille Congolais terré avec sa famille traumatisée dans une cave entrain de pleurer avec ses filles.

    je me suis dit, NON, NON, NON!!!!
    Je savais que j'allais foncer tête baisser dans ce panier des CRABES(vieux Cons, jeunes Cons etc...

    Cette expropriation de nos richesses par nos voisins maléfiques (pas tous les rwandais(bien sûr) nous a tous TRAUMATISES).

    Nous savons tous que les émotions sont irrationnelles: elles empêcheraient la raison de s'exprimer. Nous ne pouvons pas les contrôler. Elles se manifestent spontanément. Elles sont parfois agréables, parfois non. Elles agissent sur notre corps en faisant battre notre coeur trop fort ou en nous faisant rougir ou noicir (lol). Elles sont omniprésentes. Tout aussi difficiles à définir.........

    Aujourd'hui, LES RETRAITES SENILES(tshitshi, kengo, gizenga, boboliko (j'aimes bien (yo pé noko)) veulent encore nous dicter nos comportements, en oubliant que nous ne sommes plus en 1960!!!!! wapi Okito? Mpolo, Lumumba????????????????,

    Nous ne pouvons pas faire des ERECTIONS (lol) dans un climat de suspicion, de guerre larvée, d'insécurité, de violence sans audit des électeurs sans cartes d'identité, avec les MBOROROS, LRA, FDLR,infiltrations des rwando-burundo-ougandais au KIVU, CNDP (dans les FARDC), impunités, viols, vols!!!!!!

    Omoni Henri,noko aza na kanda ya KAFU KAFU..........yango aza COMBATTANT pas opposant: "CONGO AUX CONGOLAIS"

    Muyomba, manseba, nguatshi, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 01 octobre 2011 à 12:34
  • Tokomi sikoyo "MBUZU NA MBUZU""face à face" wapi wavre, bely21, boniface, luka mambu?

    La Tombola des dinosaures et des gisants: Tshisekedi et Kengo à Bruxelles
    Publié le 1 oct 2011 dans Politique par Alex


    Gisants Tshisekedi et Kengo, Bruxelles
    Je ne suis pas politicien. Au fait, ma famille n’a de cesse de me répéter que je ne fais pas un bon politicien parce que je dis tout de suite ce qui me passe par la tête. Je suis « littérateur » et, de ce fait, une sorte d’artiste. C’est pourquoi je ne porte que des jeans troués… Mais je prends temps en temps des positions politiques, comme le sait bien mon ami Tongo Etani. Comme le disait Mobutu : si tu ne t’occupes pas de la politique, la politique s’occupera de toi !

    Voici mon problème au jour d’aujourd’hui…

    Je reçois toujours des emails non-sollicités de la part d’un compatriote qui s’appellerait « Awazi Kasele », « combattant » UDPS de son état, qui m’a fait parvenir, dans mon compte email, une sorte de compte-rendu des discussions qu’il entretient avec des compatriotes de son bord politique.

    Je n’ai jamais répondu à Awazi Kasele, il pourra en témoigner, sauf cette fois-ci. Pour donner toute la lumière sur le contexte de mon état d’esprit, je donne d’abord une copie conforme du message électronique de Awazi Kasele et la réponse que je lui ai renvoyée après lecture de son message.

    Voici d’abord, comme je viens de le dire, le message du compatriote Awazi Kasele à ses copains (je le répète, je ne sais pourquoi ces gens me réservent des copies de leurs interminables discussions ; mais ce coup-ci cela a dépassé les bornes au point que j’ai impulsivivement répondu à Awazi Kasele) :

    « Candidat commun de l’opposition

    Le peuple congolais ne demande pas mieux. Il se veut même plus pressant à l’égard des candidats engagés dans la course présidentielle. De l’avis des observateurs, la quête de tourner la page Kabila. a la chance d’aboutir si seulement l’opposition alignait un seul candidat. En soi, le principe n’a jamais été mis en cause. C’est la manière d’y parvenir qui pose problème, divise la classe politique. L’UNC par son Président interposé propose des discussions au cours desquels seraient débattus différents problèmes notamment ceux consistant à prévenir les fraudes électorales, un programme du gouvernement , le profil des animateurs etc. Car estime t-on, dans ce milieu, l’élection du Président de la République serait plutôt l’œuvre collective soit la plateforme oppositionnelle.

    E. Tshisekedi, de son côté, ne demande pas mieux. Après 30 ans de lutte, il appartient à ceux qui s’inscrivent dans la logique de l’opposition, aurait-il fait entendre, de se déterminer par rapport à sa candidature. Entre les deux candidats en vue c’est apparemment la réponse du berger à la bergère. Dans le camp du premier cité, Vital Kamerhe l’on y comptent autant ses supporters que les têtes pensantes.Chez l’opposant historique se rangent des partis politiques que l’opinion accuse de vouloir profiter éventuellement des dividendes que générait sa victoire.

    Comme on pourrait le constater, le compromis autour du candidat unique de l’opposition serait possible à condition que les présidentiables sachent parfois prendre du recul face à l’agitation qui s’observe autour de leurs états-majors respectifs. Ces derniers devraient moins s’intéresser au voyage, au contact qu’entreprendraient ces deux candidats à l’élection 2011. Ils devraient plutôt consacrer le plus de temps aux activités connexes : liste des témoins, mobilisateurs, collecte d’argent, confection de tee-shirt, sensibilisation des masses, visite à la CENI, contrôle des matériels électoraux etc. L’espace des présidentiables, une fois libéré des zélés et autres griots déboucherait sur une solution durable.

    Dans le cas contraire, c’est-à-dire l’hypothèse de non compromis au sein de l’opposition, il y a lieu de craindre des troubles et un retour à l’ impressionnabilité du pays ayant autrefois donné lieu à une succession de transitions, l’arbitrage de la communauté internationale ( pire moment)n et autre spectre du chaos.

    Aux dernières nouvelles, tout serait entrepris pour un rapprochement de vue au niveau de l’opposition. Il y aurait donc plus des raisons d’espérer même des imprévus incitent à la prudence.

    Depuis l’aube de l’indépendance, la classe politique congolaise s’est toujours caractérisée par l’égo, les querelles intestines, la lutte de positionnement. Le prix à payer c’est la paupérisation constante de la population et autres formes de misère qui la minent. »



    ET VOICI MA RÉPONSE :

    M. Awazi Kasele:

    Je me permets de vous répondre car vos emails atterrissent toujours dans la boîte de réception de mon compte. Et j’espère que cette intervention ne me vaudra pas les foudres des « combattants ».

    J’ai visionné la vidéo de la rencontre d’Etienne Tshisekedi et de Léon Kengo wa Dondo à Bruxelles et je me suis écrié : sont-ce là ces croulants, que dis-je, ces gisants sur qui une partie d’électeurs congolais placent leurs espoirs ? (Notez bien que je parle d’une « partie » et non du « peuple congolais » que beaucoup d’entre nous utilisent comme si tout un peuple, tel un troupeau de moutons, devrait avoir, dans une démocratie, une pensée hermétiquement unique). Notre Radio-Trottoir avait un mot approprié pour ce genre de croulants : « dinosaures » !

    Vous dites bien que les opérateurs politiques de l’opposition autour des candidats présidentiels « devraient moins s’intéresser au voyage, au contact qu’entreprendraient ces deux candidats à l’élection 2011. Ils devraient plutôt consacrer le plus de temps aux activités connexes ». Ce qui veut dire : bonnet blanc, blanc bonnet ! Tous ces gens sont tous comme des mobutistes, tout comme ils sont comme des kabilistes que vous vous acharnez à insulter.

    Et la phrase qui suit nous remet tout droit sur le sujet des croulants dont je parlais plus haut. J’y épingle : « solution durable ». Mais je dois rêver ! Quelle solution durable avec des gens qui seraient frappés d’AVC deux mois après leur prestation de serment ? De grâce, mes chers compatriotes, ralliez-vous au moins autour d’Adam Bombole et je prendrais au sérieux vos soi-disant projets de société ou de gouvernance durables !

    Finalement, au cours de l’interview que ces dinosaures ont accordée à la presse congolaise de la diaspora, il y a un journaliste indigné qui voulait savoir si, au finish, on devait en aboutir à cette solution de candidat unique, pourquoi avoir dépensé 500.000 dollars pour la caution non-remboursable des 10 candidats de l’opposition dans un pays où il y a tant de pauvreté ! Comme disait quelqu’un, c’est « mawable » !

    Autrement dit : UNE VÉRITABLE TOMOBLA DES GISANTS ! Des croulants et des gisants qui font des visites répétées aux présumés criminels de guerre au Complexe carcéral de Scheveningen à La Haye. De quoi faire trembler de terreur les fillettes de certains autres pays… BRRRR !

    Mots-clés : ADAM BOMBOLE, DINOSAURES, ELECTIONS, GISANTS, KABILISTES, KENGO WA DONGO, MOBUTISTES, TSHISEKEDI
    2 commentaires »

    La Tombola des dinosaures et des gisants: Tshisekedi et Kengo à Bruxelles
    2 Comments


    Leon Nkosi a dit: Ouvert 1 octobre 2011
    TU as raison ALEX, c’est triste de voir nos politicailleurs croulants de ne penser qu’au pouvoir pour le pouvoir alors qu’ils devaient laisser à la jeunesse prendre le relais.
    ils ont une vie politique longue et entaché des choses qui ont conduit la population à la pauvreté quand ils etaient au pouvoir et voir perpetrer des crimes qu’ils n’ont pas le courage de demander pardon au peuple( KIMBA, ANANI, mahemba et consorts).
    le peuple congolais a la memoire trop coutrte et ne lis pas son histoire sinon de tels dinausaures seront aux oubliètes et les autres devant la justice.
    qui furent les fodateurs du M.P.R de triste memoire qui a confisqué le pouvoir et detruit ce pays?( TSHISEKEDI,N’SINGA, MOBUTU..)

    quand à moi, je prefère la continuité à l’incertitude, on connait nos politiciens, generalement vereux et menteurs, au moins les Kabilistes ont fait tant soit peu ce qu’on a plus depuis plus de 30 ans, regarde aujourd’hui le visage de Kinshasa, je prefère les actes aux promesses quand il s’agit des acteurs politique congolais, que le debat continue.

    Répondre

    tongo etani a dit: Ouvert 1 octobre 2011
    @ Alex et Henri(noko akomaka ye moko pe asalaka RELAIS ba copier coller ya baninga oyo pe bakomaka kitoko neti yooo (lol)),

    Avant les élections, j’avais prédit ce qui se passe actuellement (tripatouillages, déshabillages,coups et blessures, mutakalisation,interdiction de la distraction (noko alanga NZEMBOOO),nkoni na moto, nkuba, kosua matoyi, kolingama lingama na nse ya mabele, na ba misapi na misu, kokanga mpema, koniefula,attentats, mettre le feu, kobuaka mabanga na soyi, nsongi nsongi, likunya, carambolages, incertitudes, bêtises et conneries SORDIDES)(lol).

    Je suis comme toi, Alex, je suis mû par la sortie de la misère du peuple Congolais.

    J’ai vu grâce à internet la guerre rwando-ougandaise à kisangani, j’étais ahuri de voir un père de famille Congolais terré avec sa famille traumatisée dans une cave entrain de pleurer avec ses filles.

    je me suis dit, NON, NON, NON!!!!
    Je savais que j’allais foncer tête baisser dans ce panier des CRABES(vieux Cons, jeunes Cons etc…

    Cette expropriation de nos richesses par nos voisins maléfiques (pas tous les rwandais(bien sûr) nous a tous TRAUMATISES).

    Nous savons tous que les émotions sont irrationnelles: elles empêcheraient la raison de s’exprimer. Nous ne pouvons pas les contrôler. Elles se manifestent spontanément. Elles sont parfois agréables, parfois non. Elles agissent sur notre corps en faisant battre notre coeur trop fort ou en nous faisant rougir ou noicir (lol). Elles sont omniprésentes. Tout aussi difficiles à définir………

    Aujourd’hui, LES RETRAITES SENILES(tshitshi, kengo, gizenga, boboliko (j’aimes bien (yo pé noko)) veulent encore nous dicter nos comportements, en oubliant que nous ne sommes plus en 1960!!!!! wapi Okito? Mpolo, Lumumba????????????????,

    Nous ne pouvons pas faire des ERECTIONS (lol) dans un climat de suspicion, de guerre larvée, d’insécurité, de violence sans audit des électeurs sans cartes d’identité, avec les MBOROROS, LRA, FDLR,infiltrations des rwando-burundo-ougandais au KIVU, CNDP (dans les FARDC), impunités, viols, vols!!!!!!

    Omoni Henri,noko aza na kanda ya KAFU KAFU……….yango aza COMBATTANT pas opposant: « CONGO AUX CONGOLAIS »

    Muyomba, manseba, nguatshi, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 01 octobre 2011 à 17:19
  • Réponse ya noko na camaladi na ye UN GARS, ooo noko afingaki ya tshi tshi sénile (lol)

    @ UN GARS,

    Il fallait nakoma mua ndenge wana po tozua chance ya kotanga yo lisusu? (lol)
    KI NSANGU, malukayi, MALU BIMPA, j'espères, BETU A BU, NSANGO NINI!!!!!

    Pour te rassurer mon frère UN GARS, faute de cohésion, de maturité politique, d'avancement idéologique!!!!!!!!!!!!!!!!

    NOKO demande à tous les congolais de voter pour TSHISEKEDI YA MULUMBA ye moko sans association na ba KIMPUKA ya solo makasi.

    Ceci dit, je me sens plus léger pour répondre à mon frère UN GARS (tozolela yo fort na site na yo oyo KDP, yo na jc, abuzi, maurice ka kutu nazua ye na phone to développa, na kmp, obélix, jdm, jerry T, fantôme na ba falaçais na yééé ya ba je le connais, ya milayi milayi na bana basi ya Congo, ba mamans ministres na biso: joselina, mambo, elonga, olivia na ba mamans nionso.

    Regardes l'émotion de te rélire encore, nakomi mua kipelekese, nasimba BIC, nabeta clavier, na lalisa bana na moyi makasi po batika nga calme na répondre UN GARS(lol):

    Je suis né dans les années soixante, j'ai connu tous les vieux avec leurs promesses, leurs idées, cinquante ans après la gestion du pays, résultats: TSHIZENGU, ZERO, ELOKO TE, LIBUNGU TULU, MOKILA YA NGANDO !!!!!

    Je n'étais pas, je ne suis pas partisan des élections dans un pays où règne la dictature, les viols, l'impunité, la corruption, le tribalisme, la bêtise des gens venus avec des armes, des bottes en caoutchouc avec les commissures des lèvres entachées du sang CONGOLAIS;

    Moi, noko, personnellement je suis en deuil de plus de huit millions des morts innocentes des congolais, victimes de l'arrivée sur le sol de nos mamans des AFDLIENS & co.

    Voir plus de 25 000 personnes se disputaient 500 places pour la députation: naseka ou bien naléla.

    Je ne suis pas enthousiaste pour ces élections TRUQUEES d'avance, les conciliabules: vital, kengo, ya tshi tshi, bemba, olenga nkoy, nyamuisi, kashala aaaaaaaaaaaaaaaaaaah CONGO eeeeh

    Nous ne pouvons pas sortir une autre génération des leaders à commencer par toi, UN GARS?

    KOMELA NGA NA ADRESSE OYO PO NA DEVELLOPPER VRAI:
    tongoetani@gmail.com

    Nayebi tééé soki nazongisi réponse kitoko, kasi nasengi na batu nionso BA VOTER YA TSHI TSHI (biso na poto to votaka téééé, ba ivoiriens, sénégalais, maliens ya diasipola ba votaka ya biso kaka bayaka ko NDENDA awa na kobuka lokuta, kasi vote NKATU??????

    Muyomba, manseba, kwiya, oncle, noko, COLONEL, Prof. tongo etani

    P.S.: Yaka kokoma awa noko UN GARS, yaka na ba analyses, po na cadre ya ba fichiers informatiques, nani asalaki BACK UP ya fichier, nani à vérifiaki ba kombo ya batu oyo inscrit na croisement ya ba fichiers enregistrés, listes na données informatiques pour empêcher ba fraudes, na inscription de moins de 18 ans, est-ce que carte d'identité eza na mboka wana?

    L'avenir ekopesa nga raison naza pessimiste te kasi REALISTE.,

    Posté par tongo etani, 02 octobre 2011 à 18:10
  • Alex nazui ba listes ya batu ya députation, moko na mont ngafula alobi aza ALEX YUMA to na lukunga, rassures moi soki eza yo!!!

    Nous sommes dans une nouvelle phase pour notre pauvre pays meurtri, vilipendé, affadi, aphasique!!!!!

    L'économie est rachitique mais les Congolais font la course à l'échalote pour devenir DEPUTES, DESHONORABLES, EMINENCES, COMEDIENS POLITICIENS sans public.

    Les animaux violeurs venus avec des bottes ya blockau (po na ba petits, blockau ezalaki ba mituka oyo ebandaki kopepaaa (matière fécale) (yo pé noko!!!), kopépa salité na ba lopango nionso, na ki pompa pompa, ezalaki ba 4x4 ezalaki ko mpompa bakisi pona ba ngungi, moto moko tééé azalaki ko passer na télé po aloba ye nde djo oyo atia épompa.

    Nazongi falaçais, po nkanda ezomata (lol)

    Nous assistons ébaubis, étonnés, ébahis à la politisation exponentielle de nos soeurs et frères, enclins à se vautrer dans la TRAHISON de nos US et COUTUMES de nos ANCETRES.

    Noko na bino nionso na CONGO alobi, kanda emati, kota falaçais:

    LA POLITIQUE N'EST PAS UN METIER, la preuve dans les pays scandinaves, j'ai vu (FARA FARA) des plombiers, cordonniers, maçons DEPUTES se baladaient au marché sans être EMBETER par les MENDIANTS, BISENGA NSENGA, pesa nga, tiéla nga à vie sans travail, bazoba TRIBALISTES et CORROMPUS, NKIOL, SORODIONGO (lol).

    J'ai rencontré un vitrier battu aux élections me recevoir pour me dire j'ai répris mon travail, j'ai mis le bleu du travail, vient me voir demain sur mon lieu de travail, je n'ai pas empêcher les larmes sortir de mes yeux, LES EMOTIONS SONT IRRATIONNELLES.

    BATU BAYE NA MBOKA NA BISO PO NA KOBOTOLA MABELE YA BA KOKO NA BISO.

    NGA NOKO PAPA NA MAMAN BAKUFAAA, kasi soki nakei na CIMETIERE NA BANGO NA CONGO NA EST PE OUEST nalobaka papa na maman NAZOBUNDA PO NA MBOKA YA BA KOKO NA BISO sans salaire, naboyi LIKONDAAAA, BOVANDA CALME, BINO BOZA BA DIPLOMES YA MBOKA OYO (mes parents docteurs en MEDECINE), BOTEKA MBOKA TEEEEEEEEEEEEE.

    EBONGO BA COLLABOS, TOKOZUA BANGO MOKO MOKO, BANA BASI KAKA KOVO TO MOKOKOLI.......

    BANA MIBALI MIYIBIS COLLABOS: PENDAISON na pont GABU to GABY devant bana po batala bien po ba nzongela KOTEKA CONGVO NA BISO TEEEEEEEE.

    TOKOYAMBA LISU (lisusu) ba paya té sans NKUBA!!!!!!


    ELECTION YA BUZOBA EZA NA IMPACT TEEEEE

    NAAAA noko boko pesa nga RAISON, naza na nse ya nzété ya lidamé na mua NTUMBAKU NA MASANGA YA MBILA TO MASANGA YA MASANGU TO YA LOSO na koseka téééé faute ekozala ya masébéééééé(lol)

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 03 octobre 2011 à 15:31
  • @ Prof , Bely, Henri et Alex
    Pourquoi nous Congolais ne voulons pas la démocratie je viens d'assister à une scène d'une rare violence à Bxl, nous amis combattants et non combattants pro-tshisekedi ont attaqués un paisible citoyen Congolais pour la simple raison qu'il était "POUR" Kamhere

    La liberté d'expression n'est plus valable quand il s'agit de Tshisekedi ?

    Nous assistons à des dérives y compris de la part de soit-disant journaleux(listes) dont les insultes sont devenus un nouvelle mode d'expression.

    Attention et méfions nous de faux prophètes populistes.

    Sorry pour ce copie/coller de 2 articles de notre constitution:

    Article 6

    Le pluralisme politique est reconnu en République Démocratique du Congo.

    Tout Congolais jouissant de ses droits civils et politiques a le droit de créer un parti politique ou de s’affilier à un parti de son choix.
    Les partis politiques concourent à l’expression du suffrage, au renforcement de la conscience nationale et à l’éducation civique. Ils se forment et exercent librement leurs activités dans le respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs.

    Les partis politiques sont tenus au respect des principes de démocratie pluraliste, d’unité et de souveraineté nationales.

    Les partis politiques peuvent recevoir de l’Etat des fonds publics destinés à financer leurs campagnes électorales ou leurs activités, dans les conditions définies par la loi.

    Article 7

    Nul ne peut instituer, sous quelque forme que ce soit, de parti unique sur tout ou partie du territoire national.

    L’institution d’un parti unique constitue une infraction imprescriptible de haute trahison punie par la loi.


    @ Alex
    Stp supprime ta modération nos joutes seront encore meilleurs, et prends le temps de supprimer après coups les pubs.

    Posté par luka mambu, 03 octobre 2011 à 17:22
  • Tongo Etani:

    ALEX YUMA na Lukunga eza nga te!

    Posté par Alex Engwete, 04 octobre 2011 à 03:17
  • @ Luka Mambu

    Nalongoli moderation. Ces gens me cassent les pieds!

    Posté par Alex Engwete, 04 octobre 2011 à 03:23
  • Luka Mambu okozala ministre na nga na 2016, soki nzambé apesi biso vie, nzambé ya CONGO

    Je suis NOKO, lolémo ezalaka na poche tééééé, natiaka pe mayi na monoko vééééééé, je ne suis pas un enfant de choeur.
    JE SUIS CONTRE LA VIOLENCE DES COMBATTANTS SUR NOS FRERES ET SOEURS CONGOLAIS, makambo wana tokosolola yango na libanda soki mbula ezo béta po bana na ba ndaku bayoka téééé(linges sales tala kaka!!),JUSTICE EKOZALAsali mabé ooo diééé lubuakuuuu,OTONGI, OFINGI, OTIOLI, BODIEEEE JUGEMENT, SIMA LUBUAKUU, après JUGEMENT EQUITABLE, nous devons discuter pour les INTERETS DE NOTRE PAYS COMMUN: CONGO.

    Aujourd'hui, nous devons RECONNAITRE NOTRE ECHEC COMMUN SUR LA CLOCHARDISATION DE NOTRE BEAU PAYS.

    UN COMBATTANT DOIT MAITRISER SES EMOTIONS et villipender les émotions irrationnelles.

    Nga noko naza libre ya kokoma oyo nalingi pe ko ndima ba idées ya baninga misusu, kasi ELOKO NALINGUI TE KE BATO OYO BAZA BA NDEKO NA NGA, BATEKA MBOKA YA BA MAMANS NA NGA NA MALITA baza calmes tééé na cimétiere à cause ya ba minduki na bosoto oyo bazo mona na malita (lol)
    Nakoti falaçais, nkanda ekomi koya (lol):

    L'émotion a bien souvent été opposée à la rationalité. Pourtant, les analyses des liens entre émotion et raison suggèrent que non seulement l'émotion peut palier certaines formes de rationnalité, mais qu'elle peut également être considée comme RATIONNELLE.

    "Maman nakufi eeeeeh, noko tongo etani, nzoka aza NDOKI, sORODIONGO, nkiol moko boyééééé" (lol)

    Les théories de l'évaluation cognitive, on s'intéresse aux processus cognitifs impliqués dans le déclenchement des émotions.

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 04 octobre 2011 à 12:45
  • Ba ndukun ba mpenzi na loba nini?

    tongo etani a dit: Ouvert 3 octobre 2011

    Le thème en Kiswahili :

    « WANAWAKE WAKULIMA WANACHAGUWA VIONGOZI WANAO STAHILI KATIKA CONGO YA USALAMA KWA MAENDELEO YA KUDUMU »

    « FEMMES RURALES VOTENT UTILE POUR LES LEADERS QUI AGISSENT DANS UN CONGO SECURISE, PROSPERE POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE »

    VOTONS TSHISEKEDI AU KIVU, BA NDUKU BA MPENZI

    Muyomba, manseba, kwiya, nguatshi, noko, COLONEL, Prof. tongo etani

    Répondre






    tongo etani a dit: Ouvert 3 octobre 2011

    « BA NKANKA,Bana bakala, BA MPANGI, BETO KULELA VE, BETO BO VOTER YA TSHI TSHI SAMBU YA MAMBU YA BUALA NA BETO, MAMBU YA KUSONIKA VE, YA BA INZO NA BETO.
    Ba MBUTA, BANA NKAZI, BA MPANGI, BETU KUTIKA BA BUALA, BETU KU SOUFFRIR NA BA MPANGI NA BETO YA PALU.

    NA NTANGU YAYI BETO BA MPANGI YA BANDUNDU , BETU VOTER YA TSHI TSHI SAMBU NA NFINDA YA BA KANKA YA BA BUALA YA BETO.

    TRADUCTION: VOTONS YA TSHI TSHI POUR LE DROIT, LIBERTE DE LA PRESSE ET DES OPINIONS, INDEPENDANCE DE LA JUSTICE, SEPARATION DES POUVOIRS

    Muyomba, manseba, kwiya, noko, nguatshi, COLONEL, Prof. tongo etani

    Répondre

    Posté par tongo etani, 04 octobre 2011 à 13:19
  • @ prof

    Tu appelles à voter croulant, gisant ? lol

    Les Tshisekedistes veulent étouffer la démocratie en menaçant et intimidant les autres candidats à la présidentiel.

    Ton futur président qui applaudi et ricane des quolibets à l'encontre de Kamhere, Kengo...lors des ses apparitions publiques, cherche aujourd'hui l'appui des ces "étrangers" !

    Ton croulant malade sera bientôt RIP (Retour Interdit Au Pays comme disent les kinois)

    Il faudra bientôt encore dépenser 800millions USD pour organiser d'autres élections, argent que le pays n'a pas, pour satisfaire l'ego d'un croulant.

    Posté par luka mambu, 04 octobre 2011 à 18:20
  • Luka mambu, laissons le vieux azua bo nkozi, nakomi soki na cinquante ans, kala té oko benga nga CROULANT (lol)

    @Luka mambu,

    Nous avons assisté à l'élection du candidat de l'opposition na tanzanie (74 ans!!!! (lol)) aza pe CROULANT (lol).

    Noko na yo lobi akozala pe CROULANT na 50 ans akomi na ba SOUCIS, LIBANDI, SUKI YA MPEMBE, MESO BUANKI (yeux rougis par les soucis), bitala tala (lunettes) (lol)

    TOTIKA YA TSHI TSHI AZONGISA BANGO NA RWANDA,

    Ebongo, yo, leki na nga, pesa nga BILAN, YA MUZITO, MPANGI NA BETO, pesa nga bilan ya muzito avant na GRATTER GUITARE NA NGA, ya tshi tshi eeeeeh: zonguisa ye na RWAN?DAAAA

    noko tongo etani

    Posté par tongo etani, 04 octobre 2011 à 21:28
  • @ Prof

    Abdoulaye Wade à 85 ans et toute son esprit et il n'est pas croulant mais a quand même déçu les aspirations du peuple sénégalais.

    Attention les faux Messies déçoivent toujours.

    Ton futur est vraiment croulant et gisant, il marche avec difficultés et a besoin d'aide pour se mettre débout. Il y a des images sur Youtube qui ont étés supprimés suite à la pression de sa famille ou l'on voit ton futur se faire porter et pleurer à l'église à Bruxelles fin 2010.

    Le Congo a besoin d'un président ayant toute ses capacités physiques et intellectuelles à anticiper et gérer les défis du futur. il n'est plus question d'un Gizenga Bis qui nous a fait perdre 2 ans du quinquennat par son immobilisme.

    Posté par luka mambu, 06 octobre 2011 à 12:57
  • Luka Mambu, tanga mua géopolitique oyo, biso tovotaka téé na disipola, kasi mindélé na ba politiciens bazo sala CONGO?

    RDC : «Joseph KABILA» très maussade après son séjour de New-York

    06/10/2011 10:52:00KongoTimes!

    Font size:


    Joseph KABILA - Président de la RDC, le 30 Juin 2011 a Lubumbashi





    Elections ou transition en Republique Democratique du Congo (RDC), la Secrétaire d’État Hillary Clinton n’a reçu que Léon Kengo... «Joseph KABILA» boude Hillary Clinton.

    Des sources concordantes autour du fils d’Adrien Kanambe confirment toutes l’humeur exécrable qu’il affiche vis-à-vis des ses proches collaborateurs depuis qu’il est revenu de son dernier voyage « touristique » à New York. Après avoir pris l’habitude de bouder régulièrement les grands rendezvous internationaux , Kanambe vient d’apprendre à ses dépens que c’est avant qu’il fallait faire des efforts , maintenant il est trop tard. Plus personne ne l’attend. La communauté internationale a déjà tourné la page. Rien n’a souri à l’imposteur durant son séjour new yorkais. L’homme a aligné coup sur coup échecs, refus et humiliations. Non seulement il a récité son texte écrit par ses professeurs occultes devant un auditoire vidé de ses hôtes de marques qui avaient mieux à faire ailleurs que d’écouter les balivernes d’un apprenti politicien, mais toutes les tentatives pour rencontrer des autorités américaines de haut rang ont lamentablement échoué.

    Comble de l’ironie, durant la même période, c’est plutôt Léon Kengo wa Dondo qui a été longuement reçu par la Secrétaire d’État Hillary Clinton. Boudeur, « Kabila » a cru bon de manifester sa déception et son indignation à sa façon de «kadogo»: il est allé simplement chez le voisin d’à côté pour narguer ceux qui venaient de l’humilier. Chez les Castro, Depuis qu’il a regagné son terrain de safari à Kingakati, Kanambe ne décolère pas. Il y fait monter ses collaborateurs plus pour les gronder que pour leur donner des directives. Le contenu des entretiens entre Hillary Clinton et Léon Kengo inquiète autant qu’il trouble l’imposteur rwandais. La diplomate américaine aurait donné à Kengo l’appréciation des États-Unis sur sa candidature.

    Relevant d’abord son point faible, la Secrétaire d’État aurait fait comprendre à son interlocuteur qu’il souffre d’un déficit de popularité auprès du peuple congolais à cause de ses origines rwandaises et ne peut donc espérer bénéficier de son suffrage. Par contre, Washington estime que Kengo présente le profil idéal pour l’Occident à cause de son expérience passé dans la gestion de l’État congolais (allusion faite au « bon élève du FMI et de la Banque Mondiale » que lui ont décerné les milieux financiers internationaux).

    Mais ce qui inquiète et irrite encore plus « Joseph Kabila », c’est l’information en sa possession faisant maintenant état d’une coalition occidentale autour des chefs d’État français (Sarkozy) et belge (Roi Albert) qui aurait planifié son élimination physique pour transférer le pouvoir constitutionnellement au même Léon Kengo pour organiser une transition de deux ans. Selon les sources de « Kabila », nous dit-on, l’Occident reconnaît bien la popularité d’Etienne Tshisekedi, mais il estime que l’homme ne saura pas tenir un an au pouvoir à la tête de la RDC s’il est élu.

    D’où l’Occident planifierait une autre hypothèse de la victoire de Tshisekedi qui cohabitera avec Léon Kengo (le faisant ainsi accepter par les congolais) dont le mandat à la tête du sénat ne prendra fin que six mois plus tard, autrement dit au mois de juin 2012. Ce qui lui donne plus de chance de reprendre le flambeau à Thsisekedi quelques mois après la victoire de ce dernier. Pour Kanambé donc, l’Occident a définitivement scellé son sort et ne se préoccupe plus que de …sa succession. Du coup, tous les projecteurs de Kanambe se trouvent braquer sur Kengo qui apparait comme la nouvelle coqueluche de l’Occident et donc la menace principale pour son pouvoir.

    Excédé et profondément déçu, « Kabila » ne recevrait plus ses collaborateurs congolais comme d’habitude. Il aurait même décidé de ne pas donner un rond à ces lieutenants politiques pour leur campagne électoral : « Ils m’ont assez volé, ils n’ont qu’à utiliser leur argent pour leur campagne s’ils veulent être élu », aurait-il lâché dans son cercle intime. Ça sent le roussi au sein de la Kabilie!

    Les leaders politiques congolais souffriraient-ils encore et toujours du « complexe des colonisés »?

    La question mérite d’être posée. Car, lorsque on observe le triste spectacle qu’offrent les leaders congolais aujourd’hui, particulièrement les candidats à la magistrature suprême en RDC, on est tenté de croire que les hommes politiques africains en général, et congolais en particulier, souffrent encore et toujours du complexe des colonisés : tout ce qui se passe dans nos capitales africaines doit obligatoirement obtenir l’aval des anciennes métropoles occidentales à défaut d’être initié et programmé par elles pour une simple exécution par les «grands commis» africains.

    Qui pis est, chaque candidat aux présidentielles s’empressent de sillonner les capitales occidentales à la recherche d’un quitus de notoriété pour s’en prévaloir auprès du peuple congolais et de sa classe politique.

    Le spectacle lamentable que nous offrent certains candidats aux présidentielles qui se bousculent dans les couloirs de l’Elysée et de la Maison Blanche et dans les sillons du pouvoir à Londres, Bruxelles ou Berlin, ne fait que confirmer cette triste réalité. Et demain, lorsque ces puissances qui leur ont octroyé «le certificat d’aptitude à gouverner la RDC et à préserver leurs intérêts» viendront à Kinshasa pour exercer leur droit de regard et leur demander des comptes sur base des compromis et accords secrets conclus, c’est alors seulement qu’ils se souviendront qu’ils sont…«indépendants», et ils brandiront très haut l’argument sacrosaint de la … «souveraineté»!

    Incapables de s’entendre à Kinshasa autour d’une candidature commune de l’opposition, voilà que « sur ordre » des décideurs politiques occidentaux, nos « vaillants » leaders politiques qui se boudaient naguère à Kinshasa et s’évitaient comme des serpents, retrouvent subitement, comme par miracle, les vertus du dialogue entre eux, et se mettent à s’embrasser allégrement avec des grandes tapes dans le dos! Mais en contrepartie, des compromis leur sont imposés pour respecter les intérêts des puissants lobbies politico-financiers de l’Occident. Très loin du peuple congolais, souverain primaire, tenu à l’écart des secrets des conciliabules de leurs leaders dans les hôtels huppés d’Europe et d’Amérique.

    Le malheur du peuple congolais, c’est que de tout temps ses leaders politiques portent des bracelets électroniques téléguidés par les lobbies politiques et financiers occidentaux qui ont ainsi le pouvoir de contrôler à partir de chez eux tous les mouvements et toutes les décisions prises par nos dirigeants politiques. Le sort du peuple congolais victime du viol, du pillage de ses maisons et terres au profit des agresseurs et occupants ne semble intéresser personne. Seul le partage du gâteau est à l’ordre du jour. Le pouvoir pour le pouvoir, le «ôte de toi de là que je m’y mette», le «j’y suis j’y reste »…. sont malheureusement les seuls leitmotivs de beaucoup nos leaders politiques. Le peuple congolais, lui, peut toujours attendre : Jusqu’à quand ?

    Paris, le 6 octobre 2011

    Candide OKEKE


    Published By www.KongoTimes.info - © KongoTimes! - All Rights Reserved.

    Posté par tongo etabi, 07 octobre 2011 à 12:35
  • Tueries et insécurités

    jeudi 6 octobre 2011
    Cinq humanitaires tués au Sud Kivu : le gouvernement interpellé


    Le sentiment d’insécurité qui règne dans les provinces de l’Est commence à inquiéter sérieusement les acteurs humanitaires œuvrant dans ce coin de la république. Depuis le début de cette année, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu ont enregistré près de 140 incidents sécuritaires contre les acteurs humanitaires. Un appel est donc lancé au gouvernement congolais à ouvrir immédiatement une enquête pour retrouver les auteurs de cet acte odieux afin de les traduire en justice.

    La persistance des conflits dans les provinces du Nord et Sud –Kivu entravent le travail des acteurs humanitaires. Depuis plusieurs semaines, des incidents contre les travailleurs humanitaires sont de plus en plus récurrents compromettant ainsi l’acheminement à temps de l’assistance humanitaire. Selon un communiqué de presse d’Ocha parvenu à notre rédaction, les provinces du Nord-Kivu et du Sud Kivu ont enregistré des incidents de toutes sortes : le braquage pour extorsion de biens à la prise d’otages en passant par le détournement des véhicules humanitaires pour le transport d’effets militaires .

    Depuis le mois d’août, près de 25 incidents ont été enregistré au Nord Kivu et une quinzaine d’ incidents dans le Sud-Kivu. Pas plus tard que le 04 octobre 2011 cinq fonctionnaires d’une organisation non gouvernementale humanitaire œuvrant dans le domaine de l’éducation dans la localité de Malinde dans la Province du Sud-Kivu ont été tué. Plusieurs autres personnes ont été tuées ou blessées lors de cette attaque. Cette agression, qui intervient le même jour qu’un autre incident perpétré contre une ONG travaillant dans les hauts plateaux d’Uvira, est la plus mortelle contre les humanitaires en RDC. Elle vient renforcer le sentiment d’insécurité qui règne depuis plusieurs mois au sein des organisations humanitaires travaillant dans l’est de la RDC, apprend-on de la même source.

    Face à cette situation, la communauté humanitaire de la République Démocratique du Congo (RDC) exige plus de protection. « Nous déplorons avec la dernière énergie cette agression et tous les autres actes qui entravent le travail des acteurs humanitaires en RDC. Nous appelons le Gouvernement congolais à ouvrir immédiatement une enquête pour retrouver les auteurs de cet acte odieux afin de les traduire en justice. Nous rappelons, si besoin en était encore, que la protection tant des citoyens congolais que des membres des organisations nationales et internationales incombe prioritairement au Gouvernement » a dit Mme Pierrette Vu Thi, Coordonnateur par intérim de l’action humanitaire en RDC . et de poursuivre : « Cette agression qui endeuille la famille humanitaire et qui nous préoccupe au plus haut degré, loin de nous détourner de notre vocation, raffermira notre détermination à toujours apporter aux plus démunis l’assistance dont ils ont besoin »

    Depuis le début de cette année, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu ont enregistré près de 140 incidents sécuritaires contre les acteurs humanitaires.

    Desungi

    Posté par tongo etani, 07 octobre 2011 à 14:25
  • @ Prof
    Est-ce là t'es sources ?

    CANDIDE OKEKE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    La grosse P... (4 lettres) d'Honoré (l'........ 8 lettres)
    Je te laisse le choix des mots.

    Tu me déçois

    Posté par luka mambu, 07 octobre 2011 à 15:41
  • EXCUSES-TOI Luka Mambu, wana aza Maman Candide Okeke

    @ Luka Mambu

    Notre pauvre pays a perdu ses repères, voir mon petit Luka Mambu insulter une maman comme candide, c'est révoltant, je me souviens de l'époque de bus SOTRAZ,ou TCL, il y 'avait un panneau: "Papa pesa maman kiti", et MOBU-TUE avait dit dans un discours enflammé: " OFINGI TO OTUMBOLI MAMAN eza lokola OTUMBOLI MOBUTU" (lol), seskoul côté discours!!!!!!!!!!

    Luka mambu, excuses-toi sur Candide Okeke, tozozela, conteste ses arguments sans tomber dans les injures comme YVES KISOMBE (lol), yango oyo bizaleli ya pprd ou MP.

    Muyomba, manseba, nguatshi, kwiya, noko, COLONEL, Prof. tongo etani

    Muyomba

    Posté par tongo etani, 07 octobre 2011 à 18:44
  • @ prof

    Je ne suis et ne serai jamais l'équivalent d'Yves Kisombe, je te renvoi la balle en ce qui concerne Joseph Kabila et Olive Lembe que tu insultes à longueur des posts.

    CONTESTE PAR DES ARGUMENTS JOSEPH KABILA ET NE TOMBE PAS DANS LES INJURES ET MENSONGES.

    Je suis désolé pour le mot à 4 lettres que tu interprètes à ta manière alors que pour moi, c'est Pâle(TSHOKO) et grosse elle l'est a ce que je vois et crois savoir elle ne pèse pas moins de 100kgs donc c'est une constatation et non une insulte.

    Si tu veux, je dirai en politiquement correct aza Mwasi ya Mbinga Pembe lokola BELOTI ou même BAKUTU la femme africaine au choix.

    Si j'avais le cerveau de Freud, je dirai que c'est toi qui a l'esprit mal tourné parce que tu vois le mal partout.

    Grand frère(na pakola yo mwa mafuta ya mbila LOL ) être manipulé directement et indirectement par Honoré Terminator c'est ton problème.

    Je ne soutiendrai jamais les héritiers de Goebbels drapé du visage angélique de l'archange du mal Reinhard Heydrich.

    Posté par luka mambu, 08 octobre 2011 à 14:11
  • Alex limbisa nga, eza mua mulayi, Luka Mambu na ko PROTEGER, heure BILINGA BILINGA EKOYA, opesi MBWA, MAKAKU akomata NZETE (lol)

    @ Luka Mambu,

    J'ai mal aux côtes (lol),naseki mingi, bana nkazi na yo bazo comprendre ndenge nini papa na bango alali na koseka boyééééééééééééééé: aaah: CANDIDE OKEKE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    La grosse P... (4 lettres) d'Honoré (l'........ 8 lettres)
    Je te laisse le choix des mots. (wana version ya kofinga ya nouveau politicien LUKA Mmbu: GROSSE PALE (lol), je t'absous sur l'interprétation:" Je suis désolé pour le mot à 4 lettres", j'acceptes ta repentance; je croyais les 4 lettres.U.T.E et les 8 lettres pour les vieux HONORE: l'(A.S.S.A.S.S.I.N.

    NASENGELI YO PARDON En tant que Grand Frère et NOKO na yo EPAYI YA MAMAN CANDIDE OKEKE NA VIEUX NGBANDA.
    Yeba que muasi azala muke (nzoto ekauka, munene (bourro), muindu tout lokola likala, to mpembe, BAZALAKA NA BA BOLONGANI NA MBANGO, critères ya beauté eza difficile à définir (LES GOUTS ET LES COULEURS)

    Ceci dit, sur mes insultes sur TON PREZO et OLIVE, je laisses ci-dessous lire Laurent Désiré Kabila lors de son passage au Gabon, c'est sur internetAlex, c'est un peu long (APOLOZISE)

    Comme je t'aimes mon petit yanga moko, je te laisses le lien internet, eza récent (24/11/2011), wana vieux LDK, avant de lire les commentaires ci-dessous:

    http://www.youtube.com/watch?v=MIySGM3-rFo&feature=share

    tongo etani a lu" Laurent Désiré Kabila):
    L’occupation du Congo de Lumumba 07/10/2011 07:52:47
    --------------------------------------------------------------------------------
    Chers Compatriotes

    Lisons tres attentivement les articles en pieces jointes accompagnes du video ci-dessous:

    DE L’OCCUPATION DU CONGO PAR DES TROUPES ETRANGERES

    Comment valider des élections d’un pays sous occupation et sous un gouvernement de Vichy aux de Kigali ????? Est-ce que ceux qui s’y précipitent, ne le savent-ils pas ? Si OUI ce sont tous des démagogues et des corrompus, si NON, la alors, il faudra qu’ils rentrent a l’école pour qu’on les explique qu’est-ce qu’une occupation. Vraiment, on se moque de nous !

    l’occupation militaire : selon l’article 42 du règlement de La Haye de 1907, « un territoire est considéré comme occupé lorsqu’il se trouve placé de fait sous l’autorité de l’armée ennemie ».(1) Dans son dictionnaire des termes juridiques le professeur Basdevant précise que l’occupation est un « terme employé pour désigner la présence de forces militaires d’un État sur le territoire d’un autre État, sans que ce territoire cesse de faire partie de celui-ci ».

    L’occupation est une situation dans laquelle se trouve un État au cours ou à l’issue d’un conflit envahi et placé sous domination militaire étrangère. La RDC a été envahie non point à l’issue d’un conflit quelconque, mais a l’issue d’un complot ourdi par les multinationales, et les services secret étrangers dont des forces armées étrangères du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi sont des prêtes- nom en vue de l’exploitation de ses ressources naturelles.

    En plus de l’occupation politico-militaire, une partie de la RDC est en voie d’être annexée au Rwanda. En effet, selon la définition donnée par l’ancien président de la Cour internationale de justice, 1, l’annexion est « une opération effectuée ou non en vertu d’un traité, par lequel la totalité ou une partie d’un territoire d’un État passe sous la souveraineté d’un autre État ». Le territoire du Kivu est en fait l’objet d’une annexion rampante au profit du Rwanda qui en fait exerce la plénitude de ses prérogatives sur ce territoire et que le gouvernement congolais n’y exerce plus son imperium. La tentative de la création du territoire de Minembwe par le RCD/Goma est un des plusieurs stratagèmes qu’use le Rwanda pour s’adjuger cette partie de la RDC et au-delà, l’ensemble du pays. A ce jour, l’Etat, le gouvernement, les entreprises publiques, l’armée, la police, les services de sécurité, les services d’immigration et autres sont en grande partie occupés par des étrangers ; qui en n’ignore l’évidence ?

    Robert MBELO

    Les revelations et demi verites de Mzee Kabila

    MESSAGE DU CHEF DE L’ETAT MZEE LAURENT DESIRE KABILA AUX CONGOLAIS DE LIBREVILLE, QUI RESTE ENCORE D’ACTUALITE CAR A OBSEVER LES CHOSES AU CONGO D’AUJOURD’HUI, POINT N’EST DE DIRE QUE L’HISTOIRE LUI DONNE RAISON CHAQUE JOUR QUI PASSE:

    LORS DE CETTE RENCONTRE MZEE KABILA FAISANT LE POINT DE LA SITUATION, A BIEN REVELE DES CHOSES:

    1. COMMENT LES TUTSI BANYAMULENGE NE SONT CONGOLAIS QUE DE MASCARADE. ILS AVAIENT UN PARTI UNIQUEMENT A CARACTERE ETHNIQUE ET ETHNICISTE AU SEIN DE L’AFDL QUI S’APPELAIT «ANP» ET QUI AVAIT COMME OBJECTIF: LUTTER POUR LA NATIONALITE CONGOLAISE

    2. COMMENT KAGAME DOIT LA SURVIE DE SON POUVOIR A MZEE LAURENT DESIRE KABILA

    3. COMMENT LE COMPLOT CONTRE LA RDC A ETE CONCOCTE DE LONGUE DATE ÉCOUTONS LAURENT DESIRE KABILA:

    «Qu’est ce qui se passe dans notre pays? Quelles sont les motivations de nos agresseurs? On a déjà expliqué à plusieurs reprises et de différentes manières. D’autres ont des versions selon lesquelles les Rwandais ne voulaient pas de Kabila, parce que Kabila n’était pas manipulable. Mais ce qu’ils veulent c’est surtout le Congo, ce n’est pas surtout de Kabila. Pour moi ils me prenaient pour un obstacle.

    Et nous étions avec le Rwanda. Cette alliance était une alliance d’intérêts. Nous l’avons clamé toujours.
    Nous devions passer par le Rwanda pour détrôner le régime de chez nous, qui n’était pas un régime populaire, un régime qui a apporté la misère, etc., etc.,. Tout le monde le sait. Nous nous sommes réconciliés avec tout ce monde là, à commencer par Mobutu lui-même. Mais le régime, c’est un régime qui a plongé dans l’irresponsabilité illimitée; chose que Mobutu a reconnu parce qu’il ne faisait sur le bateau [Outeniqua] que s’étonner. Il croyait qu’il était Dieu alors qu’il n’était qu’un homme. Mais notre révolution était une révolution pardon.

    Mais notre objectif principal de l’alliance avec les Rwandais, c’était de libérer notre pays, parce qu’aucun pays limitrophe ne supportait une entreprise révolutionnaire qui visait le changement politique dans notre pays. Donc, nous étions laissés en nous-mêmes, un peu comme les Hutu d’aujourd’hui; les Hutu du Burundi et du Rwanda. Personne ne pouvait écouter – tout le monde – parce qu’il [Mobutu] achetait des alliances policières dans les pays limitrophes. Alors c’était difficile même si les discours étaient des discours qui parlaient un peu bien du peuple Congolais, mais beaucoup d’hommes d’États étaient de mêche avec la dictature chez nous. Et puis la police faisait le travail de traquer les opposants anti-régimes.
    Et il était évident que lorsque l’autre tombait au Rwanda – je parle d’Habyarimana – que le régime qui allait être établi là-bas [ celui de Paul Kagame]devait être un régime, non nécessairement anti-Mobutu parce qu’il les a d’ailleurs aussi soutenus. Il a donné au Rwandais Kagame et les autres, toujours par l’entremise du même Museveni, des excitants. Et ils étaient partout dans des hôtels de Kinshasa en même temps que tombait son allié Habyarimana. Ils allaient à Gbadolite, ils étaient partout dans des hôtels de Kinshasa. C’est un malin, notre frère là [Mobutu]. Un vicieux diable! Il faisait tout ça! Et après ces gens se sont rendus compte qu’il les trompait aussi, parce qu’il soutenait Habyarimana, il a améné les Français, il entraînait les anti-Tutsi… Alors, ils [les Tutsi] ont voulu une alliance avec un mouvement révolutionnaire, vraiment révolutionnaire, qui avait à coeur avoir une intimité quelconque. Tout était marchandage politique: «Nous entrons, nous mettons fin à l’agression de votre pays à partir de notre territoire. Vous nous faites passer, nous avons des armes, vous ne serez pas renversé mais nous allons renverser le notre.»
    Et c’est ainsi qu’on nous a vus avec tout ce monde là à l’intérieur de notre pays. Ils étaient quelque 3,000 hommes. Nous avions recruté énormément dans notre armée, dans les environs de 55,000 hommes à notre arrivée à Kinshasa. Toutes les assistances que nous recevions alors passaient par le Rwanda, ils en ont bénéficié beaucoup, beaucoup en armement surtout.

    KAGAME DOIT LA SURVIE DE SON POUVOIR A MZEE LAURENT DESIRE KABILA

    Ainsi cette alliance était une alliance d’intérêts, uniquement POUR QUE LE REGIME DE KAGAME NE SOIT PAS RENVERSE par le Congo, le Zaire d’alors, avec tous ceux qui le supportaient. Et pour nous, QU’IL NOUS DONNE LIBRE PASSAGE, pour faire entrer les armes, transit d’armement et d’autres pour
    renverser le régime Mobutu. C’était là l’alliance en question avec eux.
    Vous savez, nous sommes entrés au pays, une fois arrivé au pouvoir, nous avions encore beaucoup d’officiers Rwandais avec qui on a bien travaillé comme instructeurs dans nos unités d’infanterie, c’est ce qu’ils savaient faire, mais il y avait moins de spécialistes. Nos soldats étaient beaucoup plus jeunes, mais le peuple nous a acceuillis. L’anciènne armée ne s’est pas battue avec ferveur parceque tout le monde avait pri conscience qu’il ne pouvait plus soutenir ce regime là. Nous avions alors du bénéficier de cette complicité des populatins du Congo, qui d’ailleurs m’ovationait partout où je passais. Et c’est ainsi qu’a terminé cette prémière histoire de libération.

    «LES RWANDAIS SONT DES GENS INSUPPORTABLES. CE SONT DES CRIMINELS, DES SANGUINAIRES»

    Et maintenant, que s’est-il passé avec les Rwandais? Vous savez ces gens là sont insupportables. Ce sont des criminels, des sanguinaires. Et puis ils voulaient dominer notre pays, ils ont commencé par dire: «Oh , ce sont eux qui avaient porté Kabila au pouvoir, qu’ils pouvaientt nommer n’importe qui comme chef de l’État, qu’ils allaient dans mon cabinet ministériel proposer à un ministre, deux, trois ou sept, je ne sais pas quel nombre [leur disant] toi si tu veux, toi si tu veux, toi si tu veux (…), toi…».

    Dans l’armée, naturellement, comme j’ai fait de l’autre [James Kabarebe] conseiller principal à l’armée, le chef d’État Major en interime d’alors, il a manipulé avec l’argent que nous donnions à l’armée pour acheter ceci, cela – les armes, bien sure, c’est le ministre de la défence qui en achetait. Et bien avec cet argent, lui utilisait à corrompre les Congolais et à envoyer chez lui, disant s’ils voulaient il va en faire des grandes personalités de l’armée, ceci cela.

    Mais ce qu’ils ne connissaient pas c’était que nous étions mieux organisés qu’ils le pensaient, que nous avions un service d’intelligence très affiné. Eux ne pensaient plus de rien. Et puis on surveillait tous les mouvements, tous les discours, tous les propos qu’ils avaient tenus dans des conférences avec les étrangers, surtout des contacts personels avec les gens qui sont dans l’armée, des cajoleries, des flatteries tout le temps, oh parfois le président est trop fort, il n’est pas fléxible, etc., Ils montaient des groupes de gens contre notre pouvoir et finalement beaucoup d’officiers y compri (?) [sont venus me chuchoter à l’oreille: Président, il faut faire attention avec ces gens... il y a un danger contre les institutions de l’État], c’est-à-dire, on travaillait avec eux mais ils complotaient.

    SUR LES ASSASSINATS DES HUTU

    Qu’est ce qu’ils demandaient? Les assassinats des Hutu, continuellement. Ils voulaient qu’on continue à assassiner les Hutu, moi je leur ai dit: «Ça, ce n’est pas notre mission.»
    Quand ils ont massacré des gens à l’Équateur, les chef traditionels sont venus me surprendre, moi j’ai dit ce n’est pas vrai. Ils ne pouvaient pas faire ça sans notre connaisance! Ils ont vu comment ils ont améné des cadavres, comment ils ont mi des corps dans des sacs et les ont jétés dans le fleuve, et se demadaient où est ce qu’ils ont entassé tout ce monde massacré par un certain Lieutenant appélé Daniel, pardon , Major Dan. Et quand ils m’ont dit ça, je l’ai expulsé.
    Et puis j’ai demandé: «Mais comment se fait-il que cet homme avec tout e son unité ait entrepri de telles choses? »

    Or ils étaient commandités par Kigali, par Kagame qui voulait qu’on traque les Hutu partout où ils sont réconnus. Mais il faut que le gouvernement soit mis au courant parce que c’est notre pays, c’est notre territoire. Et comme ils l’ont fait sans mon consentement, sans le consentement du gouvernement, j’ai décidé d’expulser ces hommes là, qui étaient tout puissants là-bas. J’ai dit qu’il faut qu’ils partent, avec tout le bataillon de criminels qu’ils ont introduit chez nous, d’abors sans notre accord parce qu’ils infiltraient toujours. Tout le temps que nous étions entrain de travailler, eux infiltraient les gens. A Kinshasa, ils faisaient la vedette. Les belles voitures c’est pour eux, il faut assassiner les autres [les propriétaires]. Ils tuaient pour de belles femmes. Et vous savez nos femmes là-bas, oh c’est pour eux [éclat de rires]. Ils voulaient tout. Ils se sont abbatus sur ce qu’ils voyaient. Les banques étaient
    spécialement visées. C’était formidable.

    Mais en même temps, s’ils prenaient de belles voitures, ce n’était pas pour eux qu’ils les prenaient. Ils tuaient des gens et prenaient des voitures, ils arrachaient des voitures à leurs propriétaires, des simples voitures. Beaucoup de cas. Lorsqu’il fallait les arrêter, ils criaient au complot, alors que c’étaient eux qui complotaient. Ainsi ça a un peu continué et je trouvais que c’était trop. -Ils s’ingèrent dans la politique du pays; -la criminalité était haute lorsqu’ils étaient là -et en même temps, ils continuaient à traquer les gens [les Hutu] pour les tuer et tuaient nos compatriotes, nos officiers [Ngandu Kisase entre autres], nos propres frères, les dirigeants politiques… alors nous avons décidé de mettre fin à une sorte de coopération qui n’était pas réglé, c’est-à-dire, comment nous
    Allions coopérer et quelles sont les limites imposées à nos coopérants. Il n’y avait pas un texte légal. Ils étaient tout puissants.

    VELEITES HEGEMONIQUES ET PLAN D’ANNEXION DU CONGO

    Et naturellement, ils n’aiment pas rentrer chez eux. Ils étaient venus pour rester. Ils avaient des plans d’annexion, avoir un certain Bizimungu à la tête du Congo, c’est-à-dire un sanguinaire qui jouait comme un homme à eux. Alors, on a dit ça c’est trop fort. Ce n’est pas possible! Ils doivent partir.

    DE LA CREATION DE L’AFDL

    Mais, je vous ai dit comment nous nous sommes noué une alliance! Sans nous, ces messieurs, n’entreraient pas au Congo. Ils prétendent que ce sont eux qui nous ont portés au pouvoir, et par conséquent, ils connaissent tout ce qui se passe là-bas. Ils parlent d’Alliance. Comme s’ils ne savaient pas que l’Alliance c’était quoi?! L’Alliance, ils ne l’ont jamais créee! L’AFDL, ils ne l’ont jamais créee!

    COMMENT LES TUTSI BANYAMULENGE NE SONT CONGOLAIS QUE DE MASCARADE. ILS AVAIENT UN PARTI UNIQUEMENT A CARACTERE ETHNIQUE ET ETHNICISTE AU SEIN DE L’AFDL QUI S’APPELAIT «ANP» ET QUI AVAIT COMME OBJECTIF: LUTTER POUR LA NATIONALITE CONGOLAISE

    Mais ils nous ont imposés, pour que nous puissions avoir droit de passage avec des armes, de prendre [une bande] des Tutsi qui étaient à Kigali, venant de Masisi, Rutsuru, les Banyamulenge, les soit-disant Banyamulenge là, tous ces gens qui s’étaient réfugiés là [à l’est du Congo]; vous les voyez d’ailleurs défiler à la télévision parfois, mais qui étaient à Kigali, nous disant que, voilà, ici il y a des Congolais – où sont-ils ces Congolais? – il faut qu’ils participent, c’est bien, comme ça le mouvement,
    vous savez votre mouvement là le PRP, ça t’a améné beaucoup de problèmes, on dit que vous êtes Marxiste… C’est ainsi qu’on les a pris dans l’AFDL que nous avions créee et on a dit qu’il faut qu’ils fassent parti du mouvement. [Mais dans une interview que Mzee Kabila a accordé à la RTBF, lors de son dernier passage à Bruxelles, il a révélé que ces Tutsi Banyamulenge AVAIENT UN PARTI UNIQUEMENT A CARACTERE ETHNIQUE ET ETHNICISTE AU SEIN DE L’AFDL QUI S’APPELAIT «ANP» ET QUI AVAIT COMME OBJECTIF: LUTTER POUR LA NATIONALITE CONGOLAISE].

    Mais comme ils n’étaient pas politiques, ils ne connaisaient rien de la lutte révolutionaire, pour eux c’était toujours: Nationalité! Nationalité!
    >Nationalité! Moi j’étais pour autres choses [qui étaient prioritaires]. Eux luttaient pour la nationalité! C’EST POUR DIRE QU’ILS N’ETAIENT MEME PAS CONGOLAIS! (rires) Mais il fallait acheter des armes pour passer. Et nous l’avons fait.
    Donc quand ils parlent que l’AFDL, que moi particulièrement, j’ai avalé ces gens là, je les ai détronés, tout cela, mais c’est d’abord leur propre
    incapacité. L’incapacité de Bugera qui ne comprenait rien ce que c’est être
    un sécrétaire général d’un mouvement. Je me suis dit mais c’est quoi finalement. Le programme est là, il ne l’applique pas. J’ai dit: «Toi, je vais te prendre, je te donne un peu quelque chose de bien, ministre d’État (rires).» Il me dit: «Je préfère rester Sécrétaire Général du Mouvement.».
    J’ai lui ai dit: «Tu es incapable. Tous les preuves sont là, n’est ce pas?! Monsieur, mais tu ne peux rien faire! (rires). Tu passes tout son temps à faire les réunions des Tutsi. Mais quand est ce que l’AFDL sera popularisée? Quand? Le programme est là.» J’ai dit: «Bon maintenant, plus des anciènnes habitudes là ou les gens devaient regner et non gouverner, tu vas à côté. On va mettre un autre sécrétaire général.» Pour eux c’était un
    grand coup. Mais, que voulez-vous?
    Un homme incapable, qui comprend rien à la situation nationale, qui ne s’occupe que des combines de sa pétite tribu qui demande de nationalité. Alors il fallait quand même…(rires). Le Congo est rrop grand pour nous occuper de pétites choses! Donc, il fallait donc enlever l’obstacle. Et c’est ce qui a été fait.
    Pour eux c’était leur cheval de bataille. Les Tutsi devaient prendre le pouvoir, etc, etc., C’était difficile! Ils ont vendu tout ça dans les pays
    limitrophes: oh, on les a détronés, on les a fait ceci, que Kabila, les accords qu’on avait signés, il ne les a pas respectés! N’est ce pas ce qu’ils disaient souvent?

    IL N’Y AVAIT PAS D’ACCORDS DE LEMERA

    Les Accords de Lemera?! Nous n’avons jamais signé des accords. Ceux là n’étaient même pas à Lemera où nous étions, les Bugera et les autres. Ce n’était même pas à Lemera qu’on a signé des accords. Et puis, quels accords étaient-ce? C’était la création du Mouvement, les objectifs, c’était surtout ce que chaque parti devait apporter. Mais comme il n’avaient pas de parti [proprement dite, sauf que que ces Tutsi Banyamulenge AVAIENT UN PARTI UNIQUEMENT A CARACTERE ETHNIQUE ET ETHNICISTE AU SEIN DE L’AFDL QUI S’APPELAIT «ANP» ET QUI AVAIT COMME OBJECTIF: LUTTER POUR LA NATIONALITE
    CONGOLAISE], donc ils n’ont rien apporté. Pour eux leur parti c’était le gouvernement Rwandais [et leur objectif: lutter pour la nationalité congolaise]. Et voilà pourquoi ils ont pésé dans la balance. On les a
    aménés chez nous comme ça. Donc, ces choses là, c’est-à-dire les tentatives d’humilier notre pays en prétendant qu’ils peuvent faire ceci, qu’ils peuvent faire cela, nommer les dirigeants, on va faire ceci, le Congo est un grand pays. Si nous réfusons d’être dominés par les États-Unis qui ont une prétention insupportable, et comment est ce que nous pouvons accepter d’être dominés par les Rwandais et les Ougandais? Nous avons dit: «NON!»

    Ainsi donc la génèse actuelle, et puis les mésattentes et des conflits et des conflits, c’est ce que je viens d’expliquer. Eux voulaient dominer, avoir des gens qu’ils vont mettre au pouvoir pour que les Tutsi dominent toute la région [LA TUTSIFICATION DU POUVOIR DANS LES PAYS DE LA REGION DES GRANDS LACS, C’EST-CE QUE MOI LOKONGO J’AI TOUJOURS DENONCE]. Ils le font déjà en Ouganda, au Rwanda, au Burundi, où il n’y a pas de régime démocratique, où ils trouvent des excuses dans des conférences internationales pour justifier leur réfus de la démocratie parcequ’ils sont
    moniritaires, parce que s’il y a démocratie, les Hutu continueront, et eux ne vont pas participer au pouvoir. Mais en attendant, ce sont eux qui sont au pouvoir sans que les Hutu participent.
    Et nous avons bien fait d’expluser ces gens là [Mzee Kabila a du dépêché une délégation dirigé par le Ministre de la Justice Jeannot Mwenze Kongolo à Kigali pour informer Paul Kagame de cette décision souvéraine]. Ils ont commencé quatre jours après, le 2.08.1998, la guerre d’agression. Ils ont bombardé, bombardé… Ils ont bombardé Bukavu, ils ont bombardé Goma. Ils sont rentrés en force parce que vous savez, ils traversent. C’est une frontière là, terrestre.

    COMMENT ONDEKANE A TRAHI

    Et comme dans l’est, nos unités étaient entrain de travailler avec les leurs, ils ont corrompu mes officiers qui étaient là, y compri quelqu’un que vous voyez là, celui qui était avec nous mais pas pour longtemps, qui est leur chef, Comment on l’appelle encore? Ondekane. Ah oui, Ondekane Jean Pierre, qu’il présentent comme leur chef de guerre. Un homme qui était dans le département logistique, que j’ai nommé comme Commandant de Division d’un brigade, provisoirement . Mais ce pétit homme, ils en ont fait le grand chef militaire. Et ils ont eu d’autres Congolais par la corruption, ceci, cela. Ondekane, ils l’ont fait marier à la soeur de James Kabarebe, à une
    Tutsi, directement! Il a abandonné sa femme avec les enfants à Kinshasa. Voyez encore le problème avec les Congolais (rire). Ils vous laissent beaucoup de problèmes! Il est là, et maintenant, il crie qu’il va venir encore! Bon le voilà devenu un chef de guerre de la rébellion. Et ils sont allés ramasser tous les autres (aigris, réplis?) que vous connaissez: les
    >Tambwe Mwamba, les Zahidi Ngoma [qui a été arrêté, libéré dans une chaise roulante, l’Unesco écrivant à Mzee Kabila d’avoir pitié de lui], l’autre là, Lunda Bululu, Wamba dia Wamba (rires), et vraiment une kermesse des gens en tous cas corrompus et unutiles.

    BIZIMA KARAHA, ON LE CROYAIT CONGOLAIS MAIS IL NE L’EST PAS!

    Et Bizima Karaha, qui était votre ministre des affaires étrangères que je croyais Congolais (rires et applaudissements), mais à très grande surprise, quand j’avais démandé à l’armée Rwandaise de Kagame de se rétirer, eux avaint déjà fait des valises, ils disaient leur armée se rétire, ils se sentent en insécurité!
    Moi je leur ai dit: «Mais non, votre armée reste. C’est l’armée Rwandaise qui se rétire. Ce n’est pas la votre (rires).» Mais ils ont disparus. ET J’AI COMPRI QU’ILS N’ETAIENT PAS CONGOLAIS ALORS! (rires), parceque l’armée qui se rétirait c’était l’armée Rwandaise. Un ministre Congolais, un ministre d’État a >disparu! Un ministre des affaires étrangères a disparu! (éclats de rires). Moi je me suis dit: «NOUS ETIONS INFILTRES ALORS, INFILTRES AU SOMMET DE L’ETAT!»

    Ainsi, on a pu découvrir plus de documents où Kagame dirigeait ces gens là, et où il complotait pour que les Tutsi prennent la tête de ce grand pays qui n’est pas le leur! C’est de trop eh! Un pays qui ne les appartient pas, ils veulent en prendre la tête?! Quoi?! Mais ce n’est pas possible! Ça a été trop grave. On a vu tout ça! Si seulement on avait su avant, ça aura été bien. Mais le conflit a éclaté après. Ils tentent d’accomplir ce qu’ils n’ont pas pu réussir avec le coup d’état qui avait échoué le 2.08.1998. ET maintenant, je les vois entrain d’échouer encore.

    RESISTANCE POPULAIRE ET UNITE NATIONALE

    Notre peuple se défend. Je suis très heureux que vous tous avez pri conscience de la gravité de la situation pour nous mettre tous ensemble. Tous les partis politiques confondus chez nous, tous les Congolais se sont mis ensemble dérrière le gouvernement. Ils m’ont soutenu, je dois l’avouer très sincèrement; et je ne sais pas ce que je ferai pour les rendre ce qu’ils ont fait pour moi (applaudissements).

    MZEE KABILA, LE SOLDAT DU PEUPLE DONNE SES ASSURANCES AU PEUPLE POUR UN DEVELOPMENT AUTO-CENTRE DU CONGO ET POUR UN PROGRAMME DE RECONSTRUCTION NATIONALE

    Mais ce que je dois vous assurer c’est que je suis un soldat du peuple, et je ferai mon devoir jusqu’à mon dernier jour. Je veux que mon pays soit totalement libre; et en tous cas, c’est un pays moderne qui se dévelope, où sur le plan social, tout doit être transformé même au village (applaudissements), parce que beaucoup de nos élites, beaucoup d’intellectuels, beaucoup de citadins, les gens de ville qui sont
    habitués à la ville ont peur de rentrer dans les villages. C’est parce qu’il n’y a pas de vie là-bas. Nous, nous sommes engagés dans un programme de reconstruction et cela a porté fruit. Et tout cela sans l’assistance extérieure, parce que les habitudes politique en Afrique, c’est qu’on doit attendre de l’aide de la France, des États-Unis, de l’Union Européenne, de la Banque Mondiale, de ceci, de cela…
    Mais nous, nous avons dit depuis quand nous étions des (sous–traitants?). Nous disions que l’autre lutte sur la lutte de l’intelligence contre la force brute (applaudissements). Nous disions alors dans un congrès au maquis en 1976, que parce que nous avons tout dans notre pays, nous ne pouvons même pas aller demander de l’aide. Il faut utiliser l’intelligensia nationale pour transformer tout ce que nous avons (applaudissements).

    Ainsi donc lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, forts de cette conviction là, et jusqu’aujourd’hui, nous essayons de transformer nos richesses, notre monde, l’environement, économique, social, culturel avec l’argent de notre pays. On a jamais réçu un seul sou d’ailleurs. Et voilà qu’ils sont mécontents.

    SUR LA SERVITUDE DE LA BANQUE MONDIALE

    Il ne manque pas à la Banque Mondiale, ils viennent avec des plans qu’ils ont toujours présentés pendant 37 ans du régime de l’autre. Toujours le même plan. Et la classe politique de la Deuxième République, de connivence avec ceux qui venaient de l’extérieur, pillait le pays et achetait des villas en Europe et aux États-Unis. Ils auraient peut être bien fait de
    voler en Europe pour aller construire là-bas au pays.
    Et comme on ne voulait pas continuer avec cette
    culture, celle de voler chez toi et d’amener ailleurs; et on ne voulait plus autoriser que l’on pille sans payer les taxes, sans laisser des infrastructures derrière, là où vous investissez.
    Avec l’arrivée du gouvernement de Salut Publique, nous devions à la fois
    inverser les priorités et même réglementer le jeu de l’exploitation du pays. Ça n’a pas plu à tout le monde. C’est ainsi donc que nous avions commencé une période très difficile, caractérisé par
    des incompréhensions à l’extérieur.

    La Banque Mondiale est venue avec le même plan, moi j’ai dit «NON», nous avons notre plan à nous, c’est nous qui souffrons. Nous connaissons de quoi nous souffrons. Nous allons faire un plan pour resoudre notre problème.

    Ils m’ont dit” «Ou est ce que vous aurez de l’argent?»

    Moi j’ai dit: «On va l’avoir ici. Le Congo est riche.» Et nous avons fait cela, nous avons notre plan. Il est bien. C’est un plan qui doit developer notre pays. On les a demandés: «Messieurs, nous voulons aussi des autoroutes, tous ces ambassadeurs qui étaient là, parce qu’ils étaient tellement habitués à appeler des ministres, etc., moi j’ai dit: «Attention! Mes ministres ne sont pas des garçons de course (applaudissements). Il faut laisser les ministres resoudre les problèmes du pays. Si vous allez continuer à les appeler la nuit, les coups de téléphones, qu’est ce que vous traitez avec eux. Chez vous, nos ambassadeurs ne peuvent pas faire ça. Nous ne sommes pas capables d’appeler les ministres belges, Français ou Américains qui doivent aller chez l’ambassadeur Congolais qui doit leur dire des choses qu’ils doivent faire. Et si vous ne faites pas là, chez moi je ne veux pas!»

    Mais ils trouvent ça stipude, arrogant! Moi je dis: «Mais c’est pourtant la vérité!. Chez vous ça part bien, Ça doit aussi partir bien chez nous. Ne nous immixer pas dans nos affaires.»

    Alors, ils me disent: «Comment est ce que vous allez avoir de l’argent? Vous ne fairez même pas trois mois!» Moi j’ai dit: «Trois mois?! Mais je ferai plus que trois mois! (applaudissements).»

    SUR LE PLAN TRIENNAL DE RECONSTRUCTION NATIONALE

    Ainsi vous connaissez, nous avons préparé un bon plan de reconstruction du pays. Ils m’ont dit qu’il faut aller le défendre à Bruxelles. Moi j’ai dit: c’est vrai? Oui! On a envoyé une délégation à une conférence qu’ils ont appélé «La Conférence des Amis du Congo». J’ai dit à mes ministres: «Allez-y, defendez votre plan. S’ils vont donner de l’argent, c’est bien» Mais moi je les ai informés qu’ils n’auront pas de l’argent parcequ’ils savent bien que nous ne sommes pas entrain de servir leurs intérêts! Si nous étions entrain de servir leurs intérêts, ils donneraient quelques primes d’argent pour nous corrompre. Pas pour déveloper le Congo. Alors maintenant , il faut un choix: ou vous êtes pour le peuple, acceptez de rentrer sans argent, ou vous êtes pour eux, bouffez l’argent, rentrez trahir votre peuple. C’est fini!

    Ils ont apprécié le plan, ils ont commencé à faire des éloges: «Oh là là! C’est le prémier plan cohérent qu’ait présenté ce pays là.» Moi j’ai dit: «Hm, toutes les années, Mobutu ne faisait pas de plan? Si c’est le premier, c’est mieux!» Ils ont dit que c’est un plan cohérent, ceci, cela, mais il faut travailler avec la Banque Mondiale, il faut travailler avec ceci… Ils sont revenus. On a ouvert un «Trust Fund», un compte commun, c’est-à-dire un pannier où ils vont jetter de l’argent. Jusqu’aujourd’hui, le ministre du plan ici me disait: «Président, ici il n’y a que 13 millions.
    13 millions et encore que nous n’avons pas le droit de toucher à ces 13 millions, parce que pour toucher, il faut que nous puissions justifier d’abord notre situation des violations des droits de l’homme; et il faut qu’il y ait [la signature] de ce pays Scandinave là, la Suède qui préside l’Union Européenne, et les autres, et les autres…, et nous mêmes, nous sommes nul part! Et ils veulent dire dans quel secteur cet argent doit être utilisé.

    Moi j’ai dit alors dans ce cas ils peuvent oublier. S’ils veulent nous contrôler de cette façon là, on a pas besoin de cet argent. 13 millions c’est quoi? D’abord, ils me disaient que c’était 84 millions. Moi j’ai dit à tous les ambassadeurs de l’Union Européenne: «84 millions pour le Congo, c’est quoi?! Nous avons beaucoup de moyens de faire sans cela! Et nous avons beaucoup de moyens de le faire sans vous! Sans cet argent là! Et nous ne voulons pas des conditions!» En tous cas, je leur ai dit: «Allez avec votre argent! Nous continuons et nous avons plus que 100 millions, plus que le pannier des autres. Encore nous n’aurons pas le droit de décider sur l’utilisation de cet argent!»

    LES MEDIAS OCCIDENTAUX, CAISSES DE RESONNANCE DES PAYS AGRESSEURS ET DES SUPERPUISSANCES
    Vous voyez que ce sont des blah, blah…! Ils se sont trop familiarisés avec l’Afrique, ils jouent avec nous comme des gamins. Mais cette fois-ci, quand ils ont vu que le Congo est devenu majeure, reaction? – la haine.
    La haine! Nous n’avons rien contre les Américains, les Européens, les ceci, les cela. Mais vous mêmes, vous écoutez RFI et les autres. Quelle campagne?! Quelle bassesse?! Ils ne font qu’accuser le Congo tout le temps: «Tout ne va pas, il n’y a pas ceci ou cela!».

    Mais ça va quand même bien sinon le peuple ne se serait pas leagué autour du gouvernement. Cette fois-ci, le peuple a compri que la politique [que nous faisons], c’est la siènne. Nous, nous ne sommes que des executants fidèles. C’est tout! C’est pourquoi tout le monde au Congo tend à se mettre ensemble avec la direction du pays pour que nous puissions arriver à notre objectif. Cette fois-ci, parce que la guerre est venue s’intercaller sur notre marche avant, nous avons une priorité d’écraser les envahisseurs. Et je vous avoue qu’ils seront écrasés (applaudissements). Chaque jour qui passe, ils deviennent de plus en plus faibles.

    Bien sure, les radios étrangères qui leur sont favorables, parce que c’est par l’intermédiaire de ces pétits pays là, les deux, le Rwanda, l’Ouganda, qu’on voulait piller le grand Congo! Et, lorsque nous pensons, maintenant, est ce que nous avons déjà accompli ce que nous avons promi à nos compatriotes? – c’est parce qu’ils nous ont pri au depourvu, ils nous
    ont pris par surprise. Nous nous croyions qu’ils étaient des pays amis, mais ils avaient dépuis plusieurs mois amassé des armes, fait l’espionnage, ils ont préparé la guerre pendant sept mois. Maintenant c’est connu, c’est publié dans tous les journaux occidentaux: le complot contre Kabila, les Rwandais du Congo, sept mois de préparation de guerre et la main des États-Unis derrière, et des autres, comme toujours, comme toujours! Ils n’ont jamais voulu le bonheur et l’indépendance de notre peuple!

    L’ALTERCATION AVEC LA SECRETAIRE D’ETAT AMERICAINE MADELEINE ALBRIGHT

    Mais moi je me suis toujours vu avec leur Dame là, Madeleine Albright. Je lui ai dit: «Madame, vous vous rendez compte! Quand on a déclenché le fameux coup d’état là , le lendemain, c’est elle qui sonne pour dire que Monsieur Kabila, nous ne sommes pas d’accord avec l’extermination des Tutsi. Le lendemain du coup d’état!»

    Moi j’ai dit: «Ou est ce que vous les aviez vus exterminés? Vous êtes mal venue! Ces agresseurs viennent nous agresser et vous, vous dites que nous
    sommes entrain de les exterminer?! Vous voulez donc qu’on croise les bras pour qu’ils viennent faire ce qu’ils veulent. C’est vous qui les aviez envoyés en mission ou c’est quoi?! Et j’ai coupé le téléphone! (éclats de rires). J’ai cru qu’il ne fallait pas continuer à m’expliquer… et elle va crier partout: oh, il a coupé le téléphone, il était nerveux, ceci, cela…»

    Comment voulez-vous que les gens viennent nous tuer, nous on se défend, vous me dites que je suis génocidaire! C’est quoi?! Qu’est ce que ça signifie? Alors mieux vaut ne pas parler!!!

    Aujourd’hui, le Congo ne peut jamais baisser les bras et ne pas se défendre. Nous avons expliqué profondement ce que je viens d’expliquer ici
    solennellement à beaucoup de pays Africains qui ont compri, parce que beaucoup d’autres étaient trompés par la diplomatie beaucoup plus active de Museveni, fondée sur le mensonge, sur la distortion de l’histoire: comment le Kivu appartenait à tel [Royaume Tutsi] à ceci, à cela… des choses qu’il
    ne faut même pas écouter.

    Le Congo est donc en guerre, et nous sommes entrain de nous mobiliser totalement. Et vous qui êtes ici, la preuve est qu’il y a la fête ici, et vous venez écoutez les nouvelles du pays, moi je veux vous dire que les nouvelles sont très optimistes, elle sont présentes. Bien que les ennemis soient encore à Kisangani, mais encerclés et entrain de se battre partout, partout, les peuple est entrain de prendre conscience [les Boyomais ne cessent de le dire: les Tutsi ne passeront pas! Kagame ne passera pas!]. Il y a des gens qui prennent des flêches, des lances, et qui avancent. Le peuple se mobilise. Naturellement, lorsqu’ils sont venus, ils ont pillé l’ouest, Matadi, vous avez entendu, ils ont dérangé les installations
    d’Inga, ce sont des jaloux. Ils ont incendié les installations de Socir… tout réprend maintenant. On réprend. Et nous avons plusieurs prisoniers de guerre de ces gens. Quand ils prétendent qu’il n’y a rien de Rwandais, mais je vous avoue que ces gens sont des sadiques, parcequ’on a tout, les prisoniers sont là, les preuves sont nombreuses…

    LE CONGO N’EST PAS CONTRE LES ETATS-UNIS, IL N’EST PAS A VENDRE NON PLUS

    Le malheur est qu’un grand pays comme les États-Unis n’a pas pu condamner ouvertment l’agression de ces gens là contre le Congo, la violation de nos frontières, de la souverainété de notre pays. Alors, nous ne sommes pas d’accord avec eux, Ce n’est pas le gouvernement Congolais qui est contre les États-Unis, c’est ce pays, les États-Unis qui sont contre le peuple Congolais, parcequ’ils prétendent être le pays le plus grand et le plus fort du monde. Et ils s’appellent quoi, leader du monde. Alors s’ils sont
    leader du monde, il faut partager la justice, non!
    Mais lorsque le Congo est agressé, ils viennent et ils vous disent que vous, vous êtes mauvais, vous comprenez?! Mais nous sommes agressé chef! (éclat de rires). Un tel chef, on ne peut pas l’accepter! Nous sommes agressés, mais ils nous disent, non, non, non la démocratie, vous ne voulez pas la démocratie. Mais nous parlons de l’agression. Et les agresseurs
    sont-ils démocrates parce que vous les soutenez?! Oh non, nous leur disons, vous savez… et ils sautent sur un autre sujet.

    Donc nous ne sommes pas contre les occidentaux. Mais nous ne sommes pas d’accord avec eux lorsqu’ils ne veulent pas que les intérêts de notre peuple soient défendus. Ça sera ainsi jour pour jour jusqu’à ce qu’ils changent. Nous, nous n’avons rien à changer (applaudissements). Changer pour mettre quoi! Ils ont tout, nous n’avons rien, alors que nous sommes plus riches que la Belgique, que la France… Comment se fait-il que nous soyons à la queue de l’histoire et nul part (applaudissements). Mais ce n’est pas possible. Et ils nous trouvent foux parce qu’on peut pas se déveloper s’ils ne nous donnent pas de l’argent. Je vous avoue que c’est faux! Nous avons tout, nous leurs vendons et ils viennent en masses,
    ils veulent investir. Ils disaient qu’il n’y aura pas un seul investisseur qui sera là! Mais nous en avons beaucoup! Ils viennent. Ils ont inauculé l’appétit de guerre dans les veines des autres pour nous empêcher de continuer avec notre programme. Et maintenant ils se rendent compte qu’ils ont échoué. Et maintenant, ils vont repartir sur les accusations de la
    démocratie. Oh, nous ne sommes pas démocrates.

    SUR LE PROCESSUS DE DEMOCRATISATION

    Mais, écoutez, mes frères et soeurs, vous connaissez l’histoire de notre pays?! Nous avons pri le pays en main et nous avons dit que nous ne ferons que 24 mois, c’est-à-dire deux ans, et puis la démocratisation va suivre. Et tous les autres qui ont le pouvoir, ont fait 5 ans, 10 ans [Museveni a fait 10 ans d’abord sans organiser les élections]. On ne leur demande pas
    des comptes de démocratie. Chez nous quand j’avais juste pri le pouvoir, oh élections! Ils me disent, oh élections, démocratisez maintenant. Mais il y a un mois, deux mois, les gens ne sont pas bien assis, le pays est completement détruit, mais il faut remettre des strictures en place!

    Ils me disent après deux mois, oh, associez les autres. Prenez au moins quatres partis. Mais vous choisissez sur quelle base de critères. Et quels autres? Ils étaient ici, ils ont fait la fête, toutes les fêtes des conférences nationales souveraines [suivi d’une transition de 7 ans qui a connu 10 gouvernements d’union nationales sans une démocratisation quelconque de notre pays. Le dictateur était toujours là], des histoires comme ça, mais c’était leur fête! Tant que je n’étais pas avec eux, je ne peux pas les inviter. Il faut que je considère d’abord notre propre situation et puis, nous verrons après. Deux ans, ce n’est pas une longue période. Ils peuvent patienter! Mais ils ont fait beaucoup, beaucoup de bruits autour d’une certaine dictature qui se construisait au pays. La preuve est que le peuple a vu qu’il n’y a pas de dictature, ce sont les soldats du peuple qui se battent pour qu’il n’y ait plus de dictature occidentale. C’est ce que le peuple a decouvert, parce que tout ce que nous faisions était dans le but d’amener le peuple sur le chemin des élections. Mais il faut un temps.

    N’importe qui aurait pri le fameux Zaire là, la tête du fameux Zaire là aurait besoin de deux ans avant d’organiser les élections. Eux-mêmes, les occidentaux le disaient d’ailleurs: «Oh celui qui va prendre la tête du Zaire, on ne sait pas comment il va s’en sortir.» Et ils voulaient bien se laver les mains, parcequ’ils voulaient bien être de la partie, c’est-à-dire, faire la fête avec ceux qui vont prendre le pouvoir, parce que sans eux, le Congo ne peut pas se reconstruire. Ils se voyaient déjà se partageant es cadeaux [se dit de Bechtel], qui va prendre le Kivu pour l’or, etc., ils voulaient beaucoup plus promouvoir leurs propres plans, mais sans le plan du peuple Congolais. Ils étaient tous occupés à dire:
    «Nos intérêts, nos intérêts, nos intérêts!»
    Et moi je vous avoue que tous ces messieurs me connaissent bien. Moi je leur ai dit: «Comme moi je n’ai pas de chef, je n’ai que mon peuple, je ne
    donnerai à personne les intérêts de mon peuple!» (applaudissements). On nous a laissé entendre, les intérêts de ceci, les intérêts de cela… [les intérèts des États-unis, de la France, de la Belgique, du Canada, de la Grande Bretagne…]. Moi je leur ai dit: «Commencer par demander: quels sont les intérêts du peuple Congolais? Ou sont-ils?». S’ils disent: «Oh, écoutez ceci…», moi je dis: «Dites-moi, est ce qu’il y a les intérêts du peuple Congolais aux États-Unis qu’il faut défendre là-bas? (rires et applaudisements). S’il n’y en a pas Congolais, nous devons faire de même, nous défendons nos intérêts d’abord, et uniquement nos intérêts! Les autres ont des associations des échanges, de commerce, c’est fini!
    Mais comme ils n’ont jamais vu un tel régime, ils viennent avec des démocraties, démocraties, démocraties. Et nous sommes préparés à aller vers les élections. J’ai appri avant-hier lorsqu’on m’a donné les minutes de sécurité de ses amis là. Ils disent maintenant: «Oh voilà, Kabila est trop fort – je ne sais pas comment je suis trop fort – que le peuple est derrière lui [attention il faut le suivre]. Maintenant il va dire qu’il aille aux élections (éclats de rires).» Mais nous ne disions pas que nous n’allions pas aux élections. C’était prévu. Nous avons un calendrier, nous devons l’appliquer. Maintenant, ils trouvent que c’est trop tôt (éclats de rires), ils trouvent que c’est trop tôt, déjà ils commencent des critiques et ils disent, au lieu des élections, il faut la «Table Ronde.»

    LAURENT DESIRE KABILA A DIT «NON» A LA TABLE RONDE DES COMBINES POLITICIENNES, PAREILLE A CELLE DE SUN CITY

    La «Table Ronde», c’est-à-dire, il faut des combines politiciènnes où le peuple ne verra pas claire, il n’y aura pas de démocratie, ils veulent seulement le groupe de Kabila, les autres avec lesquels il devait se mettre ensemble, parcequ’ils écrivent même des lettres pour dire: appelez l’UDPS, appellez Boboliko, Le Palu, les ceci, les cela… et nous allons en conciliabules, dans des pétites réunions là pour se partager le gateau, les portefeuilles de l’État, pour dire, oh c’est comme ça, vous prenez un tel
    >portefeuille, moi je prend ce portefeuille, ainsi de suite. Et le peuple?! RIEN! C’est ça qu’ils appellent «Table Ronde». Et nous, nous repondons: «Table Ronde?! Mais il faut que le peuple décide. Nous irons vers les élections, chaque parti doit avoir son programme, et le peuple va trancher.»
    Maintenant, ils ont peur d’aller vers les élections. Ils disent «Table Ronde», il veulent deux ans encore du gouvernement, ils veulent être autour de moi, c’est ce qu’ils vous disent, c’est ce qu’ils vous proposent (NON, NON, NON, PAS AVANT LES ELECTIONS, repond vivement l’assemblée).

    Vous avez raison! Mais ces messieurs sont très actifs à écrire des lettres à tout le monde, y compri les alliés, pour dire: «Voilà, demandez au Président Kabila qu’il vous écoute pour qu’il y ait une «Table Ronde». Tout le monde écrit des lettres à commencer par Tsisekedi qui ne se fatigue pas! (rires et appluadissement). C’est vous qui allez décider. Mais notre position est que les combines politiciènnes ne font pas du bien pour le peuple [comme l’après Sun City le démontre d’ailleurs! L’histoire donne enfin raison à Laurent Désiré Kabila!]. C’est justement écarter le peuple du pouvoir et un groupe de politiciens que l’extérieur va continuer à manipuler qui va être aux affaires. Et le peuple n’aura rien. Alors, maintenant nous disons: «NON, NON, NON! Nous devons rester attachés à notre peuple. Nous ne devons pas trahir notre peuple. »
    S’ils ont peur des élections, c’est leur affaire, ce sont eux qui demandaient les élections. Pas de combines, allons nous présenter devant vous. C’est à vous de dire si vous voulez les divisions, si vous voulez qu’on soit les esclaves des autres, ou si vous choisir votre bonheur! C’est ça le problème capital qui se trouve là-bas. On doit trancher entre les combines politiciènnes que nous, nous rejettons completement, parce que cela va nous amener dans des ambassades: les États-Unis disent ceci à ce groupe! La France a ses profs! Ça c’est pro-belge! Ça c’est pro-quoi! Et cette fois-ci parce qu’ils ont cherché les «pros, pros, pros», et ils n’en ont pas trouvés dans mon gouvernement, ils se trouvent surpris: «Ah, cet homme est seul comme ça!»

    Seul?! Mais je suis avec le peuple! C’est ça! Et ils ont peur maintenant! Ils n’aiment pas des dirigeants qui ont vraiment l’appui du peuple parce que ça, ils ne contrôlent pas! Et pourquoi ils veulent nous contrôler quand nous on ne peut pas les contrôler. Il faut toujours se poser des questions.

    Nous pensons que nous sommes dans la bonne voie, que s’il s’agit maintenant d’aller aux élections, nous nous y employons, pour que tout le monde, tout le monde, y compri les Tsisekedi et les autres, aillent voter là-bas. Et qu’ils soient peut-être élus. Si nous partons aux élections, nous on joue le jeu démocratique. L’armée c’est l’armée du pays, et on leur laisse le tout. Nous rentrons dans nos villages et nous continuons à vivre comme les autres. Mais, on ne peut pas accepter de ne pas aller demander le vote du peuple, qu’on accepte que les étrangers nous disent: «Non, faites la «Table Ronde» entre vous…» Mais ces étrangers, vous n’êtes pas fatigués de ces gens là?!

    LE TESTAMENT DE MZEE LAURENT DESIRE KABILA

    «Toujours, toujours, quand les choses veulent bien aller, il y a des étrangers qui viennent. Mais, maintenant avec le Congo actuel, je crois qu’ils n’ont pas grand espoir, ils ne parlent que d’ASSASSINAT, ASSASSINAT, ASSASSINEZ! Mais moi je suis prêt à tout!
    Eh! J’ai choisi mon camp, c’est le camp populaire. Je ne trahirai pas mon peuple. L’assassinat ou quoi ça ne va rien changer. Et maintenant encore que le peuple a pri conscience, beaucoup de centaines, de milliers de jeunes hommes à Kinshasa et dans toutes les autres provinces, prennent conscience. Alors je pense que notre mission, bien que non encore accomplie, mais elle est entrain de s’accomplir: la prise de conscience de ce peuple qu’il est un et indivisible. Qu’on ne le divise pas avec des partis politiques qui n’ont aucun programme.»

    SUR LES ELECTIONS VRAIMENT NATIONALES LIBRES ET TRANSPARENTES

    Ces partis étaient toujours là, qu’est ce qu’ils ont changé? Et maintenant, ils ont peur d’aller au vote. Et qu’est ce qui se passe finalement parce qu’ils ont voulu la démocratie? Mais nous préparons. J’espère qu’il y aura à la date prévue, les élections chez nous. Et nous devons le faire. Et vous ici, vous aller élire aussi, vous devez élire les dirigeants de votre choix. (Oui, oui, applaudissemnts). Vous devez le faire. On va commencer par les présidentiels, je crois, d’après ce que les amis qui parlaient là-bas.

    Et nous devons tout faire pour que la direction de notre pays soit
    patriotique. Pas des élections avec l’argent venu de l’extéreur, de l’étranger. Nous ne voulons pas ça. Et il faut que les élections soient
    réellement nationales.Chacun de vous décide avec son âme et conscience de son choix. Pas de manipulation, des gens qui veulent rester au pouvoir pour s’habituer à s’nerichir. Ce n’est pas bien. Nous ne sommes pas venus pour nous éterniser au pouvoir. Nous avons un projet que nous avons soumi au peuple, c’est au peuple de décider de ce projet là. Nous voulons que la pays marche. Et c’est dans le cadre d’un projet là qu’on est entrain de dire au peuple: «Voilà ce que nous voulons que le pays fasse, comment va-t-il y parvenir, devenir? Avec leurs propres mains, avec leur argent, sans compter sur l’argent des autres; parce que les autres sont venus chercher l’argent chez nous, et puis donc il y en a toutjours chez nous. Ce n’est pas encore épuisé.
    Et maintenant avec cet argent là, nous devons construire notre bonheur.
    «ERREURS OUI, TRAHISON JAMAIS!»

    Nous sommes engagés sur cette voie là. Je vous invite d’être avec nous. Avec le Gouvernement du Salut Publique, parce que c’est un gouvernement populaire, un gouvernement du peuple qui n’est pas capable de trahir les intérêts nationaux. Ce n’est pas possible. Nous pouvons commettre beaucoup d’erreurs, mais pas de trahison. Et puis chez nous il n’y aura pas de
    dictature. Personne n’a besoin de dictature! On en a vu avec notre frère Mobutu! Les gens ont sué les années durant jusqu’à créer cette misère qui n’existe que dans notre pays, où il y a encore des gens, pieds nus et tout nus. Mais il y a beaucoup de contrées où les gens sont tout nus, et les gens s’étonnent: «Mais comment?! Les routes ont disparues, il n’y a rien! Un grand pays où on trouve vraiment la vegetation la plus luxuriante, mais les gens ne cultivent pas, parce qu’ils sont condamnés avec la pétite houe, alors que nous sommes très riches. On peut mettre partout des tracteurs, des irrigations partout, des choses comme ça. C’est ça notre projet. Moderniser, et non être des chefs, des gens qui veulent s’enrichir, etc.,
    S’enrichir pour faire quoi?! Il faut avoir honte d’être riche parmi les gens appauvris comme chez nous (applaudissements).

    Laurent Désiré Kabila, si tu savais, les tustsi que tu avais chassé sont revenus. Ils ont repris tous leurs postes au sommet de l’état. Si tu savais qui t’a tué, tu vas te retourner dans ta tombe,suivons ce video:

    http://www.youtube.com/watch?v=MIySGM3-rFo&feature=share


    Posté par tongo etani, 08 octobre 2011 à 15:28
  • @ Prof

    Je ne te savais pas Ngbandi !! Honoré vieux na yo Candide(la bien nommée, il faut dire qu'elle est vraiment candide) Mama na yo !!!!!!

    Les thèses qu'ils prônent sont tiennent !!!!!

    Tu nous passes une video de LDK avec un public acquit à la cause !! sourire jaune de circonstance alors que c'est lui le premier responsable.

    Honoré et Candide ont un fils, quel est prénom ?
    ..... 5 mots à trouver.

    Posté par Luka Mambu, 09 octobre 2011 à 14:26
  • Luka Mambu ofingi mzéé LD KABILA pé?

    @ Muana nkazi na nga Luka Mambu,

    Ki Ngbandi(ethnie) prolonge quel débat?
    Je m'honores de ne jamais juger quelqu'un par rapport à sa tribu ou ethnie, ma chance, c'est d'être né à kinshasa avec des parents CONGOLAIS (maman venait de LIKASI na KATANGA, papa venait de Bandundu, mes parents sont morts tous les deux et m'ont éduqué dans la tolérance et le respect des gens sans se VAUTRER dans le TRIBALISME, CLANISME, ETHNICISME, COTERIE et surtout me préserver de la CONNERIE facile).

    Je suis venu en EUROPE en 1982, j'ai 49 ans et demi, 50 ans kala tééé grâce à un concours à l'ambassade, je fais les études sans bourses en faisant des petits boulots pour décrocher tous mes diplômes en EUROPE.

    Je suis pour le CONGO, les Congolais de la majorité et de l'opposition sans le sang Congolais sur les mains sont mes amis, je ne détiens pas la science infuse, j'ai aussi la faculté de mal cerner un sujet comme tout homme.

    J'ai eu à connaître plusieurs résistants Congolais et Combattants virulents, limite "AL QAÏDA" P. La plupart des ces Combattants se sont précipités qui? soutenir ya tshi tshi, khamere, kengo, kakese, makila, ondekane

    Le pire dans toute cette GAUDRIOLE, on retrouve des combattants sur les listes au CONGO pour la DEPUTATION, aaaaaaaaaaaah CONGO eeeeeeeeeeeeeh P.

    J'ai pris le temps de lire les noms des candidats (lol), heureusement le jp oyo azua kombo ya Alex na LUKUNGA, aza ALEX te (lol) .

    Ton noko que je suis aime avancer dans les PROPOSITIONS pour la sortie de notre CONGO commun de la misère vers la Pauvreté en LUTTANT avec acharnement contre LA CORRUPTION, LA MEGESTION, LE TRIBALISME et la bêtise sur le plan culturel:"mpundalisation, epousana epousana yango na yango, lidusu, towuti na lidusu, muana natikaki mokéééé, sima ekoli, hier j'étais ahuri en écoutant l'atalaku de jb Mpiaka, Gentamicine, je ne sais quel produit l'inspire pour lancer un nouveau cri en dansant avec MULALA dans "M.akata Ndundaaaa" sans interdiction des enfants des moins de 18 ans en plein jour (lol), j'avais les larmes aux yeux.

    J'ai combattu MOBUTU mais je reconnais sur le plan culturel, le Congo était prospère: le kamulangu, kitweni, bilolo ma,musiques des tshokwes, ba mbala, ba mongo, ba yanzi, ba ngbandi, ekonda, danse ya ba nguma, shoké, levola, aaaah CONGO

    R.I.P. à mon copain ILO PABLO atiki biso kasi ba chansons nayéé eza somo trop ti lélo: Ndonge,Eboza, oiseau rare,ando, mathy ya Ilo, mangobo,les riches et les pauvres, alekanda etc...
    noko côté ndulé moko té, mbanda Antoine Mundanda, kolo soyio tiii lélo.

    Muyomba, manseba, nguatshi,noko, kwiya, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 09 octobre 2011 à 18:38
  • @ Prof
    Noko liboso ocomparer nga na Yves le malpoli, sikoyo nakomi tribaliste ?

    Soki olingi oluka ba tribaliste tala entourage ya Vieux Croulant et liste na ye ya ba candidats ya députation ya Kinshasa, 60% Balubas alors que Kinshasa est une ville multi-ethnique, tala pe entourage et decideurs ya parti.

    La domination luba est dans nos portes après celui de Ngbandis et Katangais. Pauvre Congo de Lumumba.

    Je suis pro Kabila Joseph et non LDK, c'est ça la démocratie, je ne suis pas aveugle ou mouton beuhhhh
    comme disent nos amis ivoiriens, je garde ma critique pour toute action qui n'entre pas dans ma vision de la conduite du pays.

    Ton vieux Ngbanda est ce que je déteste le plus en politique. Tu n'as peut être pas fais attention mais tous ces assassins, voleurs et voyous sont pasteurs d'églises de réveil Kagame, Kunda, Honoré.....

    Posté par luka Mambu, 10 octobre 2011 à 10:27
  • Yo Luka Mambu oza moto malamu!!!

    @Leki na nga Luka Mambu,

    Nakotia yo pe na liste ya ba invités na nga, kobanda na Alex,wavre, henri, boni, bely21,cédric, mutoto,na bana nionso ya CONGO.

    Si tu consultes mes écrits sur kdp, j'étais virulent contre l'insistance du vieux tshi tshi à se présenter à vie, j'ai dù m'expliquer sur ce site d'Alex avec mon COPAIN intelligent Congolais baza mingi?????Un GARS sur mon appui na vieux tshi tshi malgrès mésentente po aza Congolais, balubas oyo bozolinga koya ko lia to ko damer to ko bukuta to ko ndunda CONGO na mikuwa ya CONGO, je serais là pour dénoncer à condition que vieux à gagner après les ERECTIONS TRANSPARENTES.

    La politique est un monde dur, voir la chute de la MAISON ROYAL en France, SEGO MUANA YA COLONEL (son père était militaire au grade de COLONEL neti noko tongo donki balelaka téé kaka Méso mbuanki(synonime ya koléla) (lol) yé ayé koléla awaaaaa, nga miso ekomaki mbuaki (rouge) ba petits bana nkazi batali nga ba beti ba boules balobi nani à DAYER? (lol), monde ya NKOOOOO, ya LIKUNYA, ya ba KADIA MPENBA, BA TSHIOOOOR neti R.I.P vieux SAKOMBI INONGO (que ton âme répose en paix vieux Dominique).

    Regardes la Pôôôvre SEGOLENE qui pleure à CHAUDE LARMES devant les medias: 6,6%lelo, na 2009, elle avait gagner les primaires au premier TOUR, plus de 50% (lol), lelo hollande kutu moyen à consoler yé eza tséééé, ba vanda 25 ans, ba balana tsééé, ba bota 4 banas, lélo hollande azolia mafuta ya ntaba ya MOTOO makasi(baliaka soki eza na motooo) na journaliste moko ya muasi, asali régime akondi dimi aleyi ségolène 3 points na nkooo, na monde arabe, monde ya nkooooo = politiki, monde ya likunya, ya ki ndoki:""milelo na milelo maman ségoo, o nga nazalaki na mobalieeeeh(lol), politiki etiki nga na kupé etoboka, kupé mu ndinda (lol)"" wana ekozala na ba nzembos tangu mboka ekozonga na ba congolais: Etat de droit, Démocratie, droit de l'homme, droit de la Femme, égalité dans les postes entre hommes et femmes, PARITE quoi!!!! ;(

    je suis noko SOCIAL-LIBERAL, wana nga: liberté d'entreprendre avec l'acceptation de verser l'impôt pour la gratuité des études de nos enfants, tala kaka parti oyo pe eza na posa na yo Luka Mambu (lol)

    je suis et je demeures contre les élections dans un pays meurtri, affadi, à genou avec plus des 95% de la population dans l'insécurité, le chômage et la misère.

    Je connais ton contentieux avec ngbanda(il a fait du mal à ta famille), à la libération, tu pourras porter plainte dans un appareil judiciaire neutre avec des preuves, il sera incarcérer.

    Moi, je suis né en 1962, Alex étant né en 1957?? (nabosani peut être, je le considères comme mon vieux, même s'il avait deux mois ou un mois avant ma naissance) au Congo tolobaka pesa respect na bakulutu, muana bayaya balakisa misapi, akendaka mosika véééééé, ata aza gailard ZERO neti koffi mais abotama na 1957 ata lélo azo yemba antoine chante bébé chanda, koffi chante MBELEKETE, nA ASUMBA NA NGANDA ba kendaaaa, aza kaka vieux to YAYA (lol), ):

    AYA KOSAMBA NA BA VIOLS YA BANA MIKE OYO BAZOZELA YE AWA NA FRANCE, les crimes ne payent pas noko Luka Mambu ):

    J'aimais laurent Désiré Kabila, il me faisait RIRES, tu peux être un TRIBUN mais un incompétent sur le plan stratégique et politique.

    Muyomba, nguatshi, kwiya, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 10 octobre 2011 à 12:50
  • @ Prof

    INFO OU INTOX A TOI DE TROUVER

    Bely : Candidat honorable de la RDC
    Henri: Conseiller d'un ministre fédéral
    Wavre: Candidat honorable de la RDC
    Bony : Futur ministre et mutakalisé à Paris par RCK
    Alex : Futur Dircab ministère .......
    Prof : Combattant suprême de l'apareco.

    Posté par luka mambu, 11 octobre 2011 à 17:06
  • @ Noko Tongo Etani & Luka Mambu,

    Bosekisi nga grave avec ba masolo ya Mbuta LDK et Ngbada.
    Certe les deux sont à l'origine de nos malheurs congolais et zaïrois, mais cela n'empêche qu'ils aient pu dire certaines vérités.
    Luka Mambu, tu te dis anti-LDK avec raison pour nous avoir emmener des rwandais au pays dont J.... K.... . Comment peux-tu rester insensible lorsque LDK, dans le document que Prof Tongo Etani a mis le lien ci-dessus, parle des aventuriers et corrompus au solde de Kagame, tels que Tambwe Mwamba, le même que ton soit-disant fils de l'autre, en a fait le ministre de la diplomacie congolaise. Tu conviendrais avec nous que nous doutions de la congolité de J.... K..... lui qui ne fait qu'insérer des virus trojans dans l'appareil de l'état.
    Au fait, Luka mambu, la géopolitique de Kinshasa n'est plus la même qu'il y a 15 ou 20 ans.
    Dans la multi-éthinicité de la ville de Kin, les demulus vantards y sont devenus majoritaires depuis la dégringole des exploitations minières sous LDK. Il ya qu'à voir la corporation des chauffeurs taxi et taxi-motos à kin (les wewas). Les mpendes-teke ne peuvent plus se reclamer comme éthnie majoritaire de la ville province de Kin. Les communes de Masina, Ndjili et Kimbanseke (sauf les quartier Kinkole et N'Sele) communément appelées Chine, sont composées à près de 50% des lubas. Mais une chose est certaine, une fois à kinshasa, on est plus luba ou Muntandu mais on est kinois au même titre ques les tekes et m'pedes.
    P.S., Yebisa Vieux na biso Alex, atika kosala coupage na site na ye y'angele (Anglais). Ou est passé l'Alex qui s'attaquer au contrat frauduleux de la CTC?
    Où est passé l'Alex Engwete qui écrivait: "Two Afraican Scumbag of the Year 2009: Joseph Kabila (RDC) and Paul Kagame (Rwanda)"?
    Baliesi yo nini na Kin Muyomba, Una changer kabisa 360 degres.

    Posté par Bely21, 11 octobre 2011 à 17:39
  • @ LUKA MAMBU,
    Toi, t'es malin, toi...
    A force de ferrailler avec le Prof, tu attrapes la vis comica comme lui. Ton dernier post provoque un fou rire irrésistible !

    Posté par BOMA OMENA Henri, 11 octobre 2011 à 22:15
  • @ Bely

    L'argument avancé par l’UDPS (déjà entendu) que les demulus seraient devenus majoritaire à Kin est faux

    Aucun recensement sérieux n'est venu le confirmer, d'après mon vécu, je pense que c'est toujours nos amis du Bandundu et Bas Congo

    Comme à la fin des années 90 et début 2000, nous avions assisté à une arrivée massive des Swhaliphones (dans les valises de l'AFDL à la recherche du pouvoir par la langue) Actuellement depuis 2009 nous assistons à une immigration importante de Demulus suite à la chute des DJAMANTS

    Pour ton info WE WA qui signifie YO YAKA en Tshiluba.

    "Si" à Kinshasa toute les tribus deviennent Kinois, alors il est malheureux d'assisté à cette prise de pouvoir par une tribu sur les autres. L'histoire se répète Mobutu avec les Ngbandis et LDK avec les Swahilis (communauté plus large que Ngbandis et Ngbakas il faut le reconnaitre)

    Pour ce qui est d’Alexis Ntambwe Mwamba, Mbusa, Lumbala, Olengha Nkoy vous connaissez tous mon opinion sur ces gens, le PPRD n’a pas de majorité au parlement ni au Senat donc il doit composer avec des ……..

    Je te rappelle que le Vieux Croulant fut l’allié éphémère des Rwandais et de Bizima qui l’on roulé une fois encore à la farine comme d’hab. et qu’il essai aujourd’hui de composer avec les …….. de notre peuple Lubanga, Lumbala, Mbusa, Bemba, Kengo etc.

    La farine, il connaît, je te donne rdv après son hypothétique "victoire" du 6/12 quand il sera obligé de travailler avec ses individus.

    @ Henri
    Le prof à plusieurs facettes et le suivre est un véritable casse tête.

    Posté par Luka Mambu, 12 octobre 2011 à 11:25
  • @ Luka Mambu,
    Si tu acceptes qu'une fois à kin, on ne parle plus des tribus alors tu ne devrais pas voir les candidatures des noms à consonnance luba comme une tentative de prise de pouvoir d'une tribu sur les autres.
    Il faut avouer que les lubas aiment trop parler même s'ils n'ont rien à dire d'où le surnom de "demulu vantard" et de fait la politique parait leur terrain de prédilection car dans l'acception congolaise, politique veut dire la parlotte (sic!).
    De même les équatoriens qui ont un penchant naturel au vol et au mensonge, trouvent aussi la politique comme leur terrain de prédilection car une autre acception congolaise du mot politique refère au mensonge (Buka lokuta) et à l'enrichissement personnel.
    La province Orientale, elle est reputée spectatrice, car naturellement désintéressée de tout rapport gouvernants/gouvernés; cela pourrait s'expliquer du fait (à moins que je ne me trompes) qu'il n'y a jamais eu des organisations de type étatique dans ces contrées-là et cela explique aussi la faible représentativité des ressortissants de la Province Orientale dans l'appareil de l'état.
    Vieux Alex pourrais-tu me dire s'il y a jamais eu des chefs de tribus, Lokele, Topoke, boa, manbgetu ou autres car j'en ai jamais entendu parler.

    Posté par Bely21, 12 octobre 2011 à 17:18
  • @ bely
    Ci-joint lien Mobutu parle du croulant et autres voleurs de la république.

    http://www.youtube.com/watch?v=J5ODf0e8oO0&feature=related

    Posté par luka mambu, 12 octobre 2011 à 21:30
  • Wapi noko Prof ?

    OZA na 36 Quai des orfèvres na Rex Kazadi ?
    Paris akomi ko considerer bino ba CONS-BATTANTS lokola ba terroriste bokosuka wapi ?
    Bientôt Bxl et autres Capitales vont suivre le pas.

    Posté par luka mambu, 14 octobre 2011 à 13:58
  • @ BELY21,

    La confusion de vocabulaire, commise par l’association française SOS Racisme dénonçant certains comportements attribués à des Zaïro-Congolais au détriment de Rwandais en France, est une confusion dissimulant non seulement les fractures ethniques entre Rwandais mais dissimulant aussi l’instrumentalisation desdites fractures sur le territoire zaïro-congolais au détriment de nos compatriotes et au détriment de notre pays où, par notre propre fait, les SOLIDARITE et LOYAUTE REPUBLICAINES sont entravée par des SOLIDARITES IDENTITAIRES ETHNO-LINGUISTIQUES.

    Sans cynisme, j’en arrive à poser les questions suivantes :
    --- Peut-on tenir le jeune KABILA responsable des effets pervers desdites SOLIDARITÉS IDENTITAIRES ETHNO-LINGUISTIQUES qui sont réalité préexistante à sa présidence ?
    --- Serait-elle exprimée, aussi fortement qu’elle l’est actuellement, notre légitime aspiration à davantage de solidarité et loyauté républicaines sans les reproches, faits au jeune KABILA, d’avoir des accointances et origine ethnique rwandaises ?
    --- Parce que personne ne peut nier que l’intéressé donne lui-même carrière auxdits reproches, et ce au détriment de la légitimité de sa présidence, serait-il, lui le jeune KABILA, indiqué pour nous inciter à croire, par réaction contre lui, que, sans lui à la présidence, nous réussirions mieux notre œuvre commune de SOLIDARITE ET LOYAUITE REPUBLICAINES ?


    @ LUKA MAMBU,

    En parcourant la vidéo indiquée par ton dernier message, on se demande ce que pourrait être le ressort d’une fiction contrastant la figure de MOBUTU à celle du jeune KABILA comme dans la plaisanterie, titrée « Rencontre Mobutu - Mzee Kabila à Satanville », à la page Internet suivante du blog de ALEX :
    http://alexengwete.afrikblog.com/archives/2010/05/25/17996974.html
    Ce ressort dramaturgique pourrait, selon moi, être une INCAPACITÉ À PRÉSIDER NOTRE RÉPUBLIQUE, celle des Zaïro-Congolais, lorsque la personne, assise sur le fauteuil présidentiel, croit que sa volonté peut, à elle seule, impulser une dynamique de SOLIDARITE ET LOYAUTE REPUBLICAINES respectueuse de notre intérêt général.
    Les sous-entendus de la stigmatisation, faite par MOBUTU dans la vidéo, font comprendre en quoi il s’était lui-même égaré (à notre détriment) en misant sur son éloquence pour dissimuler ses violence, hypocrisie et incohérence politiques.
    Par contraste, on voit le jeune KABILA s’égarer (et nous égarer) en taisant sa responsabilité dans les causes et/ou les effets des violences et négligences subies par nos compatriotes.

    Posté par BOMA OMENA Henri, 14 octobre 2011 à 15:16
  • Luka Mambu pusana pembeni na KULUTU NA YO PROF.

    @Luka Mambu,


    TOZALI NA BOLINGO TEE ENTRE BISO, BANA CONGO BAMONAKA PASI YA BANINGA TEEEE.

    Ton noko est là, ton noko, ne pouvait plus laisser le CONGO dans cet ETAT de délabrement.
    Toi mon petit, tu es au courant de la dégradation des Congolais mais par affinité TRIBALE ou LOKOSO, tu te vautres dans une posture de nier la difficulté (8 millions des morts, 800mille femmes et hommes violés) de nos frères et soeurs qui tirent LE DIABLE PAR LA QUEUE!!!
    Pourquoi tu ne viens pas voir REX, il est lààà (lol), nani akangi yééé? (lol), Rex c'est un petit bien éduqué, sans tribalisme, ce n'est pas un adepte d'AL QUAIDA, al qua¨da, elingi koloba LIBOKE, noko abetaka pe arabe: ALIF-LAM-MIM (lol) na gare du nord ba petits meso mbuaki, se gondolent, se tapent le ventre en rigolant des inepties des CONS - GOLAIS.

    Ba petits sont fiers de sortir de leur APHASIE (LETHARGIE) pour le CONGO
    Luka Mambu, tu as planqué ta famille na BELGIQUE en sachant bien que les élections au CONGO ne pourront pas s'organiser dans un pays DESORGANISE PAS PREPARE!!!!!!!!!!!!!!!

    Muyomba, noko, nguatshi, kwiya, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 14 octobre 2011 à 16:55
  • Wana noko TONGOOOOO

    @ Luka Mambu,

    En 1997, j'ai rencontré un Monsieur blond à kinshasa, il s'appelle STEPHEN SMITH, il écrivait dans LIBERATION, le monde, spécialiste de l'Afrique, le journal des bobos (gauche intellectuelle).
    Il m'a expliqué sa démarche constructiviste sur son livre: NEGROLOGIE: pourquoi l'afrique meurt, en allant sur le terrain au kivu pour comprendre les massacres (hutus, tutsis, déportés au kivu

    Je suis tombé d'accord avec lui sur cette analyse (noko soki akomi komata, atikaka maseki, ETEYA leki na ye pe propre: Henri Boma Omena

    Dans notre conclusion, il en ressort cette réflexion:

    "La moitié du continent Africain est dévastée par des guerres "d'écorcheurs"; l'autre vivote entre crise, tribalisme et CORRUPTION, anarchie.
    Emigration clandestine, fuite des CERVEAUX (noko tongo muisi ya zazaaaa)(lol): les meilleurs partent.
    Dans nombre de pays, les fonctionnaires cumulent des mois, voire des années d'arrérés de salaire, les hôpitaux sont des mourroirs, les écoles ferment remplacées par des immeubles de luxe, les cimètieres sont déplacés remplacés par des hôtels.

    L'ETAT S'EFFONDRE.

    Seuls quelques îlots émergnt dans un OCEAN de MALHEUR. Le sida frappe partout (mpundalisation, muana natikaki mokéééé? SIMA EKOLI, makata ndunda, maléwaaaa, Mokongo ya nkobaaaaa (lol)

    le sida emporte les élites, réduit l'espérance de vie de quinze à vingt ans.

    L(Afrique est handicapée dans le commerce internationnal, en retard sur tous les plans , GANGRENEE par le tribalisme et la corruption.

    L'afrique se suicide dans l'indifférence. Ses habitants, tétanisés par un présent qui n'a pas d'avenir, s'enferment dans un AUTISME IDENTITAIRE.

    Muyomba, manseba, nguatshi, noko, oncle, COLONEL, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 14 octobre 2011 à 17:27
  • toko récupérer MBOKA YA BA KOKO NA BISO

    @ Henri

    Les émotions colorent les expériences de notre vie quotidienne et nous informent sur les événements auxquels nous attachons de l'importance, qu'il s'agisse de la joie éprouvée à la naissance d'un enfant ou de la tristesse que cause la perte d'un proche.

    YANGO OYO EYELI BISO NA CONGO: 8 millions des morts, plus de huit cent mille FEMMES ET HOMMES VIOLES,!!!!!!!!!!!!!!!

    Je suis noko contre les élections au CONGO et pour le départ de l'apprenti vendeur des poissons , ton petit kanambua (lol)
    Aristote et DESCARTES (cogito ergo sum!!!) - et plus récemment les psychologues évolutionnistes - ont suggéré l'existence d'émotions de base : joie, peur, colère, tristesse et dégoût!!!

    TOSI TO VOMIR MUTWALE KANAMBWA NA MINUTE OYO, azonga na RWANDA SIKOYO ;(

    Muyomba, nghuatshi, noko, manseba, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 14 octobre 2011 à 17:57
  • Nga noko naza na droit na diééé koluka MAKEMBA pona bana (lol)

    TUTSHIS PHONE, NOUS DEVONS CREER LE CONGO PHONE (lol): ya gabriel mokia (lol)


    http://www.youtube.com/watch?v=hatW-ejYP4Q&feature=related

    Je vous passes l'interview de GABRIEL MOKIA, bo juger Français na yé tééé, kasi MOKIA AZA YAYA YA NOKO ProF. tongo etani

    YA GABI oza likolo yay ;(

    Muyomba, manseba, nguatshi

    Posté par tongo etani, 14 octobre 2011 à 18:38
  • "MISUNI NA NZUNGU, EKOMI YA KO NTANGA, KOSILIKA TEE NDEKO, la vie ekomi pasiiii???????????????

    Noko tongo,
    Aza po na CONGO, noko na yo aza noko oyo: "maman fioti simba munuéééé, jamais kolonga nkanga munu ééé"

    Ba ndeko na biso misusu(misu) baza na radio, biso ba noko toza na likukuma, toza makasi kokoma po mboka na biso esi édiaaa, olobi 50 sur 53, oyebi SONI naza n'ango na minute oyo, toza SAMEDI, na keyi koluka mua nouvelle na inteleneti, naza pe na ba sites, alex na bamasta na nga UN GARS, jc,obelix, maurice, kmp,fantôme bayebiii? naza ko continuer na vidéo ya noko LDK, akufaki, po soki oleyi l'ar ya ba RWANDAIS, BAKO BOMAYO, biso tozalaka batu malamu, mitema malamu avant ba EGLISES DE SOMMEIL, suite ya LDK yango oyo, ba petits misu ba koki pe kolanda MBILINGA, MBILINGA, nga nazua mbotés ya janot BOMENGA, kasanda (docteur niko), kallé jeff, yaya kasanda ya mikalayi awuti na côte d'ivoire, ayaki na GUIDARE, ti lelo namona téé, eza téé ba générations ayo basimbi double guitare bakomi ko ndonda, biso tomona yango na Manuaku.

    Naza soki DOCTA ya gestion: comptabilité, audit et contrôle de gestion (grand cadre na ba banques (lol), "MISUNI NA NZUNGU? EKOMI YA KOTANGA, soki otié NTEMBE TUNA ANDELE MABOKEEEEE?, kasi 30 ans na mikili tovandi awa tomoni INFLUENCE YA CULTURE, ebeba, natiéli yo lien ya LDK avant akufa na ba MUSICHIENS:

    http://www.youtube.com/watch?v=5Kjc2XviCuY&feature=related

    "Nayéé kosilisa tembe? likambo ya kolia na ndako ya moninga na MIDI eeeeehhhh??, okéba, MOKOLO mosusu (mosu), apanza yo nsango aloba yo MALOLE, nzéla nga na salon po tosolola, otanga JOURNAL , kosilika téé ndeko, la vie ekomi pasi, soki ntembé tuna ANDELE MABOKEEE, nga ko tata mapasa bana motobaaaa (lol), misuni na nzungu ekomi ya KOTANGA.

    Merci Kum, awa, basili koboma nga ba liens na ba coordonnées, batu bazo lia mbongo ya ba RWANDAIS, bakokufa, ELECTIONS EKOZALA TEEEEE (lol)

    Muyomba, manseba, nguatshi, noko, oncle, COLONEL, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 15 octobre 2011 à 15:38
  • Le rwanda se dévoile

    Clause de cessation des réfugiés rwandais : La Rd Congo doit prendre position


    *Selon la clause de cessation des réfugiés rwandais développée par les autorités de Kigali, d’ici le 31 décembre 2011, tous les Rwandais qui sont à l’extérieur de leur pays et qui n’auront pas pris la décision d’y retourner, vont perdre leur nationalité d’origine. Conséquemment, les 45.000 réfugiés rwandais qui sont au Sud-Kivu et les 120.000 qui sont au Nord-Kivu, seront tous considérés comme Congolais. *Un fourre-tout que le gouvernement congolais ne doit pas tolérer, lui qui doit se prononcer avant qu’il ne soit trop tard. Le gouvernement qui est beaucoup préoccupé par la tenue des élections, doit se ressaisir et dénoncer ce comportement belliqueux du Rwanda qui sait quand même qu’en telle matière, le consensus est requis entre toutes les parties intéressées. *Accepter tous ces réfugiés dont certains portent les armes et d’autres recherchés par la Cour pénale internationale (CPI), serait suicidaire pour la Rd Congo, qui peine toujours à sécuriser toute sa partie Est.

    Hier, c’était les militaires angolais et les rebelles indépendantistes de l’enclave du Cabinda qui sont venus s’affronter en Rd Congo (Bas-Congo), exposant plusieurs congolais. Il faut aussi noter la sortie médiatique du ministre de l’Intérieur du Congo-Brazzaville qui a failli provoquer un énième contentieux entre les deux capitales les plus rapprochées du monde. Aujourd’hui, c’est le tour du Rwanda de brandir sa menace. Cette menace n’est autre que la fameuse « Clause de cessation des réfugiés rwandais » brandie par Kigali. D’après cette démarche qui, du reste, est unilatérale des autorités du Rwanda, d’ici le 31 décembre 2011, tous les Rwandais qui sont à l’extérieur de leur pays (réfugiés) et qui n’auront pas pris la décision de rentrer chez eux, vont perdre leur nationalité d’origine. Comme conséquence, ils seront tous considérés comme des Congolais et désormais, le gouvernement devra tout faire afin de les traiter par rapport à leur nouveau statut.

    A lui seul, le Sud-Kivu compte 45.000 réfugiés rwandais et le Nord-Kivu en compte 120.000. Si donc au 31 décembre ils ne rentrent pas dans leur pays d’origine, ils seront déchus de leur nationalité rwandaise et c’est la Rd Congo, pays qui les héberge par respect des conventions internationales qui payera les conséquences de sa bonne foi.

    Non à l’unilatéralisme

    En effet, les 45.000 personnes qui sont au Sud-Kivu et les 120.000 au Nord-Kivu sont des gens qui généralement portent des armes et certains d’entre elles sont même recherchées par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité. Les accepter comme tels en Rd Congo, pays qui est encore en train de panser ses plaies, n’est pas du tout intéressant, surtout qu’ils sont capables de tout faire. Et s’ils ne rentrent pas dans leur pays d’origine, il y a risque que naissent d’autres contentieux entre les deux pays qui ont déjà enterré leur hache de guerre depuis peu. Voilà pourquoi la Rd Congo doit réagir le plus rapidement possible, surtout qu’en telle matière, cette clause ne peut pas être décrétée unilatéralement par le Rwanda. Ces réfugiés ont toujours été gérés par la tripartite et il n’appartient pas à un seul pays de décréter que tel n’est plus réfugié.

    Les participants à la Conférence internationale sur la problématique de la présence permanente des combattants rwandais FDLR dans les provinces Est de la Rd Congo ont organisé ces assises, pour permettre aux autorités de la Rd Congo de prendre position. Surtout qu’elles sont pour l’instant intéressées par la question des élections dont la date est maintenue au 28 novembre 2011. Dans leurs recommandations, ils exigent que la communauté internationale mette en place des dispositions pouvant faciliter la relocalisation des réfugiés rwandais dans d’autres pays, car tant qu’ils seront en Rd Congo, cela sera une source d’insécurité pour la région. Ils demandent au gouvernement rwandais de publier une loi d’amnistie générale à tous les réfugiés se trouvant en Rd Congo et partout ailleurs. De même, les participants ont demandé au Secrétaire général de l’ONU de nommer un Chargé de plaidoyer pour jouer le rôle de facilitateur dans la poursuite du rapatriement des réfugiés.

    A quoi rime la démarche du Rwanda ?

    C’est le moment de nous poser la question de savoir, à quoi rime la démarche unilatérale du Rwanda ? En effet, pour tous ses neuf voisins, la Rd Congo semble être encore considérée comme un « Etat faible ». Voilà pourquoi n’importe qui peut toujours tenter son aventure, à condition qu’elle mette mal à l’aise ce géant qui peine à se relever. Car on ne comprend pas, pendant que les deux chefs de l’Etat se sont retrouvés à Goma pour faire la paix, l’un d’entre eux prenne l’initiative unilatérale de décréter la clause de cessation des réfugiés rwandais. Une telle démarche devait impérativement obtenir le consensus de trois parties, soit la Rd Congo, le Rwanda et le HCR, pourquoi pas l’avis des réfugiés eux-mêmes. Comme pour dire que l’autre partie n’a pas droit à la parole, doit tout simplement exécuter tout ce qui sera décidé, sans donner ne fusse qu’un petit commentaire.

    Lorsque nous apprenons que le gouvernement de la Rd Congo n’en est pas encore saisi, pendant que l’Eglise du Christ au Congo (ECC) qui a organisé les assises est très préoccupée, on ne peut qu’exprimer notre étonnement. C’est dans ces matières qu’il faut apprécier l’efficacité d’une diplomatie, surtout que la date du 31 décembre est en train d’approcher dangereusement. Si le Congo doit aller de l’avant, nous devons désormais briser avec la surprise dans la gestion de la « res publica », car gouverner c’est prévoir, dit-on.

    En effet, depuis plusieurs années, le Rwanda a toujours considéré les réfugiés de son pays sur le territoire de la Rd Congo comme étant une menace à prendre au sérieux. Ce qui est tout à fait normal, surtout que nombreux, comme nous venons de le dire, ont encore leurs armes. C’est le cas des FDLR et autres. Mais là où l’on ne partage pas la démarche, c’est lorsque le Rwanda veut attribuer à la Rd Congo la responsabilité, pays d’accueil de ces citoyens du monde.

    Au-delà de cette question, comment le Rwanda peut-t-il donner ce délai, pendant qu’il n’a pas pris des mesures pour que ses compatriotes soient accueillis dans de bonnes conditions. Entre autres des structures qu’il doit mettre en œuvre, d’adopter une loi d’amnistie pour tous les réfugiés qui sont en Rd Congo ou ailleurs. Car, comment convaincre un réfugié à retourner dans son pays, lui qui sait au moins qu’il va passer toute sa vie en prison ? Il faut donc éviter de faire une chose et son contraire à la fois. Sinon, même s’il faut leur accorder une année, ils ne retourneront jamais au Rwanda.

    Il faut aussi éviter qu’une certaine méfiance se crée entre parties, surtout lorsqu’on sait qu’en décrétant la clause, le Rwanda peut toujours avoir un agenda caché. Cet agenda peut être un déficit constaté dans les structures d’accueil. Car, comme tout le monde le sait, le Rwanda, pays de mille collines, n’est pas toujours doté d’un espace sensé convenir à tous ses citoyens. Pour certains, le Rwanda peut avoir opté de se débarrasser d’une catégorie de ses citoyens faute d’espace. Un peu comme un parent qui dirait à son enfant majeur de se débrouiller. Même si tel est le cas, la manière de procéder n’est pas bonne, car elle fait toujours appel au consensus entre parties.

    La problématique de l’espace vital, de l’eau, de l’énergie, de la forêt, sont des questions qui doivent interpeller les dirigeants congolais, pour ne pas être surpris un jour. Ils doivent avoir en tête que le Créateur a doté les Congolais d’un pays riche, des espaces vastes, mais qui de fois ne sont pas mis à profit pour la population congolaise. A un certain moment, les Congolais ne doivent pas voir d’un mauvais œil si des convoitises se manifestent de par le monde. Car tout est question de développer une diplomatie de bon voisinage avec les différents protagonistes.

    JMNK

    Posté par tongo etani, 25 octobre 2011 à 17:59
  • Dansez même en priant, selon ce belge, retournez chez - vous!!!!!!

    CHERS COMPATRIOTES LISEZ CE DOCUMENT DENONCANT LA CONSPIRATION CONTRE LE CONGO,,,,,,S’IL VOUS PLAIT

    RDC : Humiliation
    Patrick Cocriamont – Député de la Couronne Belge

    Chères Dames, Chers Messieurs les Congolais,

    Je confirme mon point de vue concernant le bienfait de la colonisation belge au profit des populations indigènes du Congo, le fait que Lumumba était un bandit, Kasa-Vubu un incompétent, Mobutu un sanguinaire, Laurent Désiré Kabila et Joseph Kabila deux dictateurs sanguinaires.

    Il n’est un peuple que congolais sur terre qui puisse accepter une vie hors de l’imaginable! Pour cause, les Congolais préfèrent s’occuper des histoires qui dépassent leur niveau de vie actuelle en lieu et place de se prendre en charge en partant de petites choses journalières. Le Congolais ne réfléchit pas, en tout cas s’il le fait, il ne le fait pas assez pour lui permettre d’atteindre le niveau de vie qu’il veut s’octroyer. On me dirait que c’est la maladie de diamant, de l’or, du coltan, etc. car jamais sur cette terre des hommes les minerais ont battu les puissances. Mais la réalité est que le Congo est une déception pour la Belgique, une déception pour l’Afrique, une déception totale pour toute la terre.

    J’ai reçu beaucoup de mails d’indignation de la part des Congolais et de certains hommes politiques belges hypocrites. En effet, je ne fais que dire tout haut ce que la plupart des Belges pensent tout bas. Mon parti politique est injustement étiqueté d’antidémocratique par les autres. Les Congolais ne doivent pas se faire d’illusions, depuis l’accession du Congo à l’indépendance, c’est bien différents gouvernements belges socialistes, libéraux et socio-chrétiens qui soutiennent les régimes dictatoriaux successifs au Congo.

    Maintenant tout est fait par les libéraux et les socialistes belges pour imposer à la tête de la RD Congo monsieur Joseph Kabila à la faveur d’une parodie d’élections, (alors que) cet individu est connu par nos services de renseignements comme étant un sujet d’origine rwandaise, ayant passé par plusieurs petits métiers: vendeur ambulant des oeufs à Kigoma, avant de passer pour un taximan en Tanzanie et finir comme ancien militaire de l’armée patriotique rwandaise. Les pauvres Kinois qui ont applaudi quand Kabila disait le plus innocemment la vérité qu’il fut vendeur des oeufs en Tanzanie, ont cru voir en lui un homme sage. Pourtant tout le parterre des politiciens informés présents pendant la cérémonie (25 Juin 2006) savaient bien que le Monsieur parlait bel et bien de son histoire, de ses origines et indiquait qu’il est parvenu à arracher ce que ces commanditaires rwandais attendent depuis belle lurette de son passage à la tête de la RDC. Les Congolais, peuple applaudisseur, peuple danseur, n’auront à s’en prendre que contre eux-mêmes : il ne suffit pas de balbutier quelques mots de Lingala pour se faire dédouaner: « tout le monde qui s’exprime en latin n’est pas un romain », disait Titus !

    Tous les hommes politiques belges sont au courant de la responsabilité de Joseph Kabila en tant que chef militaire de l’AFDL avec son cortège de massacres, épurations ethniques, génocides et crimes de guerre contre des populations civiles pendant la rébellion visant à chasser le dictateur Mobutu du pouvoir dès 1996. Les rapports décrivant ce génocide tiré du travail de Monsieur Roberto Garreton, de Madame Emma Bonino (prédécesseur de Louis Michel aux affaire humanitaire de l’UE), de Monsieur Aldo Ajello et de Monsieur Christopher Harland, sont consignés depuis 1997 aux Nations Unis et à l’union européenne, mais curieusement tout le monde fait semblant de les ignorer. Ce beau monde aux têtes bien-pensantes oublie que la vérité est très têtue. A beau mentir qui vient de loin!

    Combien d’hommes politiques belges ont-ils déjà levé un seul doigt pour demander l’établissement d’un Tribunal Pénal International pour la RDC afin de juger tous les responsables de 5 millions de Congolais morts depuis 1996 ? La politique de l’autruche caractérise bien le monde politique belge; on ne voit que ce que l’on veut bien voir et on n’entend que ce que l’on veut bien entendre.

    Mon parti n’est nullement responsable de l’imbroglio politico maffieux dont les intérêts économiques se moquent obstinément des conditions sociales du peuple congolais. Il est facile de sortir un nègre de la jungle, mais il est très difficile de sortir la jungle qu’il y a dans la tête des Congolais. C’est aux Congolais eux-mêmes de se prendre en charge et d’arrêter de se comporter comme des éternels mendiants, éternels danseurs, éternels pleurnichards, éternels applaudisseurs. Il faut surtout arrêter de croire que la solution à leurs problèmes viendra de l’Occident qui ne réfléchit qu’en terme d’intérêts économiques. Franchement, élire un ancien vendeur des oeufs cuits ou un taximan à la tête de la RD Congo n’est pas la responsabilité des occidentaux, quand bien même ceux-ci veulent voir cela arriver pour garantir une extraction des richesses minérales de ce pays sans que personne n’ait à les questionner.

    Mon parti souhaite vivement que les conditions sociales des Congolais s’améliorent en RD Congo afin que les 25 à 30 mille Congolais qui vivent en Belgique puissent retourner dans leur pays. La Belgique ne peut pas supporter indéfiniment toute la misère du Congo. Je vous ai tout dit: cessez de danser, cessez de croire que danser même en priant, enlèverait vos misères ! Même s’il existait, Dieu ne serait pas là seulement à s’occuper des pleurs des pauvres Congolais. Prenez votre destin en mains, soyez maîtres de votre destin, c’est tout ce qu’un vrai ami du Congo peut vous dire pour l’instant.

    Peuple congolais, rendez un peu de dignité pour l’Afrique, le monde et surtout le Dieu que vous croyez être Congolais, à l’image duquel vous avez été créés: aussi bien le bandit de Lumumba, l’incompétent de Kasa-Vubu, le sanguinaire de Mobutu que son alter ego de Laurent Désiré Kabila sont venus des entrailles congolaises. De ce fait, ils n’étaient que l’image de votre société. Il ne faut pas les rejeter comme s’ils sont sortis d’autres cieux. Vous devez mériter vos dirigeants.

    Sincèrement,

    __._,_.___

    Posté par tongo etani, 26 octobre 2011 à 20:51
  • Nike Heels

    Most ladies like high heels shoes Nike Heels For Women This new Nike Heels is very beautiful, and the Nike Dunk Heels for women have been popularized trendy. The popularity of Nike High Heels has been greatly aided by its easy customization.

    Adidas Y3 Trainers became a part of the Adidas group, and today they have become a recognised brand partnership around the world. But at the time Y3 trainers were largely being developed as a men's fashion item. Y3 Trainers UK offering both style and performance.
    Ken Griffey Shoes may be best because of how durable they are.
    Manufactured with some of the finest materials in the industry,Ken Griffey Jr Shoes you will be pleased that your purchase Ken Griffeys will not only last, but that your body will have the ergonomic support it deserves.

    Posté par Nike Heels, 28 octobre 2011 à 05:45
  • Y3 trainers UK

    http://www.y3-trainers.com adidas y3 trainers Adidas Y3

    Trainers became a part of the Adidas group, and today they

    have become a recognised brand partnership around the world. But at

    the time http://www.y3-trainers.com y3 trainers Y3

    trainers were largely being developed as a men's fashion

    item. http://www.y3-trainers.com y3 trainers uk Y3 Trainers

    UK offering both style and performance.

    Posté par Y3 trainers UK, 28 octobre 2011 à 05:48
  • Ken Griffey

    http://www.kengriffeys2011.com ken griffey shoes Ken Griffey

    Shoes may be best because of how durable they are.
    Manufactured with some of the finest materials in the industry,

    http://www.kengriffeys2011.com ken griffey jr shoes Ken

    Griffey Jr Shoes you will be pleased that your purchase

    http://www.kengriffeys2011.com ken griffeys Ken

    Griffeys will not only last, but that your body will have

    the ergonomic support it deserves.

    Posté par Ken Griffey, 28 octobre 2011 à 05:49
  • Alex yaka kolongola ba shégués ya ba sapato oyo, kobeta bango téééé (lol) naali NOKOOOO

    Nous sommes entrain de disserter sur notre pays, nous devons avancer dans la concertation avec des idées divergentes pour puiser une ORIENTATION COMMUNE.
    Noko n'est pas dans les ERECTIONS SANGUINAIRES:
    10 000 dollars po na tee shirts
    10 000 dollars po na écussons na bocks(lol) ;(
    10 000 dolla dolla pona mpiodi, ndunda, madesu
    10 000 dolla dolla po na SECURITE ;(

    YANGO TOZONGA NDE SIMA DIEEE PO TOKOMA KOLANDA NZELA MIBALE A LA FOIS, TALA TINA TOZONGA NDEEEEE SIMA DIEEE.

    SOMO TROP JEAN GOUBLAD.

    Muyomba, manseba, nguatshi, kwiya, noko, oncle, COLONEL, Prof. tongo etani

    Posté par tongo etani, 29 octobre 2011 à 20:27
  • FILTRER LES PUBLICITES PIRATES

    @ LUKA MAMBU,
    Si tu constates les désagréments, causés par les publicités pirates en l'absence de filtre des commentaires, pourrais-tu appuyer la demande de rétablir le filtre, même s'il atténue le plaisir du direct quand tu ferrailles avec Prof.?

    @ Vieux ALEX,
    J'appuie la demande de Prof. contre les "shégués ya ba sapato" !

    @ Prof.!
    Faut-être Zaïrois pour inventer une expression pareille : "shégués ya ba sapato oyo" ! Très marrant.

    Posté par BOMA OMENA Henri, 04 novembre 2011 à 01:29
  • TOKOMA BA NYCTALOPES NA MBOKA NA BISO (lol)

    @ Henri,

    Notre pays est shéguésisé, voir les côtés NYCTALOPES des débats politiques au Congo.
    La shéguésisation des esprits politiques au CONGO a de beaux jours devant elle.

    la population est nyctalopes, les autorités nyctalopes et les enfants sont des shégués et les bato ya makasi (baliaka mabende mais mississa eza té kaka badi na badi (foufou na foufou) conscientisés à coups dees dollars.

    Nous devons nous aimer et surtout avancer ensemble pour la mise en place effective de la démocratie: opinions de la presse et liberté de la presse, indépendance de la justice, séparation des pouvoirs, contrôle de la police et des services, armée des métiers pour protéger la population affadie dans la MENDICITE, etc....

    Muyomba, manseba, kwiya, noko, nguatshi, COLONEL, Prof.tongo etani

    Posté par tongo etani, 04 novembre 2011 à 18:31
  • L'ar, mosolo, mike mike, lokotro, ba dimis eza tséééééééééééééé

    Elections: des candidats pas encore en campagne faute d’argent

    publié il y a 22 minutes, sous Actualité, Élections, Législatives, Nationale, Politique, Présidentielle, Société.

    Envoyer par e-mail | Mots clés:





    – Des banderoles des candidats aux élections 2011 en RDC le long d’une des avenues de Kinshasa, pendant la période de campagne électorale. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo


    Le manque de financement et les difficultés logistiques empêchent de nombreux candidats aux élections législatives de novembre 2011 de se lancer dans la campagne. C’est ce que pensent certains analystes politiques interrogés par Radio Okapi. Une semaine après le début de la campagne électorale, l’ambiance est timide à Kinshasa et dans plusieurs provinces du pays.

    Des candidats qui ont postulé dans les circonscriptions électorales des provinces sont encore bloqués à Kinshasa.

    Certains disent n’avoir pas encore reçu le financement de leurs partis alors que d’autres affirment avoir des moyens financiers mais ne trouvent pas des moyens de transport disponibles.

    Jean-Pierre Mbwebwa Kalala, professeur des sciences politiques, estime qu’outre le manque de moyens, l’ambiance actuelle de campagne peut être considérée comme étant le résultat d’une stratégie électorale.

    Il a déclaré :

    «Nous pouvons présumer que ces candidats qui ne vont pas sur terrain maintenant n’ont pas encore réuni les moyens financiers. Cela n’exclut pas que ce soit une question de stratégie.

    La campagne coûte chère maintenant. Les candidats ont la difficulté de prendre en charge une campagne électorale moderne lorsqu’ils ne réunissent pas assez des moyens financiers».

    Le professeur Mbwebwa pense que ces difficultés financières pousseront certains candidats à utiliser des moyens traditionnels de propagande à savoir: les contacts porte-à-porte, la communication entre les candidats et les électeurs.

    Sans moyens financiers, certains candidats menacent même de jeter l’éponge.

    Lire aussi sur radiookapi.net

    Posté par tongo etani, 04 novembre 2011 à 19:18
1  2  3    Dernier »

Poster un commentaire